Santé / Monde

Le Covid-19 serait présent aux États-Unis depuis décembre 2019

Temps de lecture : 2 min

Des analyses de dons du sang laissent apparaître la présence d'anticorps au SARS-CoV-2 chez certains individus dès la fin de l'année dernière.

Plusieurs indices laissent penser que le virus circulait avant sa reconnaissance officielle par les autorités. | United Nations COVID-19 Response via Unsplash
Plusieurs indices laissent penser que le virus circulait avant sa reconnaissance officielle par les autorités. | United Nations COVID-19 Response via Unsplash

Le Covid-19 circulerait sur le territoire américain depuis décembre 2019, c'est-à-dire avant même que la maladie n'ait été identifiée en Chine, selon une nouvelle étude américaine publiée ce lundi 30 novembre.

Afin d'en arriver à cette conclusion, une équipe de recherche a analysé plus de 7.000 dons de sang collectés par la Croix Rouge américaine dans neuf États, entre le 13 décembre 2019 et le 17 janvier 2020. Il s'est avéré que 106 des échantillons présentaient des anticorps anti-SARS-CoV-2, le virus qui cause le Covid-19.

L'étude suggère donc que des personnes infectées au SARS-CoV-2 se trouvaient sur le territoire américain dès décembre 2019. Jusqu'à présent, le premier cas de Covid-19 aux États-Unis avait été signalé le 20 janvier 2020. Il s'agissait d'un résident de l'État de Washington qui avait récemment voyagé en Chine. De leur côté, les autorités chinoises estiment que les premiers cas de Covid-19 en Chine remontent au 31 décembre 2019, lorsque plusieurs mystérieux cas de pneumonie se sont déclarés à Wuhan.

Plusieurs indices laissent imaginer que le virus avait commencé à circuler plus tôt que ce qui est officiellement reconnu. Par exemple, un cas du Covid-19 avait été identifié en Chine le 17 novembre 2019, affirme le Live Science. En France, des analyses d'échantillons de sang de patients hospitalisés étudiés rétrospectivement ont permis de révéler qu'une personne avait été infectée fin décembre 2019. Des scientifiques ont également découvert la présence d'anticorps anti-SARS-CoV-2 dans des échantillons collectés en Italie en septembre 2019.

Un nombre de résultats positifs supérieur à ce qui était attendu

Sur les 106 échantillons présentant des anticorps anti-SARS-Cov-2 relevés dans l'étude publiée fin novembre, 39 avaient été collectés en Californie, dans l'Oregon et dans l'État de Washington entre le 13 et le 16 décembre 2019. Les 67 restants provenaient du Connecticut, de l'Iowa, du Massachusetts, du Michigan, de Rhode Island et du Wisconsin. Ils avaient été prélevés entre le 30 décembre 2019 et le 17 janvier 2020.

Lorsqu'un test est positif, cela suppose que la personne dont le sang a été prélevé a pu être infectée au Covid-19. Toutefois, on ne peut pas l'affirmer avec certitude, car des anticorps contre d'autres types de coronavirus peuvent réagir et mener à un faux positif. L'équipe de recherche a donc effectué des tests supplémentaires, qui ont permis d'affirmer que 84 des 90 échantillons testés contenaient des anticorps spécifiques au SARS-CoV-2. Il convient tout de même de préciser que même les tests les plus précis peuvent mener à des faux positifs.

Néanmoins, le nombre de résultats positifs dans cette nouvelle étude est bien supérieur à ce qui était attendu par les scientifiques. Selon l'équipe de recherche, il est donc très peu probable que tous les échantillons testés positifs au Covid-19 soient de faux positifs. Par conséquent, le Covid-19 aurait effectivement circulé aux États-Unis entre décembre 2019 et début janvier 2020.

Newsletters

Non, 1.200 calories par jour ne suffisent pas au corps pour fonctionner

Non, 1.200 calories par jour ne suffisent pas au corps pour fonctionner

Un mythe qui a la dent dure.

Le couvre-feu à 18h: trop, c'est trop

Le couvre-feu à 18h: trop, c'est trop

Même en classe de quatrième, j'avais le droit de rentrer à la maison plus tard que ça.

Grâce au Covid, je peux enfin déprimer tranquillement

Grâce au Covid, je peux enfin déprimer tranquillement

[BLOG You Will Never Hate Alone] La dépression est devenue tendance. Quiconque n'en souffre pas est désormais considéré comme suspect.

Newsletters