Société

«Je n'arrive pas à partir de la maison et aller vivre avec mon copain»

Temps de lecture : 5 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Madeleine, 27 ans, qui culpabilise de préférer habiter chez ses parents plutôt que d'emménager avec son copain.

«Est-ce ingrat de simplement dire que je ne me vois pas vivre avec lui?» | Lilac Lion via Flickr CC
«Est-ce ingrat de simplement dire que je ne me vois pas vivre avec lui?» | Lilac Lion via Flickr CC

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

Depuis deux ans et demi je suis avec quelqu'un. Il a plein de qualités, mais plus le temps passe et plus je me rends à l'évidence: nous ne sommes pas compatibles.

Lui pense que si, que nous sommes faits pour être ensemble. Mais le fait est qu'on se dispute, constamment. Au moindre désaccord la dispute prend des proportions énormes et peut durer plusieurs jours. J'ai une telle rancœur...

Toutes ces disputes ont un point commun: quelque chose que je dis ou que je fais mal. Et je suis fatiguée. Fatiguée d'essayer de me battre pour affirmer un point de vue, fatiguée de m'endormir en ayant mal au cœur, fatiguée de ne pas me sentir épanouie, ni comprise, ni soutenue.

Mon copain me rejette toujours la faute en me disant que c'est parce qu'on ne vit pas ensemble.

Et c'est là où le bât blesse. À mesure que les disputes se produisent et que le temps passe, je me sens de moins en moins prête à vivre avec lui.

Est-ce ingrat de simplement dire que je ne me vois pas vivre avec lui? Nous sommes trop différents: quand lui est social, explosif, joyeux, enjoué, moi je suis quelqu'un de calme, de solitaire, qui a besoin de son espace et de sa tranquillité. Lui aime rire et blaguer de tout et tout le temps, moi je suis quelqu'un qui aime parler et réfléchir (même si je sais rire évidemment).

J'ai 27 ans et je vis toujours chez mes parents. Mon copain a 30 ans et me presse pour qu'on vive ensemble. Parce qu'il a l'image de tous ses amis qui vivent avec leur copine, dans leur maison… Et je sais qu'il m'en veut de ne pas passer ce deuxième confinement avec lui… Mais je ne suis pas prête, je n'y arrive pas.

Pourtant chez moi, à la maison, ce n'est pas évident. Je n'ai pas d'équilibre familial: mon père a fait un AVC il y a deux ans et demi et une tentative de suicide six mois plus tard. Depuis ce sont des hauts et des bas, avec des bas très durs où il peut être méchant et blessant dans ses paroles. Ma mère est sous antidépresseurs, tout comme mon frère jumeau. C'est pas simple tous les jours. Et pourtant, le seul endroit où je me sens en sécurité, c'est dans ma chambre.

Je n'arrive pas à partir de la maison et aller vivre avec mon copain.

J'ai 27 ans, et parfois j'ai honte de dire que je vis encore chez mes parents. J'ai honte quand je vois des amis, souvent plus jeunes, devenir propriétaires. Je sais que c'est ce que la société veut/attend de nous. Que c'est le cliché. Je sais que ce n'est pas une obligation mais je ne peux m'empêcher de me sentir lourde vis-à-vis de tout ceci.

Je suis prête à construire quelque chose, vraiment. J'aimerais avoir ma famille, ma maison. Mais je n'arrive pas à l'envisager avec mon copain, comme je n'arrive pas à envisager une vie sans lui paradoxalement. Est-ce une impasse?

Je suis perdue.

Cela me pèse de plus en plus. J'aimerais me sentir bien dans ma peau, dans mon travail, dans ma relation, dans mon chez moi. J'aimerais être heureuse et épanouie, j'aimerais pouvoir vivre librement, sans me poser toutes ces questions.

Je ne sais pas que faire. Aidez-moi Lucile. Quelles directions prendre?

Madeleine

Chère Madeleine,

En effet, quand on s'engage avec quelqu'un parce qu'il faut et non pas parce qu'on en a réellement envie, ça se termine souvent mal. On ne devrait pas habiter avec un homme parce que c'est la prochaine étape du couple. Sinon, où s'arrête cette logique? Allez-vous être obligée de faire un enfant avec lui? De ne plus faire que des sorties avec lui et de partager un compte commun parce que c'est tout ce que ses amis font? Il n'y a pas de chemin tracé et, en ces temps difficiles, c'est de plus en plus le cas. Je milite pour qu'on prenne le temps de réfléchir à notre identité et notre voie pour pouvoir les suivre au maximum.

Vous avez 27 ans et vous habitez chez vos parents, qu'est-ce que ça dit de vous en réalité? Qui se permettrait de juger ce que vous avez pu vivre et les raisons qui vous ont poussée à faire ce choix?

C'est une bonne chose que vous ayez des envies pour vous et que vous soyez capable de définir précisément vos besoins et vos rêves pour la suite. Cela ne veut pas dire que vous devez vous jeter à corps perdu dans une mauvaise voie qui vous éloignerait en fait de ces envies et de ces rêves plutôt que de vous en rapprocher. Vous n'aurez pas plus de foyer ou de famille, si vous continuez à vous engager avec une personne dont vous savez déjà qu'elle ne vous correspond pas. Ça, je peux vous l'assurer.

En déménageant avec cette personne pour prouver à je-ne-sais-qui (dont l'opinion ne compte pas) que vous êtes capable de le faire, vous vous éloignez de votre bonheur et de vos rêves. Vous ajoutez une étape, celle de la séparation qui semble inévitable, du déménagement dans l'autre sens, du partage des affaires. Épargnez-vous ça.

Si vous avez un endroit où vous vous sentez déjà bien, chérissez-le. Parce que c'est une chance. Et quand vous vous sentirez prête, envisagez peut-être d'habiter quelque part seule, de faire d'un petit espace confortable votre propre îlot de sécurité, entouré d'une distance qui vous protégerait de tout ce qui peut vous peser dans votre famille (ce qui ne veut pas dire que vous cesserez totalement de vous occuper d'eux).

L'homme qui ne vous correspond pas, je crois que vous savez déjà ce qu'il faut en faire. S'il ne respecte pas vos différences, votre personnalité, vos choix de vie, c'est qu'il n'a rien à faire avec vous. Et créer du conflit avec vous ne vous fera pas l'aimer plus. Je pense qu'il est possible qu'il ait déjà conscience du cul-de-sac de votre relation mais exprime sa frustration par cette colère qu'il vous rejette. Libérez-vous et libérez-le en mettant fin à tout ça.

Pour la suite, faites-moi confiance, quel que soit son bagage émotionnel, quand on a envie de vraiment s'engager avec quelqu'un, on trouve toujours la force de se lancer. Les traumatismes et les peurs pèsent moins lourd quand on aime et qu'on y croit. Vous n'aurez pas autant de mal à construire la famille dont vous rêvez quand vous aurez trouvé le bon chemin.

Vous n'êtes pas un problème aujourd'hui, vous savez uniquement déjà que cette direction n'est pas la bonne. Faites confiance à votre formidable instinct, quand vous aurez trouvé le bon chemin, vous saurez le prendre.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Newsletters

Pourquoi ne propose-t-on pas de tests de fertilité autour de 30 ans?

Pourquoi ne propose-t-on pas de tests de fertilité autour de 30 ans?

Nul besoin de vouloir un enfant à court terme pour avoir le droit de faire le point.

Une tempête de neige piège depuis trois jours les clients d'un pub

Une tempête de neige piège depuis trois jours les clients d'un pub

En Angleterre, certaines routes du Yorkshire Dales sont complètement bloquées.

La projection des films en classe, une pratique sous le signe du flou artistique

La projection des films en classe, une pratique sous le signe du flou artistique

À la suite du traumatisme de leur fille de 13 ans en raison du visionnage de «The Ring» en classe, des parents avaient déposé plainte.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio