France

Jean-Luc Mélenchon en «lutte» contre les médias

Temps de lecture : 2 min

Trois semaines après son coup de colère contre un étudiant en journalisme qui l'interviewait, Jean-Luc Mélenchon était l'invité vendredi 9 avril du Centre de formation des journalistes (CFJ) à Paris, où il n'a pas renié les propos durs qu'il avait tenus envers les médias: «Il n'y aura ni excuses, ni regrets. Je mène une lutte politique, et j'analyse comme des adversaires ceux qui se sont opposés à moi» a-t-il déclaré.

Le 19 mars dernier, il avait notamment qualifié son jeune interlocuteur de «refoulé politique (sic) de la petite bourgeoisie», estimé que les journalistes étaient une «sale corporation voyeuriste et vendeuse de papier. Dans cet enregistrement qui avait fait le tour du Web, le leader du parti de gauche avait ensuite pris à parti l'étudiant:

Avec moi vous parlez de politique et vos sujets de merde vous allez les faire avec des gens qui veulent répondre à la merde. [...]Tu fermes ta petite bouche. Tu me parles de politique. Moi, je te parle de médias et de ton métier pourri et si tous ce que tu trouves à faire c'est de me répondre ça tu vas faire ton interview plus loin. Ok [...]Vous vous trouvez digne de parler à un homme comme moi?

Si Jean-Luc Mélenchon a expliqué à l'issue de son débat avec les étudiants du CFJ que son énervement était une «colère d'épuisement» après «une campagne électorale de trois mois», il a réitéré dans un style plus calme ses critiques envers le métier de journaliste: «Quelle est cette force qui vous entraîne et pour finir vous détruira, si elle ne vous a pas déjà largement entamé moralement? Cette force, c'est celle de l'argent. [...] La seule limite à l'oppression, c'est la résistance à l'oppression. Et là où commence la résistance, commence l'existence.» «Comment être révolutionnaire dans la société [...] et m'arrêter à la porte de la cathédrale médiatique?», a-t-il encore demandé.

A un étudiant qui lui fait remarquer que c'est dans son intérêt de venir les (les journalistes) pointer du doigt, Mélenchon a également répondu: «On voit la perversion dans laquelle vous êtes entraîné. Vos questions sont en cercle clos. Je ne peux qu'être un imbécile. Les médias c'est rien, on ne peut pas les convaincre. Il faut donc lutter contre eux, ceux qui méritent qu'on lutte contre eux

[Ecouter des extraits du débat sur France Info]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Jean-Luc Mélenchon en novembre 2007. REUTERS/Benoit Tessier

Slate.fr

Newsletters

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Le jour où j'ai voté Chirac

Le jour où j'ai voté Chirac

Journalistes et contributeurs de Slate.fr se souviennent du 21 avril 2002 et du second tour pas tout à fait comme les autres de l'élection présidentielle.

Newsletters