Santé / Sciences

Un vaccin anti-Covid pour les enfants devrait prendre encore plusieurs mois

Temps de lecture : 2 min

Les essais cliniques sur les enfants n'ont été lancés que début novembre, et retarderont la disponibilité d'un vaccin pour les plus jeunes.

Un nounours avec un masque. | Volodymyr Hryshchenko via Unsplash
Un nounours avec un masque. | Volodymyr Hryshchenko via Unsplash

Alors que les sociétés pharmaceutiques Pfizer/BioNTech, Moderna et AstraZeneca se sont lancées dans une course au vaccin contre le Covid-19 qui pourrait aboutir à une première campagne de vaccination fin décembre 2020-début 2021, il faudra sans doute attendre encore plusieurs mois avant qu'un vaccin ne soit accessible aux enfants.

Jusqu'à présent, très peu d'enfants ont participé aux essais cliniques, et ce n'est que début novembre que le laboratoire Pfizer a commencé à effectuer des tests sur des enfants âgés de 12 ans, après que l'Académie américaine de pédiatrie a demandé aux chercheurs et aux chercheuses d'en inclure dans leurs recherches.

Un vaccin adapté

«Les enfants ne sont pas juste de petits adultes», met en garde Sallie Permar, professeure de pédiatrie, de microbiologie et d'immunologie à l'École de médecine de l'université Duke. «Il existe certains vaccins qui fonctionnent mieux chez les enfants que chez les adultes. Et il y a certains vaccins qui fonctionnent moins bien chez les enfants que chez les adultes. Ils doivent donc être spécifiquement étudiés dans la population pédiatrique», précise-t-elle auprès de NPR.

D'après Sallie Permar, les essais cliniques à grande échelle qui ont été menés sur des adultes devraient cependant permettre de gagner du temps dans la recherche d'un vaccin adapté aux plus jeunes: «Les vaccins ont été si efficaces chez les adultes que ce que nous pourrions faire vis-à-vis de la population pédiatrique, c'est d'abord simplement de chercher à savoir si les enfants réagissent de la même manière voire même mieux que les adultes.»

Les informations déjà collectées sur la réponse immunitaire des adultes devraient donc permettre d'adapter plus aisément les doses pour les enfants, sans qu'il y ait besoin de repartir de zéro, ou de mener des tests sur un échantillon de population aussi important.

«Je pense vraiment qu'il n'y a aucune raison de retarder les vaccins, mais il faudra encore attendre plusieurs mois, et probablement jusqu'en 2021, avant que nous ayons suffisamment de données sur les patients pédiatriques pour obtenir une autorisation concernant cette tranche d'âge», estime Permar. La docteure mise sur des résultats concluants d'ici la prochaine rentrée scolaire.

Newsletters

Le syndrome du cœur brisé touche de plus en plus de femmes

Le syndrome du cœur brisé touche de plus en plus de femmes

Une tendance qui pourrait s'être d'autant plus accélérée avec la pandémie.

Le décalage horaire, un enfer à vivre

Le décalage horaire, un enfer à vivre

[BLOG You Will Never Hate Alone] Depuis que je suis rentré au pays après un long voyage en avion, j'erre comme un somnambule atteint de paralysie mentale.

Une épidémie de maladie rénale pourrait se propager avec le changement climatique

Une épidémie de maladie rénale pourrait se propager avec le changement climatique

Les reins sont responsables de l'équilibre hydrique de l'organisme, ce qui les rend particulièrement sensibles aux températures extrêmes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio