Égalités / Tech & internet

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

Temps de lecture : 2 min

En août 1968, l'ingénieure en informatique Lynn Conway était virée en dépit de son travail prometteur et reconnu.

Les excuses ont été formulées quatre mois après que la Cour suprême a interdit de virer un individu en raison de son orientation sexuelle ou de son genre. | Jasmin Sessler via Unsplash
Les excuses ont été formulées quatre mois après que la Cour suprême a interdit de virer un individu en raison de son orientation sexuelle ou de son genre. | Jasmin Sessler via Unsplash

En août 1968, Lynn Conway, alors prometteuse ingénieure en informatique chez IBM en Californie, était convoquée dans le bureau de son supérieur Gene Myron Amdahl. Il lui signifiait son licenciement parce qu'elle était trans. Cinquante-deux ans plus tard, Lynn Conway, âgée de 82 ans, a de nouveau été convoquée par l'entreprise qui, devant plusieurs employé·es, lui a présenté ses excuses pour la façon dont elle avait été traitée.

Aujourd'hui, IBM offre son aide et son soutien à ses employé·es en transition de genre. Diane Gherson, vice-présidente senior des ressources humaines, explique que ces progrès ne rattrapent néanmoins nullement le mal fait à Lynne Conway. Cette dernière s'est ensuite vu attribuer un prix d'excellence pour l'ensemble de son travail innovant tout au long de sa carrière.

Pour la communauté scientifique gay et trans, les excuses présentées par la multinationale américaine, bien que tardives, valident la qualité du travail de Lynne Conway et celui de la communauté LGBT+ dans le domaine des sciences et de la technologie. IBM a agi quatre mois après que la Cour suprême des États-Unis a interdit de virer un individu en raison de son orientation sexuelle ou de son genre.

Un parcours remarquable

Lynn Conway avait été embauchée par IBM en 1964, juste après avoir été diplômée de l'École d'ingénierie et de sciences appliquées de l'Université Columbia. Selon elle, ces années marquaient l'âge d'or de la recherche en informatique, une époque durant laquelle des avancées capitales ont été faites.

Elle travaillait sur un projet d'ordinateur très rapide lorsqu'elle a commencé à suivre un traitement médical. Ses superviseurs directs, au courant de sa transition, souhaitaient la garder au sein de l'entreprise. Un plan avait été élaboré: Lynn Conway prendrait un congé afin de compléter sa transition et reviendrait sous une nouvelle identité. Cependant, face à la crainte de souffrir d'une polémique publique et parce qu'il appréhendait les réactions des employé·es qui viendraient à apprendre la transidentité de Lynn Conway, Thomas J. Watson Jr., directeur général d'IBM à l'époque, a finalement décidé de virer la jeune femme.

Une fois licenciée, Lynn Conway a eu une opération de réattribution sexuelle, avant de reprendre sa carrière. Elle a notamment travaillé au développement de nouvelles méthodes de design de puces informatiques, qui finiront par être utilisées à travers le monde. En 1985, elle devient professeure en génie électrique et informatique à l'Université du Michigan.

Ce n'est qu'en 1999 que Lynn Conway parle publiquement de sa transidentité. L'année suivante, elle décide de créer un site internet grâce auquel elle souhaite «mettre en lumière et normaliser les questionnements autour de l'identité de genre et des processus de transition de genre». Ce site est depuis devenu une source majeure d'informations sur le sujet de la transidentité.

Newsletters

La ménopause peut être une période cruciale (et cruelle) dans la vie professionnelle d'une femme

La ménopause peut être une période cruciale (et cruelle) dans la vie professionnelle d'une femme

Un sondage mené aux Royaume-Uni sur près de 4.000 femmes apporte des résultats édifiants.

Pourquoi les Françaises sont particulièrement insatisfaites de leur vie sexuelle

Pourquoi les Françaises sont particulièrement insatisfaites de leur vie sexuelle

Les principaux facteurs explicatifs sont d'ordre biologiques, psychologiques, culturels et sociologiques.

Les mariages homosexuels sont possibles au sein de la famille royale néerlandaise, sans perdre l'accès au trône

Les mariages homosexuels sont possibles au sein de la famille royale néerlandaise, sans perdre l'accès au trône

Le Premier ministre des Pays-Bas a rédigé une lettre au Parlement sur le sujet, après la parution d'un livre.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio