Santé

La santé mentale des étudiants fragilisée par le confinement

Temps de lecture : 2 min

La population estudiantine avait environ 50% de risques en plus de connaître une détérioration de sa santé mentale par rapport aux autres adultes.

2.300 personnes ont accepté de participer à l'étude CONFINS dont le but est de comparer la santé mentale entre les étudiant·es et les non-étudiant·es. | Fernando @cferdo via Unsplash
2.300 personnes ont accepté de participer à l'étude CONFINS dont le but est de comparer la santé mentale entre les étudiant·es et les non-étudiant·es. | Fernando @cferdo via Unsplash

En entrant dans l'âge adulte, les jeunes sont davantage susceptibles de développer des troubles psychologiques. Les étudiant·es constituent une population particulièrement vulnérable qui souffre plus que les autres adultes de symptômes psychiatriques. Selon une nouvelle étude française, le premier confinement aurait spécifiquement détérioré leur santé mentale.

L'étude CONFINS s'est intéressée aux conséquences de la pandémie de Covid-19, ainsi qu'à celles du confinement en France entre le 17 mars et le 11 mai 2020, sur la santé mentale de la population. L'équipe de recherche a choisi de distinguer les étudiant·es des autres volontaires en analysant les données récoltées. Au total, 2.300 personnes ont accepté de participer à ce projet dont le but est de comparer la santé mentale entre les étudiant·es et les non-étudiant·es.

Agir face au second confinement

Après avoir analysé les réponses des divers groupes de volontaires, la recherche a confirmé que le premier confinement avait largement impacté la santé psychologique des adultes, et notamment celle des étudiant·es. Les résultats montrent que 33% de cet échantillon présentaient des symptômes dépressifs pendant le confinement, contre 16% des non-étudiant·es.

24% des étudiant·es souffraient de symptômes anxieux, contre 15% des autres adultes. 33% étaient extrêmement stressé·es, contre 22% des non-étudiant·es. Enfin, 12% des étudiant·es expliquaient avoir eu des pensées suicidaires lors de la semaine précédant leur participation au sondage, contre 8% des autres adultes.

En prenant en compte différents facteurs, l'équipe chargée de l'étude conclut que la population étudiante avait environ 50% de risques en plus de connaître une détérioration de sa santé mentale pendant le confinement par rapport aux autres adultes.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Publiée le 5 novembre, cette étude alerte sur les dangers du deuxième confinement qui menacent la santé mentale des jeunes. Elle pointe notamment les risques de décrochage scolaire et de dépression auxquels font face un certain nombre d'étudiant·es. Selon l'équipe de recherche, il est à présent urgent de mettre en place des services de prise en charge psychologique au sein des universités et des structures d'aide pour cette population. Elle recommande également de développer et d'améliorer les services d'aide en ligne pour les étudiant·es et d'augmenter les capacités des permanences téléphoniques.

Newsletters

Un vieux masque rangé dans son sac à main ou sa poche reste-t-il efficace?

Un vieux masque rangé dans son sac à main ou sa poche reste-t-il efficace?

Il est loin le temps où nous traitions nos masques en respectant scrupuleusement les règles indiquées par les spécialistes du Covid-19. Faut-il s'en inquiéter?

Cluster

Cluster

Des médicaments nous ont déjà sortis de pandémies, pourquoi pas de celle du Covid?

Des médicaments nous ont déjà sortis de pandémies, pourquoi pas de celle du Covid?

Échaudés par les faux espoirs suscités par l'hydroxychloroquine, l'ivermectine ou le remdesivir, nous avons jeté tous les médicaments avec l'eau du verre. Pourtant, les derniers arrivés sur le marché peuvent contribuer à désengorger les hôpitaux en appuyant les mesures de lutte contre cette crise.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio