Santé

Comment combattre ses insomnies du confinement

Temps de lecture : 2 min

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, un nombre croissant de personnes se plaignent de troubles du sommeil.

Les expert·es rappellent qu'il est nécessaire d'essayer de comprendre la cause de ses insomnies. | Alexandra Gorn via Unsplash
Les expert·es rappellent qu'il est nécessaire d'essayer de comprendre la cause de ses insomnies. | Alexandra Gorn via Unsplash

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, un nombre croissant de personnes se plaignent de souffrir d'insomnie. Si les recherches scientifiques sont encore limitées, des études chinoises et européennes suggèrent que le confinement modifie notre sommeil. En cas d'insomnie, les expert·es rappellent qu'il est nécessaire d'essayer d'en comprendre la cause, afin que cela ne devienne pas un problème chronique.

Il pourrait alors être utile de débuter une thérapie cognitivo-comportementale qui inclut diverses techniques, parmi lesquelles la méditation et la relaxation musculaire. Selon Jennifer Martin, psychologue et professeure de médecine à l'Université de Californie à Los Angeles, ces thérapies sont souvent efficaces contre les insomnies.

Avec la généralisation du télétravail, il peut parfois être difficile de séparer sa vie professionnelle de sa vie personnelle. S'il est confortable de travailler en pyjama, les spécialistes conseillent toutefois de s'habiller tous les matins et de ne pas travailler depuis son lit. «L'une des choses les plus importantes pour favoriser une bonne nuit de sommeil et éviter les insomnies est de ne pas utiliser son lit pour autre chose que pour dormir et avoir des relations sexuelles», explique Dr Nancy Foldvary-Schaefer, directrice d'une clinique spécialisée dans les troubles du sommeil à Cleveland.

La question de l'heure du coucher est également à prendre en compte. Depuis le début de la pandémie, les adultes et les enfants ont tendance à se coucher plus tard. Mais si les spécialistes du sommeil conseillent de ne pas se mettre au lit trop tard, il n'est néanmoins pas recommandé de s'y mettre trop tôt, au risque de s'inquiéter face à son incapacité de s'endormir.

Diminuer les écrans et l'alcool

L'utilisation des écrans avant de dormir favorise les troubles du sommeil, en raison de la lumière bleue qu'ils émettent. Celle-ci peut diminuer notre sécrétion naturelle de mélatonine, une hormone qui régule les cycles du sommeil. Selon le Dr Canapari, pédiatre spécialisé dans les troubles du sommeil, il est capital que les enfants n'aient pas d'écrans dans leur chambre. Pour les adultes qui souhaitent continuer à regarder les écrans avant de se coucher, il est recommandé d'activer le mode nuit de son appareil. Le docteur conseille également de pratiquer régulièrement une activité physique pour réussir à mieux dormir.

Enfin, certaines études suggèrent que la consommation d'alcool a augmenté avec la pandémie de Covid-19. S'il a un effet relaxant, l'alcool réduit la durée du sommeil paradoxal. En affectant notre sommeil, sa consommation mène souvent au besoin de consommer de la caféine le lendemain. Or la caféine, présente dans diverses boissons, empêche elle aussi de dormir. Pour Jennifer Martin, «presque tout le monde devrait arrêter de boire ou de consommer de la caféine environ cinq heures avant d'aller au lit».

Newsletters

Il faut isoler plus rapidement les personnes contagieuses pour mieux lutter contre le Covid-19

Il faut isoler plus rapidement les personnes contagieuses pour mieux lutter contre le Covid-19

Confiner toute la société est une mesure efficace pour faire baisser le nombre d'infections par le coronavirus. C'est aussi une des plus coûteuse, or d'autres solutions existent.

Les greffes d'organes de porc pourraient guérir bien des maladies humaines

Les greffes d'organes de porc pourraient guérir bien des maladies humaines

Si les essais cliniques démontraient l'efficacité de la xénogreffe de rein, des dizaines de milliers de vies seraient sauvées chaque année dans le monde.

Pourquoi le Téléthon pose problème

Pourquoi le Téléthon pose problème

Solidement ancré dans le paysage télévisuel français, l'événement permet de récolter des dizaines de millions d'euros pour la recherche en trente heures de direct. À quelques jours de sa 34​​​​​​​e édition, cette collecte ne fait plus l'unanimité.

Newsletters