Politique / Monde

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 9 au 15 novembre

Temps de lecture : 17 min

Plongée dans la logorrhée du futur ex-président américain.

Donald Trump donne une conférence de presse dans la roseraie de la Maison-Blanche, le 13 novembre 2020. | Mandel Ngan / AFP
Donald Trump donne une conférence de presse dans la roseraie de la Maison-Blanche, le 13 novembre 2020. | Mandel Ngan / AFP

Avertissement: cette chronique non exhaustive se base sur les tweets de la semaine jugés les plus pertinents. L'homme le plus puissant du monde a une production si pléthorique que l'analyse de toutes ses productions numériques nécessiterait des jours et des nuits de décorticage et de labeur selon des conditions de travail dénoncées par les conventions de Genève.

Première semaine post-électorale: Biden a gagné. Trump aussi.

Lundi 9 novembre

Cette nouvelle semaine s'ouvre pour l'Amérique sur la défaite officielle de Donald Trump. Depuis samedi, les chiffres ont parlé et Joe Biden sera le 46e président des États-Unis.

Dans la bulle présidentielle, pourtant, c'est un lundi comme les autres.

«MARCHÉS FINANCIERS EN FORTE HAUSSE, VACCIN BIENTOT DISPONIBLE. SERAIT EFFICACE À 90%. QUE DE BONNES NOUVELLES!»

Remaniement à la Maison-Blanche. Mark Esper, le secrétaire à la Défense de Trump, prend la porte.

«J'ai la joie d'annoncer que Christopher C. Miller, le très respecté Directeur du Centre Antiterroriste (confirmé à l'unanimité par le Sénat) sera Secrétaire à la Défense par intérim à partir d'aujourd'hui. Chris va faire un SUPER boulot! Mark Esper a été congédié. Je tiens à le remercier pour son travail.»

C'est Christopher Miller qui le remplacera, et qui arrive en fanfare au Pentagone.

Assez vite, on revient aux fondamentaux.

Ça fait des mois que Trump annonce que les élections seront truquées et que le vote par correspondance prête à la fraude. L'heure est venue de montrer qu'il avait raison. Il peut s'appuyer sur une palanquée de médias qui lui sont tout acquis (notamment Breitbart) et relaient des informations fantaisistes sur une supposée triche électorale (dont la réalité n'a pas été prouvée à ce jour).

Il nous avait prévenus: seule une fraude massive pourrait expliquer une défaite aux élections.

Et COMME PAR HASARD les chiffres lui sont défavorables, et COMME PAR HASARD le nombre de bulletins de vote par correspondance joue en faveur de son adversaire.

Coïncidence? Pas pour Trump.

«Le Nevada s'avère être un cloaque rempli de Faux Bulletins. @mschlapp & @AdamLaxalt sont en train de découvrir certaines choses qui, lorsqu'elles seront révélées, seront totalement choquantes.»

«Le Wisconsin s'annonce très bien. Il lui faut juste un peu de temps statutairement. Ça arrive bientôt! @Reince @SeanDuffyWI»

«La Pennsylvanie nous a empêchés de regarder la plus grande partie du Dépouillement. Impensable et illégal dans ce pays.»

«La Géorgie sera une grande victoire présidentielle, comme elle l'a été le soir de l'Élection!»

(La Géorgie est le seul État qui recompte les voix car l'écart entre les deux candidats est très serré.)

Cette semaine, les médias vont en prendre pour leur grade. Certes, Trump est coutumier du fait, mais dans une démocratie qui n'aurait pas l'habitude d'entendre son chef d'État accuser la presse de tels crimes, ce genre d'allégations auraient de quoi ébranler le système.

«@FoxNews, @QuinnipiacPoll, ABC/WaPo, NBC/WSJ ont été tellement imprécis avec leurs sondages sur moi, c'est vraiment du sabotage d'Élection. Ils étaient tellement à côté de la plaque dans leurs sondages et dans leur tentative de censure –qu'ils devraient être accusés d'Ingérence Électorale. ABC/WaPo me donnaient 17 points de retard dans le Wisconsin la veille de l'élection, et J'AI GAGNÉ! Dans l'Iowa, les sondages nous donnaient 4 points de moins et j'ai gagné de 8.2%! Fox News et Quinnipiac se sont trompés sur tout. Les pires sondages du monde, et ils vont revenir dans quatre ans pour tout recommencer. C'est bien plus queu [sic] de l'entrave électorale et de la suppression de finances électorales [sic]!»

(On remarque au passage que Trump se projette en 2024, mine de rien. Il aurait déjà confié vouloir se représenter si Biden était certifié vainqueur. Il n'est jamais trop tôt pour préparer le terrain.)

Aujourd'hui, Pfizer annonce que son candidat-vaccin est efficace à plus de 90%. Il n'est pas tout à fait abouti et dans l'état actuel des choses (notamment pour des questions de conservation), sa commercialisation ne peut être envisagée efficacement à court terme. Mais pour Trump, c'est à la fois une victoire et la preuve d'un complot ourdi contre lui et visant à lui faire perdre les élections (qu'il n'a pas perdues, on vous rappelle).

«Comme je l'ai dit depuis longtemps, @Pfizer et les autres n'allaient annoncer l'arrivée d'un Vaccin qu'après l'Élection, parce qu'ils n'avaient pas le courage de le faire avant. De même, la @US_FDA aurait dû l'annoncer avant, pas dans un objectif politique mais pour sauver des vies!»

«Si Joe Biden était Président, vous seriez sans Vaccin pendant quatre ans encore, et la @US_FDA ne l'aurait jamais approuvé si vite. La bureaucratie aurait détruit des millions de vies!»

(À ce stade, la FDA ne l'a pas encore approuvé, mais c'est un détail.)

«La @US_FDA et les Démocrates ne voulaient pas que je puisse avoir une VICTOIRE du Vaccin, avant l'élection, alors à la place il est arrivé cinq jours après –Comme je n'ai pas arrêté de le dire!»

Mardi 10 novembre

Une semaine après le jour officiel du scrutin, trois jours après l'annonce de la victoire de Biden, dans le monde de Trump rien n'est encore joué:

«ON VA GAGNER!»

«ON FAIT DE GROS PROGRÈS. LES RÉSULTATS COMMENCERONT À TOMBER LA SEMAINE PROCHAINE. RENDEZ SA GRANDEUR À L'AMÉRIQUE!»

On sent la fatigue quand même (et la malédiction des majuscules verrouillées).

«MÉFIEZ-VOUS DES TRUCAGES MASSIFS DE DÉPOUILLEMENTS ET, COMME AVEC LE VACCIN QUI ARRIVE PLUS TÔT QUE PRÉVU, SOUVENEZ-VOUS QUE JE VOUS L'AVAIS BIEN DIT!»

«FRAUDE AU DÉPOUILLEMENT!»

Un brin d'humour noir avec ce tweet où l'on voit le secrétaire d'État Mike Pompeo tirer la bourre au patron dans le domaine des déclarations performatives en expliquant sans rire qu'il y aura «une transition en douceur vers une seconde administration Trump».

«C'est pour ça que Mike était premier de sa classe à West Point!»

Des nouvelles d'Obama?

«Obama a espionné notre campagne –et il s'est fait prendre!»

(Non –et non plus.)

«Les gens n'accepteront pas cette Élection Truquée!»

On est arrivé au stade où à peu près tous les tweets présidentiels sont assortis d'une mise en garde de Twitter expliquant que peut-être, le contenu du message n'est pas tout à fait exact. Or les opposant·es à Trump en sont déjà convaincu·es, et ses partisan·es n'en seront que plus certain·es que leur favori est victime d'un complot.

Avant d'aller se coucher ce mardi, le président recycle le tweet du matin pour se remonter le moral:

«ON VA GAGNER!»

Mercredi 11 novembre

Aujourd'hui, du suspense!

«Les Faux Sondeurs de @ABC/@washingtonpost ont produit un Sondage vraisemblablement illégal et délibérément trompeur juste avant l'Élection me montrant avec 17 points de retard dans le Wisconsin alors qu'en réalité, le Jour du Scrutin, nous étions à égalité –& on se prépare même aujourd'hui à gagner l'État. Il y a tellement de cas “déplorables” de ce genre!»

Des malfaiteurs!

«Un certain Al Schmidt, Membre d'une Commission de Philadelphie et soi-disant Républicain (RINO) est gravement instrumentalisé par les Médias Fake News pour expliquer à quel point les Élections à Philadelphie ont été honnêtes. Il refuse de regarder la montagne de corruption & de malhonnêteté. On gagne!»

De l'émotion!

Des injustices!

«Tout le monde demande pourquoi les récents sondages présidentiels ont été si inexacts à mon sujet. C'est parce qu'ils sont FAKE, exactement comme une grande partie des Merdias!»

Des RT de célébrités internationales!

«Nous connaissons tous la vérité»

(«Mes amis, c'est le plus grand combat depuis la guerre de Sécession», estime Jon Voight après avoir affirmé que la victoire de Joe Biden était un «mensonge».)

Des chiffres!

«73.000.000 DE VOIX LÉGALES AUJOURD'HUI!»

Des lettres!

«Ce sont des BULLETINS! C'est ça qu'est devenu notre pays?»

Mais surtout, un tweet épinglé dans lequel le président demande à ses soutiens de ne jamais se résigner.

«Plus il y aura de gens pour vous dire que ce n'est pas possible, que ce n'est pas réalisable, plus vous devriez être absolument déterminé à prouver qu'ils ont tort. Considérez le mot “impossible” comme un moteur. Savourez l'opportunité d'être un outsider, faites vôtre cette étiquette; être un outsider c'est une bonne chose, aimez cette étiquette, parce que ce sont les outsiders qui changent le monde, et qui font une vraie différence, de celles qui durent.»

Jeudi 12 novembre

Le combat continue. Un à un, les dirigeant·es des pays du monde entier saluent la victoire de Joe Biden. Et pendant ce temps, le président continue de pomper compter.

«De 200.000 voix à moins de 10.000 voix. Si on peut contrôler le nombre total de voix exprimées, on gagnera facilement l'Arizona aussi!»

Et de s'émouvoir.

«C'est si beau!»

Trump en veut vraiment beaucoup à Fox News.

«Les audiences en journée de @FoxNews se sont complètement effondrées. Encore PIRE le week-end. Très triste de voir ça, mais ils ont oublié qui avait fait leur succès, ce qui les a conduits là où ils sont. Ils ont oublié la Poule aux Œufs d'Or. La plus grande différence entre l'Élection de 2016 et de 2020 c'était @FoxNews!»

La poule aux œufs d'or, c'est lui:

Un petit rappel du thème de la semaine?

«Élection truquée! Merci Ryan.»

Aujourd'hui, Trump dénonce l'entreprise Dominion Voting Systems, le fabricant de machines et de logiciels de vote utilisés dans une grande partie du pays. Aucune enquête n'a prouvé la moindre triche ou mauvais comptage dû à ces machines.

«“ARTICLE: DOMINION A EFFACÉ 2,7 MILLIONS DE VOIX POUR TRUMP DANS TOUT LE PAYS. DES ANALYSES DE DONNÉES DÉCOUVRENT QUE 221.000 VOIX EN PENNSYLVANIE ONT ÉTÉ CHANGÉES, PASSANT DU PRÉSIDENT TRUMP À BIDEN. 941.000 VOIX POUR TRUMP EFFACÉES. LES ÉTATS UTILISANT LES SYSTÈMES DE VOTE DOMINION ONT FAIT PASSER 435.000 VOIX DE TRUMP À BIDEN.” @ChanelRion @OANN»

«Ces États en question devraient immédiatement être placés dans la colonne “gagné par Trump”. Biden n'a pas gagné, il a perdu de beaucoup!»

Vendredi 13 novembre

Aujourd'hui, nouveau concept: les élections de Schrödinger.

Ce sont les élections les plus honnêtes et les plus truquées à la fois. Explication:

«Pendant des années, les Dems ont fait la morale en disant que nos élections étaient peu sécurisées et truquées. Maintenant ils disent que l'Administration Trump a fait des merveilles en rendant les élections 2020 les plus sûres de toutes. Il se trouve que c'est vrai, sauf pour ce qu'ont fait les Démocrates. Élections Truquées!»

Rien ne semble ébranler la certitude du président et les manifestations de soutien qui se préparent pour le lendemain (tout en étant «spontanées», car rien n'est impossible) ne risquent pas de le faire changer de discours.

«Ça réchauffe le cœur de voir tout le soutien énorme, surtout les Rassemblements spontanés qui se tiennent dans tout le Pays, y compris un grand à Washington samedi. J'essaierai peut-être d'y passer faire un petit coucou. Cette élection était truquée, par Dominion et du haut en bas!»

Il tiendra parole et traversera la foule en voiture en allant jouer au golf:

Aujourd'hui, les médias commencent à se dire que Trump est peut-être en train d'envisager une défaite car pendant la conférence de presse (sans question par la presse) donnée dans la roseraie de la Maison-Blanche au sujet du Covid-19, Trump a laissé échapper: «Cette administration ne confinera pas. Espérons, quoi qu'il advienne, qui sait, quelle administration cela sera, j'imagine que l'avenir nous le dira, mais ce que je peux vous dire c'est que cette administration ne confinera pas.»

Or ce n'est pas du tout ce que disent ses tweets et ses retweets. Trump n'a aucunement l'intention de concéder quoi que ce soit, et ses lapsus sont probablement un signe qui trahit une fatigue bien compréhensible. Cela fait des mois qu'il prépare le terrain et s'acharne à expliquer que les élections lui seront volées.

S'il part (ou plutôt quand il partira), il le fera en clamant qu'il a gagné quand même.

Réponse du berger à la bergère, dès les premiers frémissements médiatiques sur une probable acceptation de sa défaite, Trump poste sur Twitter l'extrait d'une émission enregistrée quelques mois avant son élection de 2016.

– Comment vous décriraient vos collègues? lui demande le présentateur.
– Comme quelqu'un qui ne renonce jamais, répond Donald Trump.

Samedi 14 novembre

Un peu de politique. Mais vite fait alors.

«Le Congrès doit faire aujourd'hui une Loi d'Aide Covid. Il faut le soutien des Démocrates. Il le faut de grande ampleur et bien ciblé. Faites-le!»

Au Congrès, les discussions sont toujours au point mort, avec des Démocrates et des Républicains aux visions incompatibles sur le chiffrage et le public visé par d'éventuelles aides dans le cadre de la crise économique et sanitaire.

Aujourd'hui, comme souvent, Trump aime New York et déteste son gouverneur, Andrew Cuomo.

«J'AIME NEW YORK! Comme tout le monde le sait, l'Administration Trump a produit un VACCIN génial et bien avant la date prévue. Une autre Administration aurait mis cinq ans. Le problème est que @NYGovCuomo a dit qu'il allait attendre avant de l'utiliser, et d'autres États LE VEULENT MAINTENANT. Nous ne pouvons pas perdre de temps et ne pouvons en donner qu'aux États qui utiliseront le Vaccin tout de suite. D'où le retard pour New York. Il y a beaucoup de vies à sauver, mais nous serons prêts quand eux le serons. Arrêtez de faire de la politique!»

(On rappelle que le vaccin n'est pas encore autorisé ni commercialisé.)

On rappelle aussi qu'y a eu triche.

«Les gens ne vont pas supporter de se faire voler cette élection par une entreprise privée aux mains de Radicaux de Gauche, Dominion, et plein d'autres raisons!»

Petit aperçu des «gens» venus à la marche pour Trump:

«On va GAGNER!»

«Des centaines de milliers de personnes montrent leur soutien à D.C. Elles n'accepteront pas une Élection Truquée et Corrompue!»

Et puisqu'on parle de rassemblement de soutien, savez-vous qui essaie de le passer sous silence? Les médias bien sûr. Et dans l'expression de son outrage, Trump jette son slogan qui résonne comme un cri de guerre: MAGA!

«@FoxNews et les Chaînes de Fake News ne montrent pas ces rassemblements massifs. Au lieu de ça elles mettent leurs journalistes dans des rues presque vides. Maintenant on a la CENSURE PAR LA PRESSE. MAGA!»

Et d'ailleurs, ils sont quoi les médias?

«Les Médias Silencieux sont les Ennemis du Peuple!!!»

Dimanche 15 novembre

«Il a gagné parce que l'Élection était Truquée. AUCUN OBSERVATEUR OU SCRUTATEUR n'a été autorisé, les voix ont été comptées par une entreprise privée aux mains de la gauche radicale, Dominion, à la mauvaise réputation & au matériel pourri qui ne serait même pas accepté au Texas (où j'ai gagné de beaucoup!), les Médias Fake et Muets & plus encore!»

«Il a gagné» écrit le président, en faisant référence à Joe Biden mais surtout en commentaire du tweet qu'il poste sous son message où un présentateur explique que la victoire de Biden n'est pas crédible pour un sou. Il ne s'agit pas d'un aveu, loin de là, mais plutôt d'une formulation maladroite reprise par une grande partie des médias qui veulent y lire une renonciation.

Connaissant Trump et les ressorts de sa stratégie (oh, il partira, nul besoin d'en douter. Mais il sauvera ce qui lui reste de santé mentale en partant encore et toujours convaincu qu'il a gagné), cette interprétation précipitée des médias à l'affût s'explique surtout par l'expression d'un biais cognitif: la défaite de Trump est tellement évidente que l'on veut voir dans chacune de ses déclarations que lui aussi a fini par l'accepter.

Le démenti ne se fera pas attendre longtemps:

«Il n'a gagné qu'aux yeux des MÉDIAS FAKE NEWS. Je ne reconnais RIEN! On a encore beaucoup de chemin à faire. C'était une ÉLECTION TRUQUÉE!»

Il vous reste un doute?

«ÉLECTIONS TRUQUÉES. ON VA GAGNER!

Le président, inébranlable, finira sa semaine par un dernier sursaut du dimanche soir, à minuit et demi:

«J'AI GAGNÉ LES ÉLECTIONS!»

Retrouvez l'actualité de l'élection présidentielle américaine chaque mercredi soir dans Trump 2020, le podcast d'analyse et de décryptage de Slate.fr en collaboration avec l'Ifri et TTSO.

Qu'a tweeté Trump cette semaine?
Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 2 au 8 novembre

Épisode 19

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 2 au 8 novembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 16 au 22 novembre

Épisode 21

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 16 au 22 novembre

Newsletters

Comment va se passer le dernier Thanksgiving de l'ère Trump?

Comment va se passer le dernier Thanksgiving de l'ère Trump?

Cette semaine, enfin un peu de calme et de silence en provenance des États-Unis, et ce pour deux raisons: d'une part, Trump a enfin accepté de lancer le processus de transition vers l'administration Biden, et puis surtout, c'est Thanksgiving. Ce...

L'ultra-gauche n'est pas du tout ce que Jean-Michel Blanquer désigne

L'ultra-gauche n'est pas du tout ce que Jean-Michel Blanquer désigne

La dénonciation de l'ultra-gauche par une partie de la sphère politico-médiatique s'inscrit dans des traditions anciennes de différents partis, qui cherchent à créer un ennemi de l'intérieur.

La dissolution des Loups gris en France ne signe pas la fin du mouvement ultranationaliste turc

La dissolution des Loups gris en France ne signe pas la fin du mouvement ultranationaliste turc

Si les Loups gris ont été dissous en France après des actions violentes, s'attaquer à ce mouvement ultranationaliste turc, sans mettre en cause ses structures, constitue un véritable défi.

Newsletters