Monde

Pour voyager, les touristes se munissent de faux tests Covid-19

Temps de lecture : 2 min

Des résultats truqués ont été retrouvés dans plusieurs pays, notamment en France.

Un formulaire de test Covid-19 pour les passagèr·es arrivant à l'aéroport de Luxembourg. | Jean-Christophe Verhaegen / AFP
Un formulaire de test Covid-19 pour les passagèr·es arrivant à l'aéroport de Luxembourg. | Jean-Christophe Verhaegen / AFP

Avec la seconde vague du Covid-19 qui frappe une grande partie du monde, voyager n'a jamais semblé aussi difficile. Celles et ceux qui ont la bougeotte, qui rêvent d'ailleurs ou qui ont une affaire urgente à l'étranger doivent passer par une étape bien souvent obligatoire: la case test. Une étape désormais évitée par certaines personnes, qui préfèrent se tourner vers le marché noir des faux tests.

Pour enrayer la propagation du virus, les voyageurs et les voyageuses à destination de certains pays doivent présenter un test PCR négatif au Covid-19 avant l'embarquement, sous peine de se voir refouler par les compagnies aériennes. Problème: le précieux sésame n'est pas toujours facile à obtenir dans les temps –le test doit être en général réalisé dans un délai de soixante-douze heures avant le vol.

Des faussaires proposent donc de faux tests PCR ressemblant comme deux gouttes d'eau à des vrais. Nom d'un médecin, logo de laboratoire, numéro de dossier: ces documents frauduleux seraient très difficiles à détecter.

Mais ce n'est pas impossible. Récemment, plusieurs touristes et faussaires ont été interpellés en possession de ce type de documents, rapporte le Washington Post.

France, Brésil, Angleterre

En France, début novembre, sept personnes qui se livraient à ce trafic de faux tests PCR ont été arrêtées à l'aéroport international Paris-Charles-de-Gaulle. Au total, les suspects auraient vendu au moins 200 de ces documents, pour des prix allant de 100 à 150 euros le test.

Le phénomène a également été observé en Amérique du Sud, où quatre touristes en possession de faux résultats au Covid-19 ont été arrêtés par les autorités brésiliennes.

En Angleterre, un homme s'est notamment vanté auprès du Lancashire Telegraph d'avoir pu se rendre au Pakistan en utilisant les résultats du test PCR d'un de ses amis. Il n'a eu qu'à retoucher un peu les documents pour y inscrire son nom, sa date de naissance et la date du test, et le tour était joué.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Si, comme l'explique le média américain, ce phénomène pourrait bien se développer dans les jours à venir, depuis le début de la pandémie, c'est surtout le marché noir des tests PCR eux-mêmes qui a le vent en poupe. Sur le dark web, le prix de certains kits explose, jusqu'à atteindre les 11.000 dollars [9.300 euros] pièce.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Guerre au Yémen, éruption volcanique aux îles Tonga, et famine en Afghanistan… La semaine du 15 au 21 janvier en images.

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Depuis le dernier tiers du XIXᵉ siècle, certains auteurs cherchent à prouver que le pays ne doit pas son nom à l'explorateur florentin Amerigo Vespucci.

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

L'Union européenne s'est engagée sur un nouveau programme Eramus+ qui devrait s'ouvrir à de nouveaux publics.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio