Tech & internet

TikTok interroge l'administration Trump: où en est le bannissement de l’application?

Temps de lecture : 2 min

La populaire application de partage de vidéos a jusqu'au 12 novembre pour agir face à son interdiction. Le problème? Elle est sans nouvelles de l'administration Trump.

Le 27 août à Culver city en Californie  | MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
Le 27 août à Culver city en Californie  | MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

L'application chinoise de partage de vidéos, TikTok, popularisée pendant le confinement, a déposé un recours devant la cour d’appel de Washington afin d’avoir une meilleure idée de l’état des actions engagées contre elle par l’administration Trump.

Le 14 août 2020, sa société éditrice, Bytedance, reçoit un ultimatum par décret de la part du président Trump lui donnant 90 jours pour vendre ses actifs américains sous peine d'interdiction –il prend fin le 12 novembre. La raison de celui-ci? l'appplication est accusée de siphonner les informations personnelles de ses utilisateurs et utilisatrices avant de les remettre aux mains des autorités chinoises centrales, ce qui pourrait donc constituer une menace pour la sécurité nationale américaine.

Pourtant, cela fait maintenant des semaines que ByteDance est sans nouvelles de l'administration américaine. Pour avoir plus de temps afin de prouver sa bonne foi, l’entreprise a demandé un délai de 30 jours (autorisé par le décret) mais ne sait pas si celui-ci lui a été accordé. L’entreprise ne sait pas non plus ce qui pourrait réellement advenir en cas de dépassement du délai.

«Cela fait un an que TikTok s’engage auprès de l'administration américaine avec bon espoir de répondre aux inquiétudes concernant la sécurité nationale du pays, même si nous ne sommes pas d’accord avec cette appréciation, peut-on lire dans le communiqué de l'entreprise partagé par le magazine The Verge, nous avons offert des solutions détaillées pour finaliser l’accord [avec le président] mais nous n’avons reçu aucun retour substantiel sur le cadre de notre protection et sécurisation des données.» Ce silence ne laisserait d'autre choix à l'application que le recours devant la justice.

ByteDance avait pourtant accepté en septembre de vendre une partie de ses actifs à plusieurs entreprises américaines, un accord approuvé côté Trump mais pas par le gouvernement chinois. Une proposition de rachat est d'ailleurs en cours de finalisation avec l'entreprise Oracle.

Interdire TikTok? La menace est devenue réalité en Inde, où les internautes en sont privé·es depuis le 29 juin. Rappelons que TikTok rassemble aux États-Unis 100 millions d’utilisateurs et utilisatrices actives par mois et 50 millions par jour.

Newsletters

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

En août 1968, l'ingénieure en informatique Lynn Conway était virée en dépit de son travail prometteur et reconnu.

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Avec la généralisation du télétravail, on oublie encore un peu plus à quoi ressemblaient nos métiers avant internet.

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

L'entreprise s'est beaucoup améliorée pour empêcher la haine de se manifester. Mais les modérateurs sont mécontents d'être poussés à retourner au bureau.

Newsletters