Politique / Monde

La présidentielle américaine a fait le bonheur des bookmakers (sauf aux États-Unis)

Temps de lecture : 2 min

Les paris ont atteint des sommes jamais vues, effaçant de très loin les scores de 2016.

Soir d'élection à TImes Square, le 4 novembre 2020. | Timothy A. Clary / AFP
Soir d'élection à TImes Square, le 4 novembre 2020. | Timothy A. Clary / AFP

Joe Biden et Kamala Harris ne sont pas les seul·es gagnant·es de l'élection présidentielle 2020, raconte Vox. Les bookmakers peuvent également se frotter les mains, le duel Trump-Biden ayant été particulièrement lucratif. Dans de nombreux pays asiatiques et européens, les paris ont en effet flambé, ce qui n'est pas le cas aux États-Unis... où il est illégal, sauf exception, de parier sur les résultats de cette élection.

Chez Betfair Exchange, l'entreprise qui domine le marché britannique du pari, la masse monétaire mise en jeu s'est par exemple élevée à 490 millions de livres, soit environ 543 millions d'euros. Un parieur anglais a même parié l'équivalent de 1,1 million d'euros sur la victoire de Biden et Harris, si l'on en croit CNN Business. L'issue favorable au binôme démocrate devrait permettre à ce joueur de repartir avec un bénéfice d'environ 600.000 euros.

En 2016, le duel entre Hillary Clinton et Donald Trump avait généré 199 millions de livres de paris, soit environ 220 milions d'euros. Cela représente une augmentation de 147% entre les deux dernières élections présidentielles.

Prédire les résultats grâce aux cotes? Risqué

D'après le New York Times, si l'on décidait de se fier aux entreprises de paris et de les considérer comme des instituts de sondage, alors Biden avait 66% de chances de l'emporter contre Trump. Les étapes précédentes de la présidentielle ont cependant prouvé qu'il ne fallait pas se fier aux tendances affichées chez les bookmakers. En février, les marchés du pari avaient fait de Michael Bloomberg leur favori pour la primaire démocrate et considéré qu'Andrew Yang était un challenger solide. Les deux hommes ont fini par jeter l'éponge avant l'élection.

Pete Watt, responsable des relations publiques pour le site de comparaisons de cotes Oddschecker, explique qu'au cours de la nuit de l'élection, et à mesure que les résultats arrivaient d'un État ou d'un autre, les tendances n'ont cessé de changer de façon impressionnante. Pas étonnant: plus que jamais, parieurs et parieuses ont joué les girouettes et tenté de capter le sens du vent.

«À un moment de la nuit, les cotes changeaient si régulièrement que je devais rafraîhcir mon navigateur toutes les trente secondes», raconte Watt. «C'était extraordinaire.»

S'appuyant sur une étude de 2003, Vox rappelle qu'avant la Deuxième Guerre Mondiale, il existait aux États-Unis un véritable marché du pari présidentiel, principalement basé à New York, Philadelphie, Chicago et Baltimore. Un système qui, depuis, est devenu illégal.

Newsletters

Confinement partiel, couvre-feu: comment le gouvernement tranche entre les expertises

Confinement partiel, couvre-feu: comment le gouvernement tranche entre les expertises

La conception de l'intérêt général a évolué.

Plus jamais?

Plus jamais?

Viol au parlement australien: la communication chancelante du Premier ministre

Viol au parlement australien: la communication chancelante du Premier ministre

Alors qu'une ancienne attachée de presse affirme avoir été violée à l'intérieur des bâtiments du parlement australien, le Premier ministre peine à communiquer sur le sujet.

Newsletters