Boire & manger

Au nom de la lutte contre l'obésité, Cadbury réduit la taille de ses friandises de Noël

Temps de lecture : 2 min

2020 est vraiment une triste année.

L'une des fameuses boîtes de Noël vendues par Cadbury. | capture d'écran via Youtube
L'une des fameuses boîtes de Noël vendues par Cadbury. | capture d'écran via Youtube

Après une année particulièrement compliquée, vous pensiez pouvoir vous réfugier dans les friandises de Noël pour prendre un peu de plaisir? Cadbury n'a pas l'air tout à fait d'accord. L'entreprise Mondelez, qui possède la marque, vient en effet de confirmer que certaines des friandises de ses coffrets de Noël seraient réduites de 12% par rapport à celles des années précédentes. Et 12%, ça compte.

La décision porte principalement sur les barres chocolatées au fudge, cette préparation caramélisée enrichie de sucre, de lait et de beurre. Officiellement, l'objectif de Cadbury est de faire descendre la valeur énergétique de ses friandises en dessous de la barre des 100 calories, raconte The Independent, qui a recueilli les propos des porte-parole de la marque:

«Nous sommes engagés dans la lutte contre l'obésité infantile. Depuis 2014, nous avons fourni à notre clientèle des portions calibrées, en introduisant une limite de 100 calories sur le chocolat, mais aussi sur les biscuits que les parents achètent spécifiquement pour leurs enfants.»

En 2017, Cadbury avait carrément décidé de retirer les barres au fudge de ses boîtes de Noël et de les remplacer par des barres au chocolat au lait et à l'Oreo... avant de faire machine arrière en 2019 suite aux plaintes des client·es qui avaient accusé la firme de «gâcher Noël».

Les quantités en baisse, mais pas les prix

The Independent fait remarquer que la quantité de chocolat diminue d'année en année dans les boîtes de Noël Cadbury. En deux ans, la quantité de chocolat proposée dans l'un des coffrets classiques de la marque est passée de 169 grammes de chocolat à 150 cette année, soit une baisse d'environ 11%.

Pour Louise Stigant, directrice générale de Mondelez, la limitation de la taille des portions constitue «la bonne approche pour aider les parents à gâter leurs enfants tout en contrôlant les calories». Elle ajoute que son entreprise souhaite «jouer son rôle dans la lutte contre l'obésité infantile»... sans préciser évidemment que les prix des boîtes, eux, restent inchangés.

Faut-il vraiment faire des festivités de Noël un point central de la lutte contre les calories? Est-ce en s'attaquant à la taille de ce genre de friandises que l'on aidera les jeunes obèses à aller mieux? Ou est-ce une habile manœuvre de Cadbury lui permettant de vendre moins de chocolat pour le même prix? Le doute est tout à fait permis. Et joyeux Noël quand même.

Newsletters

Manger épicé, un symbole de virilité (selon les hommes)

Manger épicé, un symbole de virilité (selon les hommes)

Le piment serait-il un pénis de substitution?

Aux Lyonnais, près de l'Opéra Comique, et dix autres excellents bistrots parisiens

Aux Lyonnais, près de l'Opéra Comique, et dix autres excellents bistrots parisiens

Des adresses hautement recommandables pour faire vibrer les papilles et se réchauffer le cœur.

Bushmills, l’Irish whiskey qui a le goût de l’histoire

Bushmills, l’Irish whiskey qui a le goût de l’histoire

L’une des plus anciennes distilleries de whiskey encore en activité, The Old Bushmills Distillery, a traversé les siècles à hauteur d’homme et de femme, avec ses moments de gloire et ses blessures. Pour mieux le raconter dans ses bouteilles.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio