Médias / Monde

Donald Trump et ses soutiens sont furieux contre Fox News

Temps de lecture : 2 min

En décidant d'annoncer la défaite du président sortant dans l'Arizona, la chaîne américaine a devancé tous ses concurrents et exaspéré le camp républicain.

«Donald Trump a appelé le propriétaire de Fox, Rupert Murdoch, pour lui crier dessus.» | Frank Rumpenhorst / DPA / AFP
«Donald Trump a appelé le propriétaire de Fox, Rupert Murdoch, pour lui crier dessus.» | Frank Rumpenhorst / DPA / AFP

C'est peu dire que la décision a fait parler. Mardi 3 novembre à 23h30 (heure américaine), le decision desk de Fox News a déclaré que Joe Biden avait remporté l'Arizona et ses onze grands électeurs, un peu à la surprise générale.

Pour les Démocrates, ce n'est certes pas le Texas, mais il s'agit d'une jolie prise de guerre. Depuis l'élection de 1952, seul Bill Clinton, lors de sa deuxième campagne en 1996, avait réussi à arracher cet État du sud-ouest du pays pour le parti.

Trois heures après Fox News, l'agence de presse américaine Associated Press (AP) a également accordé l'Arizona à Joe Biden. Depuis, ce sont toujours les deux seuls decision desks dans ce cas.

Très rapidement, les soutiens de Donald Trump ont fait savoir leur colère quant à cette décision. Comme le raconte le New York Times, «Jason Miller, le chef de la stratégie de la campagne Trump, a affirmé sur Twitter qu'un million de votes n'avaient pas encore compté et accusait la chaîne “d'essayer d'invalider leurs votes”. Le journaliste John Roberts disait que l'équipe de campagne de Trump était “livide”.»

Trump a demandé à la chaîne de se rétracter

Il faut dire qu'avec cette annonce, l'Arizona devenait le premier État remporté par Trump en 2016, à passer sous pavillon démocrate. Et cela arrivait pile au moment où les partisans du président sortant, assez pessimistes sur ses chances de réélection, commençaient à reprendre espoir, rapporte le New York Times. «Ce mirage s'est évanoui avec l'annonce de Fox News», résume succinctement le quotidien new-yorkais.

Sans surprise, Donald Trump lui-même n'a pas vraiment apprécié. Le journaliste de Vanity Fair, Gabriel Sherman, raconte que «Donald Trump a appelé le propriétaire de Fox, Rupert Murdoch, pour lui crier dessus à propos de ce choix et pour demander une rétraction de la part de Fox News. Murdoch a refusé», assure l'auteur d'un livre remarqué sur la chaîne et son ancien président, précisant que Trump et Murdoch ne sont plus tout à fait sur la même longueur d'onde depuis quelques mois.

Pour expliquer son choix, Fox News a décidé d'envoyer à l'antenne le responsable du decision desk, Arnon Mishkin. «Je suis désolé, nous n'avons pas tort», a-t-il conclu.

«Le directeur du bureau de décision de Fox News, Arnon Mishkin, a confirmé le choix de l'Arizona pour Biden. “Je suis désolé, le président ne sera pas en mesure de prendre le relais et de gagner suffisamment de voix pour éliminer cette avance de sept points que possède l'ancien vice-président.” Voici ses commentaires complets pour le justifier.»

Cette décision d'accorder l'Arizona à Joe Biden revêt encore plus d'importance vingt-quatre heures plus tard. Car, après les annonces de plusieurs decision desks déclarant que Biden avait remporté le Michigan et le Wisconsin, mercredi, Fox News se retrouve en mesure d'être le premier média à annoncer une défaite de Donald Trump si son decision desk venait à déclarer que Joe Biden remportait le Nevada.

En 2004, la chaîne avait refusé d'être la première à annoncer la réélection de George Bush. Reste à savoir si seize ans plus tard, elle se priverait également d'être la première à annoncer publiquement que l'un de ses invités les plus récurrents va devoir quitter la Maison-Blanche.

Newsletters

«Nous n'accréditerons pas nos journalistes pour couvrir les manifestations»

«Nous n'accréditerons pas nos journalistes pour couvrir les manifestations»

[TRIBUNE] Les directions de nombreuses rédactions françaises réaffirment leur attachement à la loi de 1881 sur la liberté de la presse et leur vigilance quant à sa préservation.

«Hold-up», ou comment faire une bonne théorie du complot

«Hold-up», ou comment faire une bonne théorie du complot

Le documentaire qui laisse entendre que le Covid-19 serait une machination des élites visant à éliminer une partie de l'humanité obéit à des règles narratives communes aux récits complotistes.

Les œillères de la presse américaine sur l'islamisme radical en France

Les œillères de la presse américaine sur l'islamisme radical en France

Le Washington Post et le New York Times donnent l'impression que les attentats en France n'ont rien à voir avec le djihadisme, et tout à voir avec les excès de la laïcité et les échecs de l'intégration.

Newsletters