Politique / Monde

Que se passerait-il en cas d'égalité à l'élection présidentielle américaine?

Temps de lecture : 2 min

Bien que peu probable, un tel scénario est possible.

Le président actuel pourrait bien se retrouver dans une position favorable en cas d'égalité. | Jim Watson, Saul Loeb / AFP 
Le président actuel pourrait bien se retrouver dans une position favorable en cas d'égalité. | Jim Watson, Saul Loeb / AFP 

Joe Biden et Donald Trump sont au coude-à-coude. Alors que le résultat de l'élection présidentielle américaine de 2020 s'annonce serré, pourrait-on imaginer une égalité entre les deux candidats à la Maison-Blanche?

Étant donné que l'élection présidentielle aux États-Unis s'effectue au suffrage universel indirect, par le biais de grands électeurs rassemblés en un collège électoral de 538 membres (un nombre paire), ce scénario est mathématiquement possible. Il suffirait que les deux candidats reçoivent 269 votes chacun pour avoir affaire à l'improbable casse-tête d'une égalité parfaite.

À en croire ce tweet d'un journaliste de l'AFP USA, datant du mercredi 4 novembre au matin, le scénario 269-269 n'aurait rien de loufoque. Que se passerait-il alors?

Dans ce cas de figure, les cartes seraient dans les mains de la Chambre des représentants. Chaque délégation d'État disposerait d'un seul vote et le premier des candidats à avoir la majorité, qui est de vingt-six voix, deviendrait alors le président des États-Unis pour les quatre années à venir. Le vice-président, quant à lui, serait élu par le Sénat, explique le New York Post.

Avantage Trump

Selon le média américain, le président actuel pourrait bien se retrouver dans une position favorable en cas d'égalité avec Joe Biden.

Bien que les Démocrates soient plus nombreux à la Chambre des représentants, les Républicains détiennent plus d'États en tout –ce qui s'avérerait décisif au moment du vote pour départager les deux candidats.

Dans l'histoire des États-Unis, ce cas de figure n'est survenu qu'une fois: en 1800, au moment de la quatrième élection de la toute jeune nation. Thomas Jefferson était alors sorti vainqueur (non sans mal) de l'élection, transférée à la Chambre des représentants.

Newsletters

Au Printemps républicain, une vision bien particulière de la laïcité

Au Printemps républicain, une vision bien particulière de la laïcité

Le mouvement revendique une «laïcité de combat» et une lutte simultanée contre l'extrême droite identitaire et l'islamisme. Mais dans les faits, les militants semblent se fixer sur une communauté en particulier.

Ce que la damnatio memoriae, cancel culture de la Rome antique, nous dit sur l'après-Trump

Ce que la damnatio memoriae, cancel culture de la Rome antique, nous dit sur l'après-Trump

En souhaitant effacer de l'histoire certaines personnalités, les Romains ont fait tout le contraire. Une leçon à méditer, surtout avec des ex-dirigeants comme Trump.

Face au risque épidémiologique, Emmanuel Macron joue la carte de l'optimisme

Face au risque épidémiologique, Emmanuel Macron joue la carte de l'optimisme

Dans l'incertitude ambiante et malgré les positions de la communauté scientifique, le président de la République tente un pari politique.

Newsletters