Santé / Sciences

De petites variables génétiques pourraient déterminer la sévérité du Covid-19

Temps de lecture : 2 min

Des scientifiques se penchent sur la piste ADN pour tenter de comprendre pourquoi une personne est touchée plus qu'une autre par le Covid.

Immage colorisée d'une cellule infectée par le coronavirus (en rouge), juillet 2020 | National Institute of Allergy and Infectious Diseases(NIH/NIAID) via AFP
 
Immage colorisée d'une cellule infectée par le coronavirus (en rouge), juillet 2020 | National Institute of Allergy and Infectious Diseases(NIH/NIAID) via AFP  

C'est l'un des facteurs qui rend le virus si énigmatique: comment se fait-il qu'une personne de 60 ans ne développe pas de symptômes et qu'une autre d'une trentaine d'années souffre encore, des semaines après l'infection, des conséquences de la maladie.

Certains facteurs –encore inconnus– nous rendent plus ou moins résistant·es à cette pandémie. Forcément, les scientifiques sont allés chercher du côté de la génétique pour voir si ces différences étaient explicables. À la clef pour les chercheurs et chercheuses: développer le traitement le plus adéquat.

La réponse pourrait se trouver du côté des interférons, une protéine naturelle fabriquée par les cellules de l'organisme et chargée de transmettre au système immunitaire le message de s'activer face au virus. Certaines mutations génétiques empêchent des personnes de produire suffisamment de ces interférons pour que le système immunitaire mette en place une réponse efficace. Plusieurs équipes hospitalières françaises ont fait le même constat: les patient·es les plus atteint·es sont déficitaires en interférons de type I. Plusieurs tests sont réalisés en ce moment même outre-Manche pour déterminer la bonne manière de pallier le manque d'interférons.

La recherche se focalise également sur le gène dont les variantes sont impliquées dans le déclenchement de maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde. Le médicament pour soigner cette maladie a donc été testé et semble pour le moment promettre de bons résultats.

Comme l'explique Jeffrey Barrett de l'institut Wellcome Sanger en charge d'un programme sur la recherche génétique et le Covid au Guardian: «En comprenant l'impact de la variation des gènes dans le corps, nous pouvons maintenant trouver des médicaments pour bloquer ces variables et aider les patients. La mauvaise nouvelle c'est que cela peut prendre des années d'expérimentations. La bonne est qu'il y a tellement de scientifiques sur le sujet que l'on devrait obtenir rapidement des réponses.»

Une autre étude menée en collaboration entre différentes universités anglaises, norvégiennes et américaines permet d'étudier l'impact des comorbidités sur la sévérité du covid. Cinq d'entre elles sont observées: l'obésité, l'hyper-tension, le cholestérol, la cigarette et le diabète. L'intérêt étant de voir si le degré de sévérité varie quand l'un des paramètres est modifié. La réponse est oui, donc perdre du poids (en cas d'obésité) ou arrêter la cigarette peut être une bonne manière de se protéger davantage du Covid-19.

Newsletters

Au Brésil, ravagé par le Covid, des infirmières inventent une nouvelle «Main de Dieu»

Au Brésil, ravagé par le Covid, des infirmières inventent une nouvelle «Main de Dieu»

Avec deux gants en latex remplis d’eau tiède, des infirmières locales essaient de simuler un sentiment de contact humain pour les patients.

Fait-on la fine bouche en refusant le vaccin AstraZeneca?

Fait-on la fine bouche en refusant le vaccin AstraZeneca?

Une majorité de Français veulent se faire vacciner, mais pas avec le vaccin britannique.

En plein accouchement, une femme découvre qu'elle a deux vagins

En plein accouchement, une femme découvre qu'elle a deux vagins

Ce phénomène s'appelle l'utérus didelphe ou double utérus.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters