Tech & internet / Monde

Claudia Conway, la star de TikTok qui ébranle la Maison-Blanche

Temps de lecture : 5 min

Connue pour ses vidéos de danse et de chant sur TikTok, la fille de Kellyanne Conway, ex-conseillère de Donald Trump, a été révélée au grand public grâce à son franc-parler en matière de politique.

C'est sur TikTok que Claudia Conway a révélé que sa mère, ex-conseillière de Donald Trump, avait été testée positive au Covid-19. | Capture d'écran via TikTok
C'est sur TikTok que Claudia Conway a révélé que sa mère, ex-conseillière de Donald Trump, avait été testée positive au Covid-19. | Capture d'écran via TikTok

Fille de deux éminents Républicains américains, pourtant opposés, l'adolescente ne mâche pas ses mots quand elle s'exprime auprès de sa communauté. Avec 1,5 million et 184.000 d'abonné·es sur TikTok et Instagram, Claudia Conway est une vraie épine dans le pied pour la communication de la Maison-Blanche. À un mois de l'élection présidentielle américaine, c'est elle qui a révélé la positivité de sa mère Kellyanne Conway au Covid-19, bien avant les déclarations officielles de l'intéressée. Depuis ce grand déballage public, les vidéos de la jeune fille sont de plus en plus relayées et commentées, diffusées à la télévision, et même sur Fox News.

Mais pourquoi une adolescente de 16 ans déchaîne-t-elle autant les passions? Peut-elle vraiment avoir un rôle à jouer dans l'élection du 3 novembre?

Une famille engagée

Replaçons un peu le contexte. On peut penser que Claudia Conway est une habituée des débats politiques (animés) au sein de sa famille. Fille aînée –avec son frère jumeau George– de Kellyanne et George, son foyer est une illustration des dissensions que ces quatre dernières années ont provoquées au sein de la politique américaine. Sa mère, pour commencer, était une proche conseillère de Donald Trump depuis sa campagne de 2016. En charge de sa communication pendant quatre ans, grande pourfendeuse des «faits alternatifs», elle défend contre vents et marées le président Trump.

Mais cette alliée de toujours a cependant fait un pas en arrière dès août dernier, pour le bien-être de sa famille, pouvait-on lire dans son communiqué. Clan composé en autre de son époux, George T. Conway III, Républicain convaincu mais ennemi de Donald Trump, à tel point qu'il est à l'origine de la création du Lincoln Project, un groupe républicain opposé au 45e président des États-Unis. À base de spots publicitaires très ciblés et diffusés aux heures d'écoute du président, ce comité d'action politique ne ménage pas ses efforts.

Et c'est au milieu de ces opinions divergentes, mais centrées plutôt à droite, que la fille aînée du couple grandit. En juillet, elle décorait sa chambre façon squat avec un tag «Fuck Trump» sans équivoque et appelle depuis peu à «voter bleu», c'est-à-dire Démocrate. C'est donc dans ce climat qu'on imagine tendu, et en totale opposition avec ses parents, qu'évolue Claudia Conway.

«N'écoutez pas les conneries de notre idiot de président», s'insurge Claudia Conway sur TikTok au sujet des masques. | Capture d'écran via TikTok

Cependant voilà, elle est loin d'être une simple adolescente: en plus d'avoir un nom, elle a aussi accès à un certain nombre d'informations sensibles, par le biais de sa mère.

Opposition mère-fille par écrans interposés

En pleine pandémie, couplée à une élection présidentielle, la communication de la Maison-Blanche est plus à cran que jamais. Mais c'était sans compter sur Claudia Conway, pour venir remuer tout cela. Le 26 septembre, Donald Trump introduit Amy Coney Barrett dans le jardin du Rose Garden de la Maison-Blanche, pour présenter officiellement sa nomination à la Cour suprême. Très peu de masques et aucune distanciation physique, et le résultat tombe quelques jours plus tard: de plus en plus d'invité·es ont le Covid-19.

C'est alors qu'intervient Claudia, le 2 octobre. Depuis chez elle, la jeune femme remarque que sa mère, Kellyanne Conway, tousse. Génération Z oblige, l'adolescente en fait une vidéo TikTok, qui très vite se propage. Kellyanne Conway est obligée d'avouer publiquement avoir contracté le virus. Ce qu'elle fait quelques heures après.

@claudiamconway

♬ original sound - linds

Pendant ce temps-là, Claudia continue de poster, et se plaint d'avoir passé la journée avec sa mère, qui toussait, sans savoir qu'elle était positive. Furibonde, cette dernière réagit très mal aux accusations de sa fille et lui demande de poster un rectificatif. Dans plusieurs vidéos (supprimées depuis), on peut voir la jeune fille sur son lit, à côté de l'ancienne conseillère de Donald Trump qui, très énervée, crie qu'elle «n'a pas menti à propos du fucking Covid».

Claudia publie ensuite une vidéo où est inscrit: «Petite clarification de mes posts précédents. Ma mère affirme qu'elle ne m'a pas menti. Elle a passé trois tests [Covid]. Le premier négatif, les deux suivants positifs. Nous n'étions pas en communication. J'ai mal interprété.»

Mea culpa forcé ou sincère, en tout cas le duo de choc a passé les jours suivants en vase clos.

Dans une vidéo TikTok, Claudia Conway indique que sa mère a été testée positive au Covid-19. | Capture d'écran via TikTok

Mais cet épisode n'est pas la première marque d'une opposition marquée entre la mère et la fille. Déjà, durant l'été, l'adolescente avait longuement témoigné de son mal-être sur les réseaux sociaux, notamment dans une vidéo en live. La jeune fille disait qu'elle avait vécu une enfance traumatisante, faite d'abus et de violences (physiques et morales) de la part de ses parents.

Si ceux-ci n'ont pas réagi publiquement à ces déclarations, Kellyanne a néanmoins pris la parole lors de l'épisode d'octobre, en rappelant que sa fille n'avait que 15 ans (au moment de la publication), avant de poursuivre: «Vous êtes des adultes, nous avons le Covid, mais il est évident qui est vraiment malade.» Du grand Kellyanne.

Traitement médiatique et cyber-harcèlement

Pourquoi un tel intérêt pour la jeune fille? Jusqu'à son intervention ce week-end-là, la communication de la Maison-Blanche concernant les infections du 26 septembre était minime. Cachant même au personnel sur place la possibilité d'un événement à haut risque. Les autorités ont essayé de garder l'information le plus longtemps possible pour, entre autres, ne pas trop en dire sur la santé du président.

En quelques heures, la page TikTok de Claudia Conway a donc attiré curieux et journalistes à la recherche d'informations venues de l'intérieur, pas encore révélées, ni authentifiées. Mentionnée, alpaguée par commentaires, et même insultée, la jeune fille a vu son nom passer en top tweet, les sujets les plus discutés sur Twitter, plusieurs fois dans le week-end.

Saluée par les Démocrates et opposants au président Trump, elle est néanmoins rayée par les pro-Trump qui n'apprécient guère ses sorties plutôt vindicatives. Récemment, la jeune fille a semblé prendre un peu de recul sur la politique via les réseaux sociaux, incitant simplement ceux qui le peuvent à voter. Pourtant, sa nouvelle photo de profil sur TikTok est sans équivoque: elle indique «Gen Z for Biden».

Newsletters

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

En août 1968, l'ingénieure en informatique Lynn Conway était virée en dépit de son travail prometteur et reconnu.

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Avec la généralisation du télétravail, on oublie encore un peu plus à quoi ressemblaient nos métiers avant internet.

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

L'entreprise s'est beaucoup améliorée pour empêcher la haine de se manifester. Mais les modérateurs sont mécontents d'être poussés à retourner au bureau.

Newsletters