Culture

Scrabble: pas de panique, les règles n'ont pas changé

Temps de lecture : 3 min

Comment la fausse information selon laquelle les noms propres étaient désormais autorisés a fait le tour du monde.

Malgré ce que vous avez pu entendre sur NPR, lu sur Kotaku ou CBS ou appris de la BBC ou du Telegraph, les entreprises qui possèdent Scrabble -le jeu de société auquel j'ai consacré des milliers d'heures de ma vie d'adulte- n'ont pas décidé d'autoriser la profanation du plateau de 15x15 avec des noms propres. En revanche, cela fait une bonne histoire à raconter dans les médias. «Mattel change les règles du Scrabble pour la première fois depuis 1948», trompète le London Times. «Beyonce sur un mot compte triple?» s'interroge le Daily Mail.

Oubliez tout ça. Voilà ce qui se passe vraiment. Mattel, qui détient les droits du Scrabble en dehors de l'Amérique du nord, sort un jeu cet été, le Scrabble Trickster. Le jeu contiendra des cartes qui permettront aux joueurs d'épeler un mot à l'envers, d'utiliser des noms propres ou encore de voler des lettres aux adversaires, ainsi que d'autres actions non autorisées dans la version originale. Le jeu ne sera pas disponible en Amérique du Nord, où Hasbro, qui détient Scrabble, n'a pas prévu de variation similaire selon mes informations.

Trickster ne sera que le dernier d'une longue liste de déclinaisons du Scrabble. Une partie de Scrabble Sentence Cube, quelqu'un? Non? Un petit Scrabble Overturn? Un Super Scrabble? Ou un Scrabble Up? Ces jeux étaient tous des tentatives de faire acheter à un public de fans quelque chose qui ressemble à leur jeu préféré -ou au moins contient son nom- et elles ont toutes plus ou moins échoué (je ne parlerais même pas des éditions Simpsons, Shrek, Parcs nationaux, Chicago Cubs...).

C'est le problème avec les inventions géniales: une pâle déclinaison ressemble tout de suite à une pâle déclinaison. L'architecte newyorkais Alfred Butts a inventé le Scrabble dans les années 30 et 40, et le jeu a explosé dans au début des années 50. Il y avait une raison à cela: le Scrabble est proche de la perfection, avec son équilibre entre la chance et le talent, le risque et la récompense. C'est un jeu qui vous tient en haleine, et où la compétition est féroce. Et il exploite quelque chose de fondamental pour nous tous: le langage. Pour Hasbro et Mattel, le Scrabble est une rente, mais il n'y a pas beaucoup de place pour la croissance. Les déclinaisons sont une manière peu coûteuse de faire augmenter les ventes, surtout quand il n'y a pas besoin de sortir un plateau de jeu du placard ou de passer par un ayant droit pour y jouer en ligne.

Alors comment cette dernière opération marketing s'est-elle transformée en buzz mondial? Une combinaison de communication trompeuse de l'entreprise et d'incompétence des médias. Selon mes informations, la nouvelle de la sortie du jeu est apparue pour la première fois  sur quatre lignes dans un magazine de l'industrie du jouet. Les médias britanniques ont ensuite commencé à appeler Mattel, et l'entreprise n'a semble-t-il rien fait pour dissiper l'idée qui se formait dans les esprits des journalistes crédules qu'un changement majeur était en train de se produire. Dans le Daily Mail, un porte-parole de Mattel a insinué que les règles du jeu avaient officiellement été changées. Mattel allait continuer à vendre le Scrabble «à l'ancienne», mais cette nouvelle version améliorée allait aider à «niveler le jeu» entre «les joueurs expérimentés au vocabulaire riche» et les «joueurs passionnés par les people et le football.» Les journalistes n'ont pas pris la peine d'appeler le dirigeant de Mattel à Londres qui s'occupe des compétitions de Scrabble en dehors de l'Amérique du Nord. Aux Etats-Unis et au Canada, la plupart des journalistes n'ont même pas fait la distinction entre Mattel et Hasbro, les deux géants qui se partagent la propriété du jeu.

Et pour ce qui est d'autoriser les noms propres au Scrabble, jetons un œil à la Official World List, le manuel officiel des compétitions en Amérique du Nord. Le mot «JAPAN» y est! Impossible! Et pourtant, sa définition dans le Dictionnaire officiel des joueurs de Scrabble est «enduire avec de la laque noire et brillante.» Et «TEXAS»? C'est la structure la plus élevée d'un bateau à vapeur. «Vont-ils commencer à autoriser des mots tels que FRISBEE, KLEENEX, XEROX, FEDEX et BENADRYL?» m'a demandé en feignant la terreur mon ami David Koenig, expert du Scrabble, sur Facebook.

C'était une blague, ce sont tous des mots acceptés au Scrabble.

Stefan Fatsis. Traduit par Grégoire Fleurot

Photo: Scrabble, patrickeasters, via Flickr CC License by

Slate.com

Newsletters

Enfant, je redoutais la fin de «Quitte ou double» présentée par Zappy Max

Enfant, je redoutais la fin de «Quitte ou double» présentée par Zappy Max

Inévitablement liée au souvenir sonore de son «Quitte ou double» lancé avec enthousiasme, la mort de l'animateur éveille en moi un autre et terrible souvenir.

Tolkien ne serait pas devenu Tolkien sans Oxford

Tolkien ne serait pas devenu Tolkien sans Oxford

J. R. R. Tolkien a passé cinquante ans à Oxford. Le biopic de l'écrivain, en salle ce 19 juin, revient sur ses années d'étudiant dans la cité universitaire, décisives dans l'invention de son univers.

Avec «Le Daim», à délirant, délirante et demie

Avec «Le Daim», à délirant, délirante et demie

Le nouveau film de Quentin Dupieux fabrique une fable absurde autour d'un serial killer obsessionnel et givré, invention nourrie d'une autre folie moins improbable, la pulsion créatrice.

Newsletters