Sciences

L'océan Arctique n'a pas encore gelé et l'on devrait s'en inquiéter

Temps de lecture : 2 min

La glace en mer de Laptev, près de la Sibérie, a du mal à se reconstruire.

La banquise arctique pourrait avoir totalement disparu en été d'ici à 2035. | Guillaume Falco via Pexels
La banquise arctique pourrait avoir totalement disparu en été d'ici à 2035. | Guillaume Falco via Pexels

C'est une première dont la planète se serait bien passée: la mer de Laptev n'a toujours pas commencé à geler fin octobre; une première à cette période de l'année pour cette région considérée comme le berceau des glaces de l'océan Arctique.

«L'absence de gel jusqu'à présent cet automne est sans précédent dans la région de l'Arctique sibérien», déplore auprès du Guardian Zachary Labe, chercheur à l'Université d'État du Colorado.

Cette situation inquiétante serait en partie due à une hausse des températures des eaux de la région, qui ont dépassé de 5°C les moyennes de saison, ajoute le média britannique. Cette augmentation serait liée à une atmosphère plus chaude et à des courants atlantiques plus doux, qui viennent profondément perturber la formation de glace dans la région.

Équilibre en danger

Un malheur ne vient jamais seul et, dans le cas de l'océan Arctique, c'est tout un équilibre qui pourrait être complètement chamboulé.

Ce gel tardif pourrait entraîner deux conséquences: d'un côté, la calotte glaciaire risque d'être plus fine et ne pourra pas renvoyer la chaleur du soleil, ce qui accélérera son déclin; de l'autre, la fragile glace de la mer de Laptev risque de se rompre avant d'atteindre le détroit de Fram au Groenland, où elle finit normalement son cycle.

Cette dernière étape est d'autant plus cruciale qu'elle permet d'apporter les nutriments nécessaires au plancton arctique, qui est capable d'absorber du CO2 de l'atmosphère.

Malheureusement, l'optimisme n'est pas de mise concernant la fonte de la banquise en Arctique. Selon une étude publiée dans la revue Nature Climate Change, elle pourrait avoir totalement disparu en été d'ici à 2035.

L'Arctique est en effet l'une des zones du monde qui se réchauffent le plus rapidement –jusqu'à deux fois plus vite que le reste de la planète. La glace en mer est directement impactée: sa quantité a diminué de 13% en un peu plus de trente ans.

Newsletters

À cause de la fonte des glaces, les ours polaires utilisent quatre fois plus d'énergie pour survivre

À cause de la fonte des glaces, les ours polaires utilisent quatre fois plus d'énergie pour survivre

Ces mammifères doivent nager pendant trois jours ou parcourir de grandes distances sur la terre à la recherche de nourriture.

Selon la science, il est possible de communiquer avec une personne qui est en train de rêver

Selon la science, il est possible de communiquer avec une personne qui est en train de rêver

Les rêveurs ont notamment été capables de répondre à des questions ou encore aptes à faire des mathématiques.

Le cotonéastre, une «super-plante» qui absorbe la pollution atmosphérique sur les routes

Le cotonéastre, une «super-plante» qui absorbe la pollution atmosphérique sur les routes

Les haies de sa sous-espèce, le cotoneaster franchetii, qui pousse le long de l'asphalte, sont 20% plus efficaces que d'autres plantes.

Newsletters