Sports

La course à pied ne serait pas si dangereuse pour vos genoux

Temps de lecture : 2 min

Une pratique régulière de cette activité physique pourrait fortifier le cartilage.

Selon une étude, les coureurs et les coureuses auraient statistiquement moins de chances de souffrir d'arthrite que les autres. | sporlab via Unsplash
Selon une étude, les coureurs et les coureuses auraient statistiquement moins de chances de souffrir d'arthrite que les autres. | sporlab via Unsplash

En utilisant un système de capture de mouvement et des techniques de modélisation informatique, une nouvelle recherche confirme que la course à pied abîmerait davantage les genoux que la marche. Toutefois, cette étude estime que cette pratique sportive pourrait également fortifier le cartilage, ce tissu élastique qui protège les extrémités osseuses. La course à pied, au lieu d'être nocive pour nos genoux, pourrait donc au contraire les fortifier et permettre d'éviter une future arthrite.

Bien sûr, l'idée commune selon laquelle la course à pied détériorerait nos genoux n'est pas infondée. Ce sport nécessite un mouvement articulaire qui, à terme, pourrait élimer le cartilage du genou. Par conséquent, pratiquer la course à pied de façon répétée pourrait causer des problèmes d'arthrite. Néanmoins, dans la réalité, ce schéma n'est pas systématique. Statistiquement, les coureurs et les coureuses auraient même moins de risques de souffrir de ce mal que les autres.

Ross Miller, professeur en kinésiologie à l'université du Maryland, cherche à comprendre pourquoi cette activité épargne certain·es de ses adeptes. Dans le cadre d'une précédente recherche, il a notamment montré que les individus, lorsqu'ils courent, touchent le sol plus brutalement, chaque foulée étant rude pour leurs genoux. Cependant, la course permet également de passer plus de temps en l'air entre les foulées qui, par conséquent, sont moins nombreuses que lors d'une marche. L'étude conclut finalement que, au fil du temps, les différentes forces cumulées sur les genoux sont plus ou moins identiques, que l'on marche ou que l'on court.

Des résultats prometteurs

Pour sa nouvelle recherche, le Dr Miller s'est demandé si le cartilage présent dans les genoux des personnes qui pratiquent la course pourrait changer et s'adapter. Il a calculé les forces générées par les volontaires lorsque ceux-ci marchaient et couraient, et a ensuite modélisé ce à quoi pourraient ressembler leurs futurs genoux. Le but de l'étude est notamment de voir ce qui pourrait théoriquement arriver au cartilage d'un genou sain si un adulte marchait six kilomètres tous les jours pendant des années, comparé à s'il parcourait trois kilomètres en marchant et les trois autres kilomètres en courant.

Selon les simulations, l'adulte marchant quotidiennement a 36% de chance de développer de l'arthrite avant ses 55 ans, si le cartilage ne peut pas se réparer seul. Au contraire, en considérant que le cartilage peut s'adapter et changer, le risque de développer de l'arthrite tombe à 13%. Concernant les adultes qui courent, dans le cas où le cartilage ne peut pas changer, les risques d'arthrite montent à 98%, et ne déclinent qu'à 95% si le cartilage peut se réparer. Toutefois, si le cartilage est capable de s'adapter (ce que prédisent certaines études) en devenant par exemple plus épais, alors les risques d'arthrite tombent à 13%. Des résultats théoriques à même de rassurer les passionné·es de course à pied.

Newsletters

Les skieurs sont remontés

Les skieurs sont remontés

Je suis nul aux échecs, mais ce n'est pas de ma faute

Je suis nul aux échecs, mais ce n'est pas de ma faute

[BLOG You Will Never Hate Alone] Devant un échiquier, je ne vois rien, si ce n'est une succession de carreaux, tantôt blancs, tantôt noirs.

Ouvrir les stations de ski, une équation impossible

Ouvrir les stations de ski, une équation impossible

La réouverture des stations, «préférable» courant janvier selon le président Emmanuel Macron, aggrave la situation d'un secteur qui souffre déjà de nombreux maux structurels.

Newsletters