France

Carla Bruni-Sarkozy: «Pas de complot»

Temps de lecture : 2 min

Carla Bruni-Sarkozy était l'invitée mercredi 7 avril d'Europe 1 pour s'exprimer sur les rumeurs autour de prétendues relations extraconjugales du couple présidentiel. «Je suis venue pour relativiser, pour éviter qu'une affaire qui n'a aucune importance prenne des proportions que je trouve ridicules, insignifiantes» a expliqué la première dame de France. «Mon mari n'a qu'une seule préoccupation, ce ne sont pas les commentaires, ce ne sont pas les rumeurs, ce sont les Français et la France qui traversent une crise très difficile», a-t-elle ajouté.

Carla Bruni-Sarkozy a également pris ses distances avec Me Herzog, avocat de Nicolas Sarkozy, qui avait  évoqué la possibilité que les personnes à l'origine des rumeurs ont été «instrumentalisées, soit par des officines soit par des particuliers qui auraient souhaité ou qui souhaiteraient déstabiliser la vie du couple Sarkozy», et avec Pierre Charon, conseiller en communication du président. Charon s'était notamment demandé «s'il n'y a pas une espèce de complot organisé, avec des mouvements financiers».

«Je pense que les rumeurs ont toujours existé, qu'elles sont inhérentes à l'être humain malheureusement, a estimé la femme du président. Pierre Charon a parlé avec l'emportement de l'amitié [...] Quant à Thierry Herzog, je pense qu'il a répondu à une question que lui posait un journaliste en donnant son opinion».

Carla Bruni-Sarkozy a enfin assuré que Rachida Dati, soupçonnée par certains d'être à l'origine des rumeurs, «reste tout à fait notre amie».

[Ecouter l'interview sur europe1.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy, décembre 2009, REUTERS/POOL New

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters