Monde

Un enfant autiste de 7 ans menotté au sol par un policier américain

Temps de lecture : 2 min

La vidéo de l'arrestation montre le jeune garçon maintenu par terre pendant près de quarante minutes.

Le jeune garçon souffrirait d'une grave anxiété et d'une détresse émotionnelle depuis cet événement. | Capture d'écran via WSOCTV
Le jeune garçon souffrirait d'une grave anxiété et d'une détresse émotionnelle depuis cet événement. | Capture d'écran via WSOCTV

Voilà une vidéo qui ne risque pas de faire remonter la cote de popularité de la police américaine aux États-Unis. La station de télévision WSOC vient de publier les images d'une caméra corporelle d'un policier qui plaque au sol puis menotte un enfant de 7 ans atteint d'autisme.

Les faits se sont déroulés le 11 septembre 2018 dans la Pressly School, une école pour enfants aux besoins spécifiques située à Statesville, en Caroline du Nord. Le garçon venait de changer de médicament et, alors qu'il y avait beaucoup de va-et-vient dans la classe ce jour-là, a commencé à être agité et stressé, précise le Washington Post. Le personnel scolaire a d'abord tenté de prendre en charge l'enfant dans une pièce isolée, avant qu'un officier de police n'arrive sur les lieux.

Ce dernier a alors vu le garçon de 7 ans paniquer, puis cracher par terre, ce qui l'a poussé à intervenir avec violence. «Il est à moi maintenant», se serait alors exclamé l'agent, selon le procès en cours. Sur la vidéo, on le voit ensuite forcer le garçon, qui pèse environ 36 kilos, à s'agenouiller, avant de lui passer les menottes, bras derrière le dos.

«Tu as déjà été accusé d'un crime?», demande alors l'agent de police au garçon, dont la tête est pressée contre un oreiller posé sur le sol. «Eh bien, tu es sur le point de l'être», ajoute-t-il.

La scène durera en tout près de quarante minutes, pendant lesquelles le policier et le personnel scolaire resteront insensibles aux pleurs de l'enfant autiste, immobilisé par terre. Le jeune garçon sera finalement libéré une fois sa mère arrivée sur les lieux.

Détresse émotionnelle

Alors que les images de l'interpellation viennent d'être diffusées, la mère de l'enfant a décidé de poursuivre en justice le conseil scolaire de l'école, le gouvernement de la ville de Statesville et le policier. Ce dernier a démissionné de son poste juste après l'incident.

Selon Vice US, le jeune garçon souffrirait d'une grave anxiété et d'une détresse émotionnelle depuis cet événement. Sa mère a notamment dû quitter son emploi pour le scolariser à la maison.

Depuis mai dernier, les États-Unis sont régulièrement secoués par des vidéos d'arrestations policières violentes, parfois mortelles, principalement de personnes noires. Nul doute que ces nouvelles images relanceront le débat sur les violences commises par les forces de l'ordre dans le pays, d'autant que ce n'est pas la première fois qu'elles concernent des personnes à la santé mentale fragile.

Une vidéo rendue publique il y a un peu plus d'un mois montrait ainsi un policier appuyant des deux mains sur une cagoule placée sur la tête d'un homme noir, Daniel Prude, lors d'une arrestation. L'homme, qui était en proie à un épisode psychotique au moment de son interpellation, est décédé une semaine plus tard à l'hôpital.

Newsletters

Boycott

Boycott

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 19 au 25 octobre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 19 au 25 octobre

Plongée dans la logorrhée du président américain.

Wilton Gregory, premier cardinal noir-américain nommé par le pape

Wilton Gregory, premier cardinal noir-américain nommé par le pape

L'archevêque s'était distingué pour sa lutte contre les prêtres pédophiles au début des années 2000.

Newsletters