Société

«Mon physique a changé. Je le sais»

Temps de lecture : 4 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Ibtissem, une jeune femme pleine de promesses qui pense avoir perdu son éclat à la suite d'une relation toxique.

«Je n'attire plus les regards dans la rue, je ne suis plus aussi éclatante.» | Andrés Nieto Porras via Flickr 
«Je n'attire plus les regards dans la rue, je ne suis plus aussi éclatante.» | Andrés Nieto Porras via Flickr 

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

Je suis une jeune femme ambitieuse, sociable et plutôt intelligente.

Étant petite, j'ai toujours été appréciée par mes parents, les professeurs, mes camarades. J'avais soif d'apprendre et j'étais dotée de capacités supérieures à la moyenne, je faisais du sport en compétition, du violon, j'ai appris à lire avant d'entrer à l'école, je dévorais les étagères de la bibliothèque, je réparais tous les objets à la maison. Mes parents voyaient en moi une personne qui allait réussir dans la vie, et j'ai toujours pu voir dans leurs yeux une réelle fierté qui me remplissait de joie.

Étant devenue jeune femme, ma beauté et mon tempérament attiraient beaucoup d'hommes. Je plaisais énormément, j'avais comme une aura autour de moi qui attirait tout le monde, même les femmes. On me disait que j'étais belle, très belle, et je savais également que mon intelligence et ma façon d'être y étaient pour beaucoup. Je ne sais pas, en tout cas, ça me donnait confiance en moi et me donnait la force d'avancer et de réussir mes projets.

Mais voilà, tout a changé.

Aujourd'hui, j'ai 24 ans, j'ai été en couple avec un homme pendant quatre ans, avec qui j'ai même fondé une famille. Mais mon physique a changé. Je le sais: je vieillis chaque jour un peu plus, et cette relation toxique étant terminée aujourd'hui, je n'arrive pas à accepter ce changement. J'ai longtemps pensé que les rabaissements et humiliations qu'il me faisait subir y étaient pour beaucoup dans mon mal-être, mais il est parti depuis quatre mois et pourtant…

Je n'attire plus les regards dans la rue, je ne suis plus aussi éclatante, on me dit souvent que j'ai «changé» et je sais dans la bouche de ces personnes que ce n'est pas positif. On m'a dit des choses telles que «avant on te voyait arriver de loin» ou même «t'es moche». C'est un réel choc pour moi, à vrai dire je ne comprends pas ce qui s'est passé.

Je fais du sport, j'essaie de prendre soin de moi, je continue mes études et j'ai une aisance naturelle à trouver du travail, je suis financièrement indépendante et je suis très heureuse avec mon bébé.

Mais j'ai l'impression que j'ai besoin de rayonner. C'est dans ma nature, et sans ça, je suis en constante déprime. Je dois avouer qu'il y a des jours où ce rayonnement revient, mais cela doit arriver une fois par mois alors qu'avant c'était tous les jours.

Est-ce que tout ça c'est dans ma tête? Pourtant, quand je regarde mes photos, je vois bien que j'ai changé… dois-je renoncer à être rayonnante? Si oui, comment faire le deuil?

Je suis perdue j'ai souvent pensé à consulter mais je n'ai jamais sauté le pas.

Chère Ibtissem,

Je ne crois pas qu'il faille accepter de ne plus rayonner quand on estime avoir été trop abîmée par la vie ou les mauvaises rencontres. Il y a des flammes qui s'éteignent, c'est sûr, d'autres qui faiblissent, mais l'expérience prouve que de nouvelles peuvent aussi s'allumer. Et il y a plein de raisons de rayonner. Cela peut être par l'amour, la passion, les rêves professionnels ou personnels ou même encore la foi. Nous avons tous et toutes des façons bien à nous de rayonner. Et ces flammes sont à nourrir bien sûr.

Une croyance populaire veut que le temps pour se remettre d'une relation est égal à la moitié de la durée de cette relation. Ce n'est ni une science ni même une fatalité mais imaginez quand même combien ces quatre mois de célibat sont bien peu en regard de quatre années de relation toxique. Vous avez besoin de temps pour vous en remettre, vous retrouver, soigner vos blessures d'ego et retrouver votre confiance. Et par extension, votre aura.

Petit à petit, ce sentiment d'être à votre place et de rayonner dans le monde, qui n'arrive aujourd'hui qu'une fois par mois selon vous, reviendra deux fois par mois et puis trois et ainsi de suite. Mais il est illusoire de croire que les années d'humiliation s'effacent comme par magie quand l'être toxique disparaît de nos vies.

Sa trace est présente, comme un voile, une ombre sur votre aura à vous. Vous brillez moins parce qu'il reste des traces. Elles ne retirent rien à votre valeur, à votre beauté, votre charisme et votre talent. Et même, ceux-ci gagneront bientôt la bataille et reprendront le dessus, renvoyant les ombres là où elles auraient toujours dû rester.

Chère Ibtissem, vous avez besoin de temps pour vous retrouver et briller à nouveau. Mais, au fond, vous brillez déjà d'une nouvelle lumière, celle des survivantes. Et chaque jour qui passe alimente un peu plus cette flamme là. Chaque jour qui passe vous êtes une femme plus libre que la veille, consciente de ce que vous avez vécu et d'où vous revenez. Vous apprendrez à aimer cette nouvelle force, ce courage. La femme expérimentée, la survivante, que vous êtes aujourd'hui vaut mille fois l'aura candide de la jeunesse. Vous rayonnerez à nouveau, je n'en doute pas.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Newsletters

L'accent français n'est pas le plus sexy du monde

L'accent français n'est pas le plus sexy du monde

On s'est fait détrôner.

L'ultra-gauche n'est pas du tout ce que Jean-Michel Blanquer désigne

L'ultra-gauche n'est pas du tout ce que Jean-Michel Blanquer désigne

La dénonciation de l'ultra-gauche par une partie de la sphère politico-médiatique s'inscrit dans des traditions anciennes de différents partis, qui cherchent à créer un ennemi de l'intérieur.

Planning familial

Planning familial

Newsletters