Égalités / Culture

Rihanna étend ses représentations inclusives aux hommes

Temps de lecture : 2 min

Elle a choisi un mannequin grande taille pour sa nouvelle campagne Savage X Fenty.

Rihanna souhaite inclure dans sa ligne de lingerie des mannequins aux profils divers. | celebrityabc via Flickr
Rihanna souhaite inclure dans sa ligne de lingerie des mannequins aux profils divers. | celebrityabc via Flickr

Depuis quelques années, les injonctions de l'industrie de la mode commencent doucement à être bousculées. Grâce au mouvement body positive, les marques choisissent de plus en plus de modèles aux corpulences variées pour leurs défilés ou campagnes publicitaires. Si les choses bougent du côté de la mode féminine, les modèles masculins grande taille peinent à se faire accepter. Toutefois, le récent lancement de la dernière collection de la marque de lingerie de Rihanna, Savage X Fenty, met sa pierre à l'édifice en incluant le mannequin XXL Steven G (de son vrai nom Green) pour présenter les nouveaux boxers.

Depuis la création de sa marque il y a trois ans, Rihanna souhaite inclure dans sa ligne de lingerie des mannequins aux profils divers, qu'il s'agisse de la taille, de l'origine ou de l'identité de genre. La marque affiche des valeurs modernes et inclusives.

Ce mois-ci, alors que Steven G a été choisi pour présenter la collection de sous-vêtements pour hommes, Savage X Fenty a décidé de ne pas ranger les photos du mannequin dans une rubrique dite «grande taille» sur le site.

Rapidement, les photos du modèle torse nu sont devenues virales. Beaucoup espèrent que les réactions positives à l'égard de ces clichés marqueront le début d'un mouvement victorieux pour les modèles masculins grande taille.

Vers une évolution des standards de beauté masculine

D'après Green, «les messages que la société envoie aux personnes qui appartiennent à la communauté “grande taille” sapent notre assurance. C'est lorsque l'on atteint une taille jugée décente qu'il nous est possible de nous mettre en valeur: ce n'est pas normal.»

Le mannequin explique avoir d'abord cru à une blague lorsqu'il lui a été proposé de participer à la nouvelle campagne Savage X Fenty. «J'ai contacté mon agent plusieurs fois pour vérifier qu'ils m'avaient vraiment vu. J'ai même demandé si je devais envoyer quelques photos pour être sûr qu'ils me voulaient.» Le plus dur pour Steven G, c'est de trouver des vêtements à sa taille dans les boutiques pour hommes. «Je peux littéralement compter sur les doigts d'une main les magasins qui offrent une sélection “grande taille”», affirme-t-il.

La situation est légèrement différente pour les femmes pulpeuses. D'après Charlotte Griffiths, directrice générale de l'agence de mannequins Bridge Models, certaines marques de lingerie pour femmes mettent en valeur les mannequins grande taille depuis plus de trente ans. Selon elle, «ce n'est que maintenant que nous commençons à voir les corps des hommes être célébrés de la même façon».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Green espère que les marques de mode deviendront plus ouvertes à l'idée d'engager des mannequins aux physiques différents et comprendront que «les hommes enveloppés sont également des consommateurs».

Newsletters

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Dans la lutte contre les discriminations, les alliés jouent un rôle essentiel. Mais s'affirmer comme tel ne suffit pas: il faut des actes.

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Rena et Danka sont au nombre des déportés ayant vécu le plus de temps dans le camp. Rena fut la première des «999 oubliées» à partager, soixante ans plus tard, son histoire inouïe.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio