France

Les ouvrières derrière la caméra

Slate.fr, mis à jour le 07.04.2010 à 12 h 49

usine

usine

«Merci patron». C'est le message d'adieu que laisse une ouvrière sur le cercueil de carton plaqué sur la façade de la Confection d'Alloeu. Filmés par une ancienne «collègue», les remerciements, à regarder sur Libération, sont amers après le licenciement de 95 salariées de l'usine textile située à la Gorgue, dans le Nord.

C'était il y a tout juste un an. Stéphanie Hammou avait confié une caméra aux ouvrières pour filmer la semaine de la fermeture de leur usine. D'abord méfiantes, elles ont ensuite largement contribué à l'expérience. Les six vidéos montées par la réalisatrice traduisent l'impuissance de ces femmes «au même poste parfois depuis 40 ans». Et au fil de l'avancement de pseudo-négociations, la suite des aventures semble jouée d'avance: analyse comptable, visite dans le bureau du patron, déménagement subreptice des machines dans la nuit.

Journaliste à Libération, Luc Peillon a rencontré les ouvrières un an après cette expérience vidéo-sociale. Il revient avec elles sur l'importance de ce tournage à l'époque de la fermeture. Elles décrivent la caméra comme un «but quotidien» à laquelle se raccrocher, jusqu'à la garder chez elles et filmer les «à-côtés»: «La réception d'une lettre de licenciement ou les vivres ramenés des Restos du cœur.» Un an plus tard, le constat est morose: seules 5 des ex-salariées d'Alloeu sur les 95 licenciées ont aujourd'hui retrouvé un emploi, souvent précaire.

[Lire le dossier et regarder les vidéos sur Libération]

Photo de une: capture d'écran de la vidéo n°3

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte