Monde

«Baby Shark» en boucle, l'outil de torture d'une prison américaine

Temps de lecture : 2 min

Deux gardiens d'une prison d'Oklahoma ont obligé des prisonniers à écouter cette musique enfantine pendant des heures.

Cette comptine aux plus de 6 milliards de vues sur YouTube connaît un véritable succès auprès des enfants. | Capture d'écran Youtube Pinkfong! Kids' Songs & Stories
Cette comptine aux plus de 6 milliards de vues sur YouTube connaît un véritable succès auprès des enfants. | Capture d'écran Youtube Pinkfong! Kids' Songs & Stories

«Baby Shark» n'est pas qu'une musique répétitive qui ravit les enfants et tape sur les nerfs des parents: c'est aussi un outil de torture utilisé à de multiples reprises par deux agents pénitenciers d'Oklahoma, aux États-Unis, qui viennent d'être inculpés pour actes de cruauté.

De novembre à décembre 2019, ils ont forcé au moins cinq prisonniers à écouter «Baby Shark» en boucle à un volume élevé, enchaînés debout à un mur et les mains menottées. Les détenus étaient parfois réveillés en pleine nuit pour subir le supplice, qui durait près de deux heures, rapporte le New York Times.

Les agents pénitenciers, tous deux âgés de 21 ans, et leur ancien superviseur ont finalement été inculpés le 12 octobre pour avoir agi «conjointement, volontairement et à tort» de «manière cruelle et inhumaine», a déclaré le procureur du comté d'Oklahoma. Les deux tortionnaires encourent une peine de prison d'un an et une amende de 1.000 dollars.

Pour leur défense, ces derniers ont notamment déclaré avoir utilisé cette méthode de punition pour durcir les mesures disciplinaires mises en place, qu'ils jugeaient insuffisantes.

Pas une première pour «Baby Shark»

«Baby shark, doo, doo, doo, doo, doo, doo.» Facile à retenir, cette comptine sud-coréenne aux plus de 6 milliards de vues sur YouTube connaît un véritable succès auprès des enfants. Une fois qu'on l'a écoutée, elle est très difficile à sortir de la tête, ce qui a inspiré les deux gardiens de prison dans la mise en oeuvre de leur châtiment.

Ce n'est pas la première fois que la chansonnette inspire des méthodes cruelles. En 2019, la ville de Floride West Palm Beach a décidé de diffuser en boucle devant sa salle des fêtes deux tubes pour enfants, «Baby Shark» et «It’s training tacos», tous deux très rythmés et répétitifs.

L'objectif? Faire fuir les sans-abri qui se rassemblent la nuit à proximité du bâtiment et qui dégradent, selon la municipalité américaine, les abords du lieu. Pas si enfantine la comptine.

Newsletters

L'Union européenne bloque un plan de protection du requin mako, espèce pourtant menacée

L'Union européenne bloque un plan de protection du requin mako, espèce pourtant menacée

Le mako est une victime collatérale de la pêche intensive, qui pourrait mener à son extinction si rien n'est fait pour le protéger.

Las des moqueries, le village autrichien Fucking va changer de nom

Las des moqueries, le village autrichien Fucking va changer de nom

Panneaux volés, ébats sexuels devant les pancartes de la ville... les autorités locales en ont marre.

Comment les États-Unis de Biden vont-ils se comporter avec le reste du monde?

Comment les États-Unis de Biden vont-ils se comporter avec le reste du monde?

C'est fait, ou presque. On connaît enfin le nom du prochain secrétaire d'État des États-Unis. Ce sera Antony Blinken, un francophone fan de rock. C'est l'une des premières nominations annoncées par Joe Biden et beaucoup semblent s'en satisfaire. L...

Newsletters