Politique / Monde

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 28 septembre au 4 octobre

Temps de lecture : 17 min

Plongée dans la logorrhée du président américain.

Donald Trump sort de la Maison-Blanche et se dirige vers l'hélicoptère Marine One qui le conduira à l'hôpital Walter Reed, le 2 octobre 2020. | Saul Loeb / AFP
Donald Trump sort de la Maison-Blanche et se dirige vers l'hélicoptère Marine One qui le conduira à l'hôpital Walter Reed, le 2 octobre 2020. | Saul Loeb / AFP

Avertissement: cette chronique non exhaustive se base sur les tweets de la semaine jugés les plus pertinents. L'homme le plus puissant du monde a une production si pléthorique que l'analyse de toutes ses productions numériques nécessiterait des jours et des nuits de décorticage et de labeur selon des conditions de travail dénoncées par les conventions de Genève.

Cette semaine, le président a du pain sur la planche puisqu'il doit faire oublier la gueule de bois catastrophique suivant la publication de l'article du New York Times sur les impôts qu'il ne paie pas, affronter Joe Biden en combat singulier dans le cadre du premier débat électoral et continuer à justifier sa décision de nommer un successeur à Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême malgré l'indignation des Démocrates. Sans oublier les 205.000 morts du coronavirus. Si seulement il pouvait se produire quelque chose pour escamoter tout ça!!!

Lundi 28 septembre

Le vote pour la présidentielle a commencé et nombre d'Américain·es ont déjà reçu et renvoyé leur bulletin. On rappelle que Trump va forcément gagner l'élection, sauf si rien n'est fait pour entraver le vote par correspondance (qui prend une ampleur inégalée cette année).

«Les Bulletins renvoyés dans les États ne peuvent pas être décomptés avec exactitude. Plein de choses vont déjà très mal!»

Commençons par une petite leçon d'économie pour remettre les choses à leur place.

«Les Médias Fake News, exactement comme au moment des Élections en 2016, ressortent mes Impôts & toutes sortes d'autres bêtises avec des informations obtenues illégalement & uniquement dans de mauvaises intentions. J'ai payé des millions de dollars d'impôts mais j'ai eu droit, comme tout le monde, à des abattements & des crédits d'impôt. Et aussi, quand on regarde les actifs extraordinaires que je possède, ce que les Fake News n'ont pas fait, je suis extrêmement sous-endetté –j'ai très peu de dettes comparé à la valeur des actifs. Une grande partie de ces informations est déjà connue mais ça fait longtemps que je dis que je pourrais publier mes Comptes, à partir du moment où j'ai annoncé que je me présentais à la fonction présidentielle, et qui montrent toutes les propriétés, les actifs et les dettes. Ce sont des Comptes très IMPRESSIONNANTS, et aussi ça montre que je suis le seul Président officiellement à renoncer à mes plus de 400.000 dollars de Salaire Présidentiel!»

Demain, c'est le débat. Un des arguments de campagne de Trump est que les capacités intellectuelles de Joe Biden sont défaillantes et que ses bonnes performances ne s'expliquent que parce qu'il se drogue. Lui est donc venue l'idée de lui demander de se passer un test anti-dopage avant le débat. Excellente stratégie car Biden ne peut décemment s'y soumettre, ce qui lui permet de semer le doute.

«Joe Biden vient d'annoncer qu'il n'acceptera pas de faire un test Anti-Dopage. Ça alors, je me demande bien pourquoi?»

Encart littéraire, avec cette citation tirée d'un livre qui vient de paraître à sa gloire:

«La “Doctrine trump” vaut au Président Trump une troisième nomination pour le Prix Nobel de la Paix! @LouDobbs»

(Pour celui de l'économie, il va falloir attendre a priori.)

Suivi d'une petite mise au point/en abyme :

«J'ai tout intérêt à en parler parce que les Merdias n'en parleront jamais!»

(Le concept de «doctrine Trump» n'est pas trop trop clair.)

«Et voilà que Fake News @CNN raconte pour de vrai que je voulais que ma fille Ivanka se présente avec moi en tant que colistière aux élections de 2016. C'est faux et absolument ridicule. Ces gens sont des malades!»

Selon un livre sur Trump (un de plus, oui), écrit par Rick Gates, son ancien vice-directeur de campagne, qui doit sortir le 17 octobre et cité par le Washington Post, Trump aurait en effet avancé le nom de sa fille pour être sa colistière en 2016. «Elle est brillante, elle est intelligente, elle est belle et les gens l'adoreraient!», aurait-il précisé.

Mardi 29 septembre

Ce soir, premier débat avec Joe Biden.

Trump, qui aime à jouer les critiques littéraire (à condition que le livre parle de lui ou serve ses intérêts, ici il s'agit de justifier la nomination d'Amy Coney Barrett à la Cour suprême) vous recommande cette semaine la lecture de l'ouvrage du sénateur républicain Ted Cruz:

«Notre Super 1er Amendement, notre Super 2e Amendement, notre droit de rendre grâce à Dieu & tellement plus encore se réduisent à une Voix à la Cour. @TedCruz sort aujourd'hui un nouveau livre fantastique, “One Vote Away”! C'est le meilleur livre à lire pendant notre combat pour #ConfirmerACB à #SCOTUS

La campagne continue, Trump fait la tournée des popotes avec son équipe de campagne et, nous le saurons bientôt, un tout petit compagnon de voyage.

«Je viens juste d'arriver dans le Grand État de l'Ohio. Les Vrais Sondages montrent que nous y sommes en tête encore plus qu'en 2016. Vu que Biden est contre la Fracturation hydraulique (Énergie & Emplois) & votre Deuxième Amendement, nous devrions être en très bonne forme!»

(Pour reconnaître un vrai sondage, il suffit de savoir qu'il est forcément favorable à Trump.)

«Wow. Ils ne veulent pas laisser les Observateurs & la Sécurité dans les Bureaux de Vote à Philadelphie. Il n'y a qu'une seule explication possible. Corruption!!! On doit avoir des élections justes.»

À Philadelphie, des partisans de Trump ont essayé d'entrer dans des bureaux de vote alors qu'ils n'y étaient pas autorisés, notamment parce que les observateurs ne peuvent s'imposer que le jour officiel du vote, le 3 novembre, pas lors du vote anticipé. Trump va répéter cette histoire ce soir, pendant le débat.

Mercredi 30 septembre

Aujourd'hui, Trump rejoue le match débat qui l'a opposé à Biden hier soir. Débat marqué par les éructations du président qui n'a pas arrêté de couper la parole à son adversaire, qui lui-même n'a cessé d'émettre de petits rires nerveux. Sur le fond, pas grand-chose de nouveau. Sur la forme non plus d'ailleurs. Puis les affaires reprennent. Et c'est une journée foisonnante sur le compte présidentiel.

«Joe veut Fermer ce Pays. Je veux le garder OUVERT!»

«Si nous avions écouté Joe Biden sur le coronavirus, des millions de personnes seraient mortes!»

Cet extrait du débat où il affirme qu'il a fait un super boulot, que Biden était contre la fermeture des frontières, que tout est de la faute de la Chine, que tout va de mieux en mieux, que le vaccin est quasi prêt, que tous les équipements nécessaires sont disponibles et que les Fake News sont contre lui, illustre parfaitement en moins de deux minutes le schéma global de cette soirée: Trump a récité l'exacte teneur de ses tweets sans attendre de réponse et sans se soucier de la réalité. Et l'extrait se conclut par un magistral: «Je vais vous dire, Joe, vous n'auriez jamais pu faire tout ce qu'on a fait. Vous n'avez pas ça dans le sang.»

«J'en ai fait plus en 47 mois comme Président que Joe Biden en 47 ans!»

(Resucée de ça...

...et de ça)

Sinon, Trump tient à tweeter qu'il porte un masque (dans sa poche).

Et se moque de Biden qui en porte un en permanence.

Outre les nombreux extraits du débat qu'il poste aujourd'hui, on peut aussi voir sur son compte ce genre de vidéo de campagne d'une grande violence:

Juste après une affirmation que Biden ne se soucie pas de la loi et de l'ordre:

«Le peuple américain veut LA LOI & L'ORDRE –Joe Biden ne veut même pas prononcer ces mots!»

«Joe Biden ne pourrait même pas nommer un seul groupe de Policiers qui soutient sa candidature!»

Dans la série «Trump contre le monde entier», le président présente sa version de la réalité du débat, avec un modérateur, Chris Wallace, rangé du côté de son adversaire.

Puis il retweete le message d'un partisan qui a un troublant accent de vérité –Trump ne fait pas partie du sérail, et c'est une justification souvent brandie par son électorat pour expliquer sa popularité.

«Trump a remporté la présidence parce que ce n'est pas un politicien. C'est un combattant pour le peuple américain. Et c'est pour cela qu'il va de nouveau gagner.»

Nouveau constat que Biden n'est pas à la hauteur: selon Trump, personne ne veut de lui (ce qui devrait le rassurer), et en outre il a manqué de respect à Bernie Sanders et ça, c'est pas le genre de truc que le président va laisser passer.

#Respect.

«Personne ne veut de Joe Gros Dodo pour les diriger, y compris la Gauche Radicale (qu'il a perdue hier soir!) Il a manqué de respect à Bernie en le traitant de loser!»

Les tweets ne cessent pas aujourd'hui, à croire que Trump veut dire le maximum de choses en un minimum de temps.

«Biden veut Blinder la Cour Suprême, et par conséquent la détruire. Et il est contre la fracturation hydraulique, ce qui tuerait notre secteur énergétique et les EMPLOIS. Le Deuxième Amendement est MORT si Biden intervient! C'est ce que vous attendez d'un dirigeant? Il va détruire notre pays! VOTEZ MAINTENANT USA.»

«Biden a REFUSÉ d'utiliser les mots LA LOI & L'ORDRE! Au revoir les Banlieues.»

(Pour mémoire, sans Trump, les banlieues, qui sont l'incarnation du rêve américain, vont se transformer en zones chaotiques saturées de logements sociaux occupés par des gens sans foi ni loi.)

Trump part faire un meeting dans le Minnesota. Ce n'est pas un petit débat qui va le fatiguer ou l'amener à ralentir son rythme de campagne.

«Je vais dans le Minnesota aujourd'hui. J'ai sauvé Minneapolis après que la GAUCHE Dem l'a presque laissé se faire TOTALEMENT détruire! #MAGA»

Et pendant ce temps:

«Les Démocrates de la gauche radicale deviennent FOUS!»

Hier pendant le débat, Trump a refusé de condamner les suprémacistes blancs en général et le groupe d'extrême droite les Proud Boys en particulier. Aujourd'hui, il poste une vidéo où il rectifie le tir:

«Je ne sais pas qui sont les Proud Boys»

La Commission chargée des débats envisage d'ajouter de nouveaux «outils pour maintenir l'ordre» pour les suivants, compte tenu du chaos qui a régné mardi soir. L'avis de Trump sur la question:

«Essayez de trouver un nouveau Présentateur et un candidat Démocrate plus malin!»

Une fois n'est pas coutume, un peu d'autodérision (le niveau de conscience n'est pas clair –en outre, Trump est déjà malade, qui sait si ce n'est pas un effet secondaire).

«Pas étonnant que je n'aie pas perdu mes cheveux!»

Cette répartie complète le tweet d'Ari Fleisher, qui commentait lui-même un post de ABC où l'on peut lire qu'une «étude révèle que les produits chimiques des frites de McDonald's pourraient soigner la calvitie».

(Elle est longue, cette journée, hein?)

«LA PLUS GRANDE AUDIENCE DE TV CÂBLÉE DE TOUS LES TEMPS. DEUXIÈME PLUS GRANDE AUDIENCE TV DE TOUS LES TEMPS. Un de ces jours, je vais manquer à ces entreprises de Fake Média, vraiment beaucoup!!!»

Et on sait que pour Trump, la taille (des audiences) c'est important.

Sinon, on vous a dit pendant combien d'années Biden avait échoué à faire son boulot? S'il restait un doute:

«Hier soir j'ai fait ce que les médias corrompus ont refusé de faire: j'ai tenu Joe Biden pour Responsable de ses 47 années de mensonges, 47 années de trahison et 47 années d'échec. La nation entière a vu la vérité –Joe Biden est trop faible pour diriger ce Pays!»

Jeudi 1er octobre

Premier tweet du jour:

«Je quitte Minneapolis pour une halte rapide à Duluth afin de célébrer l'ouverture de l'Iron Range FERMÉE par Obama. Je suis très honoré!!!»

Et probablement pas mal contagieux, à ce stade.

Trump doit commencer à voir sa vie passer devant ses yeux, car soudain il voudrait bien que la justice s'occupe de celui qui a dirigé l'enquête sur les liens entre son équipe de campagne et la Russie en 2016. Cette semaine, Comey a été auditionné par le Congrès au sujet de cette enquête, qu'il continue à justifier tout en admettant que certaines choses sont «embêtantes».

«Alors, quand est-ce que quelque chose de substantiel va arriver à James Comey? Il a été pris par surprise. Soit il est très bête, soit c'est un des pires menteurs de l'histoire de la politique. C'EST TROP LONG. C'EST GÊNANT!»

Heureusement, le moral est bon.

«J'ai gagné le débat de loin, si on se base sur une compilation de sondages etc. Merci!»

«Pourquoi est-ce que je permettrais à la Commission chargée des débats de changer les règles pour les deuxième et troisième débats alors que j'ai gagné les doigts dans le nez la dernière fois?»

Vendredi 2 octobre

Coup de théâtre.

«Hope Hicks, qui a travaillé si dur sans même faire une petite pause, vient de faire un test positif au Covid 19. C'est terrible! La Première Dame et moi attendons le résultat de nos tests. Dans l'intervalle, nous commencerons nos processus de quarantaine!»

«Ce soir, @FLOTUS et moi avons eu un résultat positif au test pour le COVID-19. Nous allons commencer notre quarantaine et notre processus de guérison immédiatement. Nous traverserons ça ENSEMBLE!»

Trump annonce sur Twitter qu'il va être hospitalisé mais que tout va bien et qu'il remercie tout le monde pour le soutien qu'il reçoit:

(Il est pâle. Mais rien ne prouve que ce n'est pas sa couleur naturelle quand il n'est pas maquillé à la carotte.)

Pendant ce temps, l'équipe de campagne ne perd pas de temps et contacte de potentiels donateurs, avec ces mots en parfait accord avec le ton présidentiel:

«Cher ami,
À cette heure, vous avez appris la nouvelle.
Le président Trump et la Première Dame ont été testés positifs au Virus Chinois.»

Samedi 3 octobre

Cette journée est interminable. Depuis que le président a été hospitalisé, il ne tweete plus. Les spéculations vont bon train. Comment expliquer un tel silence, chez un homme capable de balancer plus de cent tweets par jour plusieurs jours de suite, à moins de craindre le pire?

Enfin, après plus de douze heures d'angoisse:

«Je vais bien, je crois ! Merci à tous. BISOUS!»

(Mon syndrome de Stockholm et moi sommes en panique totale. Finir un tweet par une formule affectueuse comme «LOVE» montre que le président n'est déjà plus lui-même. Drogué jusqu'au trognon? Mort et remplacé par un stagiaire à qui on a intimé l'ordre de tweeter, n'importe quoi, pourvu que le silence soit rompu?)

Suit un tweet de remerciement plutôt rassurant:

«Médecins, Infirmières et TOUT le personnel du SUPER Walter Reed Medical Center et d'autres d'institutions aussi incroyables venues les aider, sont FORMIDABLES!!! D'immenses progrès ont été faits au cours des 6 derniers mois pour combattre ce FLÉAU. Grâce à leur aide je me sens bien!»

Le président a retrouvé l'usage de ses adjectifs; l'Amérique est un peu rassurée.

«NOS SUPER USA VEULENT & ONT BESOIN DE RELANCE. ON TRAVAILLE ENSEMBLE ET ON Y ARRIVE. Merci!»

Il a également retrouvé la fonction «bloquer les majuscules». Les médecins se veulent optimistes.

Dimanche 4 octobre

Trump toujours pas maquillé et sans cravate donne une preuve de vie. Il évoque le traitement qu'il prend: «Franchement, ce sont des miracles, si vous voulez savoir la vérité, les gens me critiquent quand je dis ça, mais il se passe des choses, on dirait des miracles qui viennent de Dieu.»

Il en profite pour remercier «les dirigeants du monde pour leurs... condoléances» et explique qu'il a refusé de rester enfermé à la Maison-Blanche sans bouger et à l'abri, car il faut «affronter les problèmes», petit message en douce pour son rival démocrate qui a choisi de rester chez lui au plus fort de la pandémie et de faire campagne en ligne.

Un petit mot sur Melania qui apparemment va très bien: «Comme vous l'avez lu, elle est légèrement plus jeune que moi... juste un tout petit peu.» Melania Trump a 50 ans, Donald Trump 74 ans. Donc, «Melania le gère statistiquement comme c'est censé être géré».

Devant l'hôpital, des partisan·es de Trump sont venu·es manifester leur soutien, et ça réchauffe le cœur du président qui reprend les rênes de son compte Twitter en douceur:

«Merci beaucoup!»

«J'apprécie vraiment tous les fans et les supporters devant l'hôpital. Le fait est qu'ils aiment vraiment notre Pays et voient à quel point NOUS LE RENDONS PLUS GRANDS QUE JAMAIS!»

Trump annonce qu'il va faire une «visite surprise» aux «patriotes» qui manifestent leur soutien devant l'hôpital. «Je ne le dis qu'à vous seuls», déclare-t-il à ses 86,9 millions d'abonné·es. Il conclut qu'il a beaucoup appris sur le Covid grâce à l'école de la vie, qu'il le comprend, «et je vais vous en parler».

Et en effet, telle une rock star, il sort faire une petite balade en voiture pour faire coucou à ses fans, exposant au passage ses gardes du corps et son chauffeur à tomber malades à leur tour.

PS: No golf today.

Retrouvez l'actualité de la campagne présidentielle américaine chaque mercredi soir dans Trump 2020, le podcast d'analyse et de décryptage de Slate.fr en collaboration avec l'Ifri et TTSO.

Qu'a tweeté Trump cette semaine?
Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 21 au 27 septembre

Épisode 12

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 21 au 27 septembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 5 au 11 octobre

Épisode 14

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 5 au 11 octobre

Newsletters

Emmanuelle Wargon: «Pas de hausse d'impôts, point»

Emmanuelle Wargon: «Pas de hausse d'impôts, point»

La ministre déléguée au Logement a répondu à Slate quant à une contribution exceptionnelle des ménages les plus aisés pour affronter la période du Covid-19.

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 5 au 12 octobre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 5 au 12 octobre

Plongée dans la logorrhée du président américain.

L'unité de la gauche ne servira certainement à rien en 2022

L'unité de la gauche ne servira certainement à rien en 2022

Il serait logique de penser qu'une candidature unique de la gauche pourrait permettre à celle-ci d'être présente au second tour. Il s'agit là d'une illusion.

Newsletters