Égalités / Sports

Victime de racisme puis d'homophobie, l'équipe de San Diego abandonne le championnat de soccer

Temps de lecture : 2 min

En soutien à l'un de leurs coéquipiers, les joueurs ont préféré stopper un match qu'ils étaient en train de remporter.

Visuel publié récemment sur le compte Twitter de l'équipe. | San Diego Loyal
Visuel publié récemment sur le compte Twitter de l'équipe. | San Diego Loyal

Ils se sont levés, et il se sont cassés. Au beau milieu de leur match de ligue professionnelle nord-américaine (USL) contre les Phoenix Rising, les joueurs de l'équipe de soccer des San Diego Loyal ont décidé d'abandonner le terrain et de déclarer forfait, ce qui leur a valu d'être déclarés perdants sur tapis vert.

Alors qu'ils menaient par 3 buts à 1 contre Phoenix, se rapprochant d'une victoire qui les amenait tout près des play-offs de la saison en cours, les joueurs de San Diego ont choisi de ne pas reprendre le match après la mi-temps. La BBC raconte que peu avant la pause, un joueur de l'équipe adverse avait en effet adressé une injure homophobe en direction de Collin Martin, milieu de terrain de San Diego.

L'arbitre ayant choisi de ne pas intervenir contre l'auteur des propos et d'adresser un carton rouge à Martin pour avoir réagi de façon trop virulente à son goût, les coéquipiers du joueur sont rentrés avec lui au vestiaire et n'en sont plus ressortis. Ils ont demandé à ce que l'expulsion du milieu de terrain soit annulée, ce qu'ils ont obtenu, mais ont annoncé qu'ils ne reprendraient la partie que si le joueur accusé d'homophobie était soit exclu par l'arbitre, soit mis sur la touche par son équipe.

Face au refus général, Landon Donovan, manager et vice-président exécutif du club de San Diego, a alors réagi avec colère contre l'arbitre, ce qui lui a valu de recevoir un carton rouge. À une immense majorité, les San Diego Loyal ont alors décidé de ranger leurs crampons et de ne pas disputer la seconde mi-temps.

Discriminations en chaîne

La semaine précédente, un joueur des San Diego Loyal (dont le nom n'a pas été donné par la presse) avait subi une insulte raciste de la part d'un footballeur des Los Angeles Galaxy, qui a été limogé par son équipe depuis. Au début du match contre Phoenix, les joueurs de San Diego ont choisi de marquer leur soutien à leur coéquipier en s'agenouillant au bord du terrain. Ils n'imaginaient sans doute pas devoir agir aussi rapidement contre une autre forme de discrimination, l'homophobie.

Landon Donovan est revenu sur les deux événements: «Lors du match contre Los Angeles, nous avons traversé un incident vraiment difficile, et nous avons promis, à nous-mêmes, à notre communauté, à nos joueurs, au club, à la ligue de football, que nous ne laisserions pas passer la moindre de forme de sectarisme, d'homophobie, toutes ces choses qui ne doivent pas faire partie de notre sport».

Donovan a également tenu à saluer le courage et la cohésion de ses joueurs, qui ont placé les enjeux humains au-dessus des enjeux sportifs: «Nos gars ont tenu à ce que tout le monde sache qu'ils ne tolèreraient pas ça. Pour eux, il était très clair qu'en renonçant au match, ils abandonnaient la victoire qui se dessinait face à l'une des meilleures équipes de la ligue, et par la même occasion tout espoir de disputer les play-offs».

Le joueur des Phoenix Rising accusé d'homophobie a nié avoir tenu le moindre propos de ce genre. Les dirigeants de l'USL ont clairement affirmé que les propos racistes et homophobes n'avaient pas la place sur le terrain et qu'une enquête était en cours.

Newsletters

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

Dans cet épisode de Poire et Cahuètes, on se penche sur deux livres de la rentrée qui ont fait beaucoup parler: Moi les hommes, je les déteste, de l'écrivaine et féministe Pauline Harmange (Éditions du Seuil), et Le Génie lesbien, de la...

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

S'il n'avait pas de visée politique au départ, «Meseország Mindenkié», une anthologie prônant l'ouverture et la tolérance, incarne désormais un symbole de résistance face au conservatisme d'Orbán.

En Turquie, la communauté LGBT+ doublement asphyxiée par le coronavirus

En Turquie, la communauté LGBT+ doublement asphyxiée par le coronavirus

[ÉPISODE 3] Alors que la crise du Covid-19 a privé la communauté queer de sa fête thérapeutique et précarisé de nombreuses personnes LGBT+, ces dernières doivent faire face à la poussée de l'homophobie qui anime la classe politique au pouvoir.

Newsletters