Égalités / Santé

Le rouge dédié aux règles par Pantone est-il à côté de la plaque?

Temps de lecture : 2 min

En profitant d'une nouvelle nuance de rouge pour parler de menstruations, la célèbre marque a sans doute loupé le coche.

Le visuel créé par Pantone pour lancer sa nouvelle teinte de rouge. | Pantone Color Institute
Le visuel créé par Pantone pour lancer sa nouvelle teinte de rouge. | Pantone Color Institute

Pantone vient de lancer une nouvelle teinte de rouge, baptisée Period («Règles» en VF), dans le but annoncé de lutter contre la stigmatisation des menstruations. Cette initiative est le résultat d'une campagne intitulée Seen+Heard, engagée avec Intimina, marque suédoise qui propose notamment des produits de protection périodique.

CNN a publié des extraits du communiqué de presse de Pantone, où ce nouveau rouge est décrit comme «une nuance énergisante et dynamique, qui encourage à aborder les règles de façon positive». Laurie Pressman, vice-présidente du très sérieux Pantone Color Institute, ajoute que ce rouge symbole de confiance peut aider à encourager les discussions non stigmatisantes autour de ce sujet souvent tabou.

C'est avec beaucoup de lyrisme et de conviction que Laurie Pressman a défendu cette nouvelle teinte: «Une teinte active et aventureuse, pour enjoindre les personnes qui ont leurs règles à se sentir fières de qui elles sont, à prendre possession de leurs règles en ayant confiance en elles, à se lever pour célébrer avec passion la vie puissante et excitante qu'elles ont en elles, et à pousser chacun et chacune, quel que soit son genre, à se sentir assez à l'aise pour parler spontanément et ouvertement de cette fonction corporelle aussi pure que naturelle».

Double méprise

S'il convient de saluer le relatif sans-faute d'un tel communiqué, qui ne considère jamais que seules les femmes cisgenres ont leurs règles, l'enthousiasme n'est pas général. Chez Refinery29, on s'insurge par exemple à propos du fait que le rouge choisi n'a absolument rien à voir avec la véritable couleur des menstruations.

«Ce n'est la couleur d'aucun sang menstruel (ni d'aucun sang tout court), mais le rouge sucré des voitures de course et des conserves de cerise, écrit Michelle Santiago Cortés. Ça rappelle le logo YouTube et la pastille de notifications des applis iOS. Ce rouge fait penser à beaucoup de choses, mais pas aux règles.»

La journaliste de Refinery29 décrit ensuite les différentes teintes que peut prendre le sang des règles en fonction des périodes et des personnes, pour conclure par le fait qu'un rouge plus marron aurait par exemple été mieux adapté, comme celui qui tache régulièrement les vêtements et sous-vêtements.

Se faisant l'écho de ceux et celles qui ont commenté sous une publication Instagram d'Intimina, Michelle Santiago Cortés ajoute que l'illustration promotionnelle choisie par Pantone pose également problème.

«L'illustration présente une coupe menstruelle placée à l'intérieur de l'utérus, ce qui ne doit jamais se produire. Dans le cas contraire, cela nécessite une intervention médicale immédiate.»

C'est sans doute la raison pour laquelle, à défaut de modifier la teinte de rouge choisie, Intimina a publié un autre visuel quelques jours plus tard, l'utérus ayant disparu pour laisser place à une coupe menstruelle devenue un simple motif.

Coupage de cheveux en quatre? Peut-être. Mais quitte à offrir un nouveau regard sur les règles et à les débarrasser de leur aspect tabou, autant tenter de ne pas mettre de fausses informations dans la tête des personnes qui verront cette campagne. Le sang des règles n'est pas toujours d'un rouge éclatant, loin de là, et une coupe menstruelle ne se pose pas n'importe où, n'importe comment. La campagne lancée par Pantone et Intimina restera sans doute comme un coup d'épée dans l'eau.

Newsletters

La redéfinition du mot «transphobe» étouffe-t-elle le débat?

La redéfinition du mot «transphobe» étouffe-t-elle le débat?

Le sens du mot a été tellement élargi que de nombreuses personnes trans sont maintenant considérées comme transphobes.

Pourquoi des interprètes hétéros continuent à jouer des personnages LGBT+

Pourquoi des interprètes hétéros continuent à jouer des personnages LGBT+

Cet hiver cinématographique ne manquera pas de romances gays et lesbiennes. Mais le fait que la plupart des personnages soient joués par des hétéros fait sérieusement tiquer les personnes concernées.

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

Dans cet épisode de Poire et Cahuètes, on se penche sur deux livres de la rentrée qui ont fait beaucoup parler: Moi les hommes, je les déteste, de l'écrivaine et féministe Pauline Harmange (Éditions du Seuil), et Le Génie lesbien, de la...

Newsletters