Égalités / Sciences

La masculinité toxique pousse les hommes à moins dormir

Temps de lecture : 2 min

Se priver de sommeil serait une sorte d'accomplissement masculin.

Evan Dorkin via Unsplash
Evan Dorkin via Unsplash

Dormir, un truc de gonzesses? C'est en tout cas de cette façon que les hommes percevraient les choses, d'après une étude réalisée par deux chercheurs de l'université d'Oregon. Nathan B. Warren et Troy H. Campbell ont mené une série de douze expériences auprès de 2.564 hommes, dans le but d'étudier leur rapport au sommeil, et ses résultats, rapportés par The Independent, sont édifiants.

L'étude révèle que pour ces hommes, dormir moins est perçu comme une caractéristique masculine, cette croyance selon laquelle les hommes n'ont pas besoin de sommeil étant visiblement liée à d'autres stéréotypes de genre sur la masculinité.

En outre, les sujets de l'étude pensent qu'avoir besoin de davantage de sommeil n'est pas une bonne chose, et que se contenter de dormir quelques heures est un élément positif. Pour les hommes interrogés par Warren et Campbell, moins dormir leur permet tout simplement de se sentir plus masculins.

Interrogé par The Independent, le psychologue Philip Karahassan explique que l'origine de ce lien entre masculinité et privation de sommeil remonte à plusieurs milliers d'années: «Pour beaucoup d'hommes, le sommeil et le repos sont vus comme des symboles de faiblesse, en raison de leur perception de ce que signifie être un homme. Cela remonte à nos ancêtres, et plus particulièrement aux chasseurs-cueilleurs, qui devaient rester aussi éveillés que possible pour protéger leur caverne et attraper des proies toujours plus grosses et plus nombreuses».

L'anxiété du chasseur-cueilleur

«La société actuelle est imprégnée par cette idée selon laquelle les hommes doivent alterner entre la réalisation d'affaires juteuses et la construction de relations, tout en s'évertuant à effectuer les plus grosses prises, reprend Karahassan. Une forme d'anxiété générale les pousse à rester éveillés, avec en tête cet objectif idéalisé. Ils ne veulent pas être considérés comme paresseux ou faibles, ces adjectifs étant liés à la notion de sommeil».

Moins dormir pour être plus performant serait une erreur, affirme le spécialiste: «Dormir suffisamment vous permet de penser correctement, d'être plus productif, d'optimiser votre potentiel».

Des recherches similaires ont été menées sur une population féminine, mais ont abouti à des résultats sensiblement différents, les femmes ne reliant pas le fait de moins dormir à des notions comme la masculinité ou la féminité.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Le fait qu'un nombre croissant d'hommes tente de questionner sa masculinité pourrait amener ces derniers à redéfinir positivement leur rapport au sommeil, expliquent les chercheurs, et donc à tenter de dormir mieux et plus longtemps. À l'heure actuelle, cela reste un vœu pieux.

Newsletters

Celles qui s'en allèrent pour connaître la peur: les 999 femmes du premier convoi vers Auschwitz

Celles qui s'en allèrent pour connaître la peur: les 999 femmes du premier convoi vers Auschwitz

Il y a quatre-vingts ans, 999 jeunes Slovaques qui croyaient partir travailler dans une fabrique de chaussures ont dû construire le futur camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

Avortement aux États-Unis: l'erreur de Ruth Bader Ginsburg qui pourrait coûter cher

Avortement aux États-Unis: l'erreur de Ruth Bader Ginsburg qui pourrait coûter cher

Tout l'héritage laissé par la juge RBG, icône féministe et progressiste, pourrait bien partir en fumée à cause d'une mauvaise décision prise en 2014.

«Casey», la décision qui a lentement tué le droit à l'IVG aux États-Unis

«Casey», la décision qui a lentement tué le droit à l'IVG aux États-Unis

Souvent résumée à une réaffirmation de la jurisprudence Roe v. Wade, la décision Planned Parenthood v. Casey de 1992 a considérablement affaibli le droit à l'IVG aux États-Unis.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio