Monde

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 21 au 27 septembre

Temps de lecture : 18 min

Plongée dans la logorrhée du président américain.

Donald Trump s'adresse à un employé de la Maison-Blanche, à Washington D.C., le 26 septembre 2020. | Olivier Douliery / AFP
Donald Trump s'adresse à un employé de la Maison-Blanche, à Washington D.C., le 26 septembre 2020. | Olivier Douliery / AFP

Avertissement: cette chronique non exhaustive se base sur les tweets de la semaine jugés les plus pertinents. L'homme le plus puissant du monde a une production si pléthorique que l'analyse de toutes ses productions numériques nécessiterait des jours et des nuits de décorticage et de labeur selon des conditions de travail dénoncées par les conventions de Genève.

Cette semaine, l'Amérique est chamboulée par la mort de la juge Ruth Bader Ginsburg et par la décision des Républicains de nommer sa successeuse avant l'élection présidentielle. Le nombre de morts du coronavirus a dépassé 200.000. La Californie brûle toujours et se prépare à affronter une nouvelle vague de chaleur. À Louisville, pendant des émeutes deux policiers ont été blessés par balle et 127 manifestant·es arrêté·es. Enfin, l'Amérique a découvert que son président avait payé moins d'impôts en 2016 que l'équivalent d'un mois de frais d'assurance santé d'un citoyen lambda. Une semaine ordinaire dans l'Amérique de Trump.

Lundi 21 septembre

Selon le New York Times, si vous voulez que votre livre se vende bien, le mieux est que Trump tweete qu'il le déteste. Banco pour Rage, de Bob Woodward, qui s'est vendu à 600.000 exemplaires les deux premières semaines.

«“The Trump Century, How Our President Changed the Course of History Forever” [Le siècle de Trump, comment notre président a changé le cours de l'histoire à jamais]. En vente demain. Un grand livre par un auteur encore plus grand. Faites de Lou LE NUMÉRO UN!...Tellement mieux que le livre chiant de Woodward qui ne raconte rien de neuf. En plus, Lou est bien plus malin et futé que Bob, beaucoup plus!»

Trump a dit qu'il ne nommerait pas de nouvelle juge avant les obsèques de Ruth Bader Ginsburg, par respect. Ce qui ne l'a pas empêché de passer une bonne partie de la journée à relayer des tweets en faveur d'une nomination rapide, notamment celui-ci, du sénateur texan Ted Cruz:

«Je suis d'accord à 100%»

On s'en doutait un peu.

Si les Républicains s'estiment dans leur bon droit en remplaçant RBG au pied levé c'est parce qu'en 2016, affirment-ils, lorsque Obama était encore président et qu'un siège de la Cour suprême était devenu vacant à la suite de la mort du juge Scalia, le président était démocrate et le Sénat (qui confirme la nomination) à majorité républicaine. Or aujourd'hui tout est différent, puisque président et Sénat sont tous deux des Républicains. C'est ce qu'explique le sénateur James Inhofe, relayé par le président Trump:

«Le précédent est clair ici. Dans le cas d'un gouvernement uni, quand les électeurs ont choisi un Sénat et une Maison Blanche dans le même parti, c'est notre obligation constitutionnelle d'examiner la nomination d'un juge à la Cour suprême.»

Petit défilé de soutien au président, dont la base ne faiblit pas:

«MERCI! #MAGA [Make America Great Again, ndlr]»

Mardi 22 septembre

Trump a promis la réindustrialisation de l'Amérique.

(Il n'a pas promis qu'il ne ferait pas de faute d'orthographe –à sa décharge, celle-ci est une des plus courantes en anglais).

«Nissan produit sont modèle ROGUE 2021 dans le TENNESSEE. Génial!» [sic]

Toujours pas de consensus au Congrès sur les mesures de relance et les compensations à verser aux Américain·es victimes de la crise économique. Le tweet est un peu décousu, mais le message reste le même (pour ceux qui doutent encore: Républicain=bien, Démocrate=pas bien, Nancy Pelosi= folle).

«La seule chose qui intéresse les Démocrates c'est RENFLOUER leurs États Bleus mal gérés et rongés par la criminalité. Nos travailleurs ou petites entreprises ne les intéressent pas...Nancy la Folle ne fera que de la relance, qui serait utile si on l'associe à du renflouement. Les États Républicains sont géniaux!!!»

Pas de surprise, le président est décidé à remplacer Ruth Bader Ginsburg au plus tôt à la Cour suprême. Sachant que c'est cette institution qui valide l'élection présidentielle qu'il va forcément gagner sinon c'est truqué, c'est plutôt logique.

«J'annoncerai le nom de ma Candidate à la Cour suprême samedi, à la Maison Blanche! Heure exacte à venir.»

En passant, une petite pique en mode «même pas mal» contre la colistière de Biden que le site ABC News annonce être «prête à devenir la principale personnalité de l'opposition démocrate»:

«Super nouvelle. Ça montrera à quel point elle est incompétente.»

(Et il s'y connaît en incompétence).

Le président relaie également un tweet du site d'information The Hill annonçant que l'animateur de radio conservateur Rush Limbaugh exhorte le Sénat à confirmer la candidate de Trump à la Cour suprême sans passer par les auditions de rigueur, parce que pourquoi pas.

Puis il fait la promotion d'un livre écrit par la juge Jeanine Pirro, une de ses grandes fans, dont l'ironie du titre Ne me mentez pas et arrêtez d'essayer de voler notre liberté n'échappera pas au lecteur averti.

«Félicitation à @JudgeJeanine pour le lancement de son nouveau livre “DON'T LIE TO ME” désormais disponible. Achetez votre exemplaire dès aujourd'hui!»

Trump est en tournée électorale, et dans ce cadre il remet les points sur les «i» de la Chine et de Biden:

«J'ai été honoré de revenir dans le Commonwealth de Pennsylvanie auprès de milliers de Patriotes Américains loyaux et qui travaillent dur. Cette élection est un choix entre la Pennsylvanie & la Chine. Si Biden gagne, la Chine gagne. Si nous gagnons, la Pennsylvanie gagne et L'AMÉRIQUE GAGNE! #MAGA»

Mercredi 23 septembre

«Je connais à peine Cindy McCain, mis à part le fait que je l'aie placée dans un Comité à la demande de son mari. Joe Biden était à la botte de John McCain. Tellement de MAUVAISES décisions sur des Guerres Sans Fin & les V.A. [le département des Anciens combattants, ndlr], véritable film d'horreur que j'ai transformé en IMMENSE APPROBATION. Jamais été un fan de John. Cindy peut garder Joe Gros Dodo!»

Cindy McCain est la veuve du républicain John McCain. Trump avait dit de lui en 2015 qu'il ne le considérait pas comme un héros de guerre, car il avait été capturé au Vietnam (guerre que Trump n'a pas faite). John McCain est mort en 2018 et sa veuve Cindy est entrée en campagne contre Trump, notamment en publiant ce genre de tweet :

«Mon mari avait une philosophie de vie: son pays avant tout. Nous sommes des républicains, c'est vrai, mais avant tout des Américains. Il n'y a qu'un seul candidat dans cette campagne qui défende nos valeurs en tant que nation, et c'est @JoeBiden

Sur le front du vaccin, ça avance. Plusieurs laboratoires, dont Johnson & Johnson, estiment pouvoir savoir d'ici la fin de l'année si leur vaccin se révélera efficace (mais pas avant le 3 novembre, date de la présidentielle). Trump voudrait déjà voir la FDA (organisme qui autorise les mises sur le marché) approuver ces vaccins qui n'existent pas encore.

«Grande Nouvelle. De nombreuses super entreprises obtiennent des résultats fantastiques. La @FDA doit agir vite!»

Trump invite les citoyen·nes à participer à l'élection en allant tenir les bureaux de vote et en s'assurant que les règles sont bien respectées, ce qui n'est pas du luxe puisque déjà, en Virginie où le vote anticipé a commencé, ses partisans et partisanes sont venues manifester devant un bureau de vote et ont entravé la bonne tenue du scrutin.

«Il est très important que, afin de surveiller que TOUT LE MONDE suit les Règles & les Règlementations, vous deveniez ASSESSEUR dans votre Bureau de Vote local. Allez vous inscrire MAINTENANT!!!»

Aujourd'hui, Trump célèbre l'anniversaire de l'invasion avortée de la Baie des cochons par des exilés cubains soutenus, financés et formés par les États-Unis en 1961. L'association des vétérans du débarquement de la Baie des cochons soutient officiellement la candidature de Trump et lui a offert une décoration qui, selon ses propres termes, est affichée «fièrement sur un mur qui a une grande importance pour moi».

«Nous remercions Dieu de la bénédiction partagée d'être citoyens de la Plus Grande Nation de la Terre –et nous espérons, prions et œuvrons pour que vienne le jour où le peuple de Cuba pourra enfin se réapproprier son glorieux destin!»

Jeudi 24 septembre

Mercredi, le procureur du Kentucky a annoncé que les policiers qui ont tué Breonna Taylor, une femme noire, alors qu'elle dormait chez elle ne seraient pas poursuivis. Des affrontements avec la police ont provoqué 127 arrestations et deux policiers ont été blessés par balle. Dans ses tweets, Trump n'évoquera pas une seule fois Breonna Taylor dont le nom vient s'ajouter à la liste des personnes devenues le symbole des violences policières envers les Noir·es.

«Je prie pour les deux policiers qui ont été blessés par balle ce soir à Louisville, Kentucky. Le Gouvernement Fédéral se tient à vos côtés et est prêt à vous aider. J'ai parlé au @GovAndyBeshear et nous sommes prêts à travailler ensemble, immédiatement sur demande!»

En revanche, il n'oublie pas le principal.

«LA LOI ET L'ORDRE!»

Non, pardon, le principal, c'est ça:

«Taux D'approbation Rasmussen: 52%. Taux d'Approbation Parti Républicain: 95%. Merci!»

Il rappelle aussi que son adversaire est mou, très mou. Alors que lui, en revanche, n'a besoin que de quatre heures de sommeil par nuit.

«Joe Biden Gros dodo vient juste d'arrêter sa campagne pour la journée (Encore). Il veut se reposer! C'est un individu À TRÈS BASSE ÉNERGIE, et notre pays ne peut pas s'en sortir à cette époque excitante mais complexe et compétitive, avec un Président à Basse Énergie!!!»

Cette semaine, Trump renouvelle ses attaques contre Hunter Biden, le fils de son rival, à qui il reproche d'être corrompu et à la solde des Russes à la suite de la publication par des Républicains du Sénat d'un rapport avançant que l'entreprise de Hunter Biden aurait reçu 3,5 millions de dollars de la part de l'épouse de l'ancien maire de Moscou (mais sans prétendre que les transactions en question aient été illégales).

«Une Milliardaire Russe a transféré à Hunter Biden 3 1/2 Millions de Dollars. Ça en plus de tout l'argent qu'il a reçu quand Joe était V.P. Plus escroc ya pas, mais les Médias Fake veulent que ça passe à la trappe!»

Trump a juré la perte de l'Obamacare et défend son nouveau projet pour l'assurance santé en avançant notamment qu'il permettra de couvrir les personnes atteintes de maladies au moment de contracter une assurance. Ce que l'Obamacare permettait déjà.

«Nous protègerons toujours les patients atteints de maladies pré-existantes!»

Le complotisme postal continue de battre son plein dans le cerveau présidentiel:

«La Triche aux Bulletins non-sollicités par des politicards, ou par quiconque, est illégale. Nous surveillons de près!»

Aujourd'hui, Trump égrène les vidéos pour justifier que le Sénat a bien le droit de confirmer sa candidate à la Cour suprême, qu'il nommera ce samedi. Et il remercie ses supportrices et supporters de Floride d'être venus l'écouter en nombre et bien collés les uns aux autres, dans un univers qui a choisi d'ignorer l'existence d'un virus qui préoccupe à peu près toute la planète.

«MERCI, FLORIDE! #MAGA»

Enfin aujourd'hui, Trump épingle un tweet que Twitter s'empresse de rectifier avec un lien démentant le manque de fiabilité du vote par correspondance.

«Les Démocrates Sont en train de Truquer nos Élections de 2020!»

Vendredi 25 septembre

Aujourd'hui Trump joue au golf, mais pas que.

«Un des pires sondages de 2016 était celui de @FoxNews. Ils se sont tellement trompés c'était ridicule. Fox a dit qu'ils changeraient de sondeurs, mais ne l'a pas fait. Ils ont surreprésenté les démocrates à tel point que même un enfant l'aurait vu. Rasmussen, exact, était à 52%.»

Il bosse dur.

«Je travaille dur au Nouveau Mexique. J'ai construit le Mur (sécurité) et protègerai totalement votre Deuxième Amendement (les Dems veulent l'anéantir!) J'y serai bientôt!»

Il relaie une bonne quinzaine de tweets de la NRA (National Rifle Association, le lobby des armes à feu le plus puissant d'Amérique), dont un des arguments électoraux est que Biden représente une menace pour le 2e amendement (la liberté de porter des armes). Notamment:

«Ne sous-estimez JAMAIS la majorité silencieuse.»

«La vente d'armes à feu a augmenté de près de 80% dans les swing states cette année.»

Mais aussi :

«Hey @JoeBiden: vous ne nous prendrez JAMAIS nos armes.»

Petit rappel en passant que, selon Trump, le gouverneur Andrew Cuomo est responsable de la mort de 11.000 personnes dans les maisons de retraite de l'État de New York, et que finalement il veut la mort de tout le monde:

«Le gouverneur Andrew Cuomo de New York veut mettre New York TOUT EN BAS de la Liste de Vaccination car il ne fait pas confiance à la @FDA ou au Gouvernement fédéral, alors mêmes que les Vaccins sont développés par les meilleurs Labos du Monde. Si seulement il nous avait fait confiance pour les Maisons de Retraite!»

Samedi 26 septembre

Nouveau tweet épinglé:

«Aujourd'hui, j'ai eu le grand honneur de nommer à la Cour suprême l'un des esprits les plus brillants et doués de notre nation dans le domaine de la justice. C'est une femme à la réussite inégalée, à l'immense intelligence, aux qualifications de premier ordre et dont la loyauté à la Constitution est inébranlable: la juge Amy Coney Barrett...»

Pour comprendre le tweet suivant, il convient de se replonger dans quatre années de rancœur, de procès et de «faits alternatifs».

«L'Administration Obama ne cherchait pas à trouver des faits, elle cherchait à «choper Trump». Ken Starr... et a été prise la main dans le sac –tous. “Trump avait raison,” ils ont dit!»

D'ailleurs en parlant de replonger, Trump en profite pour ressortir aujourd'hui un tweet d'il y a trois ans:

«Le briefing des “Renseignements” sur le soi-disant “piratage russe” a été repoussé à vendredi prochain, peut-être pour avoir plus de temps pour constituer un dossier. Très étrange!»

Enfin, ces trois dernières années sont surtout celles du triomphe trumpien:

«En seulement 3 ans et demi, nous avons sécurisé les Frontières de l'Amérique, reconstitué l'imposante puissance de l'Armée américaine, anéanti le califat de l'EI, rectifié nos catastrophiques Accords Commerciaux et rapatrié des EMPLOIS en Amérique – et en PENNSYLVANIE!»

«Pendant des années, vous avez eu un Président qui s'excusait au nom de l'Amérique –maintenant vous avez un Président qui défend l'Amérique et qui défend la Pennsylvanie. Alors mobilisez vos amis, mobilisez votre famille, mobilisez vos voisins & et vos collègues, SORTEZ ET VOTEZ! Le vote anticipé a déjà commencé –VOTEZ!»

Dimanche 27 septembre

La semaine prochaine se tiendra le premier débat entre les deux candidats. Trump commence par décrédibiliser d'office son rival. S'il assure, ce sera parce qu'il se drogue. S'il n'assure pas, il n'aura pas osé se doper de peur d'être découvert.

«J'insisterai pour que Joe Gros Dodo passe un Test Anti-dopage avant ou après le Débat de Mardi soir. Naturellement, j'accepterai d'en subir un. Ses performances en Débat sont d'une IRRÉGULARITÉ inédite, pour le dire pudiquement. Seulement les médicaments pourraient expliquer ces variations???»

«Hanoi Dick, qui a menti pendant des années en disant qu'il était un héros de la guerre du Vietnam et qui n'y a jamais mis les pieds (destituez-le!) ne devrait pas avoir le droit de voter sur quoi que ce soit d'important!»

Hanoi Dick, c'est Richard Blumenthal, sénateur Démocrate du Connecticut, qui a déclaré qu'il ne rencontrerait pas Amy Coney Barret, candidate nommée par Trump pour remplacer RBG à la Cour suprême. Il ne s'est pas battu au Vietnam et a pourtant reconnu s'en être vanté. Il est donc une cible toute trouvée pour Trump qui ne ressent pas le besoin de contester le fond de ses arguments contre la nomination de Barret.

Trump est très en forme ce dimanche, il continue en accablant Mike Bloomberg, ancien maire de New York, ancien rival de Joe Biden aux primaires démocrates, qui a versé de l'argent à une association dont le but est d'aider d'ancien·nes prisonnièr·es à récupérer leurs droits civiques en contribuant à leurs frais de justice.

«Wow, personne ne s'était rendu compte jusqu'où Mini Mike Bloomberg était allé en donnant des pots de vin à d'ex-prisonniers pour qu'ils aillent voter pour Joe Gros Dodo. Il veut désespérément être de nouveau dans les petits papiers des gens qui non seulement l'ont méchamment battu, mais l'ont fait passer pour un parfait imbécile. Et maintenant il a commis un crime grave!»

«SURVEILLEZ LES BULLETINS»

...recommande le président, qui va soulager toute cette pression en partant jouer au golf.

Enfin coup de théâtre, la semaine de Trump s'achève avec un magistral

Réponse de Donald Trump à la publication par le New York Times d'un très long article révélant que le président américain n'a payé que 750 dollars d'impôts sur le revenu en 2016 et zéro dollar pour dix des quinze années précédentes, notamment parce qu'il perdait énormément d'argent.

On y découvre également, entre moult autres choses, qu'il a déduit ses frais de coiffeur pour un montant de 70.000 dollars lorsqu'il animait l'émission The Apprentice, ce qui n'a pas fini de faire ricaner dans les coulisses de Twitter.

La meilleure conclusion à ce nouveau scandale est sans doute ce tweet de Walter Shaub, l'ancien directeur du Bureau chargé de l'éthique au sein du gouvernement:

«J'espère que quelqu'un a pensé à compter l'argenterie à la Maison Blanche.»

Retrouvez l'actualité de la campagne présidentielle américaine chaque mercredi soir dans Trump 2020, le podcast d'analyse et de décryptage de Slate.fr en collaboration avec l'Ifri et TTSO.

Qu'a tweeté Trump cette semaine?
Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 14 au 20 septembre

Épisode 11

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 14 au 20 septembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 28 septembre au 4 octobre

Épisode 13

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 28 septembre au 4 octobre

Newsletters

Boycott

Boycott

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 19 au 25 octobre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 19 au 25 octobre

Plongée dans la logorrhée du président américain.

Wilton Gregory, premier cardinal noir-américain nommé par le pape

Wilton Gregory, premier cardinal noir-américain nommé par le pape

L'archevêque s'était distingué pour sa lutte contre les prêtres pédophiles au début des années 2000.

Newsletters