Boire & manger

La meilleure façon de préparer les tomates cerises

Temps de lecture : 3 min

Prêt en cinq minutes seulement, ce savoureux pickle va vous faire redécouvrir ces petites tomates que l'on réserve trop souvent à l'apéritif.

Découvrez une version estivale et rapide des achars, légumes marinés indiens. | Louis Hansel @shotsoflouis via Unsplash
Découvrez une version estivale et rapide des achars, légumes marinés indiens. | Louis Hansel @shotsoflouis via Unsplash

En à peine cinq minutes, vous pouvez obtenir les petites tomates les plus succulentes que vous n'ayez jamais goûtées. Elles rendront irrésistibles vos dahl, vos œufs au plat et vos tacos… à moins que vous n'abandonniez toutes ces recettes et ne décidiez à la place de ne plus manger que de ce pickle de piments verts et tomates cerises.

Le génie de cette recette, véritable explosion de saveurs, tient dans le fait qu'il est l'œuvre d'une mère qui avait un talent culinaire illimité et un temps libre très limité. Ainsi qu'à sa fille, qui a eu la sagesse de s'en apercevoir.

Priya Krishna, autrice culinaire américaine, a grandi à Dallas. Durant toute sa jeunesse, elle a vu sa mère Ritu, programmeuse informatique, rentrer tous les soirs du travail et préparer le dîner en vingt minutes, sans jamais éclabousser d'huile sur ses vêtements ou perdre son calme. «Elle ne se pressait pas, ma mère donnait l'impression que c'était incroyablement facile, raconte Priya. Elle rentrait à la maison, se versait un verre de vin, mettait un ABBA en fond sonore et se mettait aux fourneaux.»

Intensifier les saveurs

À force d'observer sa mère et de déguster ses délicieux repas, Priya s'est dit que la cuisine de Ritu méritait d'être consignée dans un livre de cuisine. Elle a également compris que ces recettes pourraient permettre à n'importe qui de préparer d'excellents plats indiens le soir en un rien de temps. Ce recueil de cuisine, Indian-ish, est un hommage joyeux rendu par Priya à sa mère: Ritu a écrit cent recettes, Priya les a testées, étudiées et a expliqué pourquoi elles étaient bonnes.

Si toutes les recettes de Indian-ish sont conçues pour êtres faciles à cuisiner en semaine, celle que nous donnons ici est sans doute la plus rapide. Ritu prépare une version estivale et rapide des achars, légumes marinés indiens, que la grand-tante de Priya concoctait en été: à base de produits frais et d'épices, elle faisait des condiments détonants et épicés. «Nous nous régalions de ce condiment fantastique et relevé, qui avait la consistance de la confiture et avec lequel nous pouvions assaisonner n'importe quoi, mais la préparation durait tout l'été, ou au moins un mois entier.» Celui de Ritu, encore une fois, prend cinq minutes à faire.

L'un des éléments-clés pour libérer autant de saveur aussi rapidement est de faire un chhonk, qui consiste à saisir les épices et les aromates dans de la graisse (dans ce cas, de l'huile), pour intensifier leurs saveurs et les libérer, le tout en quelques instants. Pour cette recette, le chhonk est fait avec un mélange bengalais d'épices entières appelé panch phoran, que l'on peut traduire par «cinq épices» –moutarde noire, cumin, fenouil, fenugrec et graines de nigelle à parts égales[1]– ainsi que des piments verts frais qui se tordent et se boursouflent dans l'huile.

Le délicieux pickle de piments verts et tomates cerises de Priya et Ritu Krishna. | Ty Mecham

Trois minutes plus tard, la cuisson active est terminée et il est temps d'ajouter les tomates cerises coupées en deux dans le chhonk brûlant et odorant. Les tomates ramollissent à peine à la chaleur résiduelle, laissant s'échapper une partie de leur jus sucré. Un trait de jus de citron vert et un peu de sel pour finir, et vous voilà avec des tomates cerises d'une puissance de 10.000 watts.

Tout d'abord, c'est le goût du citron électrique et des épices qui se révèle, puis c'est la saveur sucrée et juteuse qui remonte, puis la bouchée se termine sur un tapis croquant de graines, plus craquant qu'une chips. Si vous êtes comme moi, une fois le bol terminé, vous l'approcherez de vos lèvres pour boire ce qui reste au fond.

«Je vais aller droit au but, m'a dit Priya. Je n'arrive pas à trouver un seul plat salé avec lequel cette recette n'irait pas.» Après en avoir recouvert un khara huggi, des quesadillas croustillantes au porc, et beaucoup d'œufs cet été, je n'ai pas pu la contredire.

Pickle de piments verts et tomates cerises de Priya et Ritu Krishna

Pour 4 personnes

• 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
• 1/4 cuillère à soupe de graines de fenouil
• 1/4 cuillère à soupe de graines de nigelle
• 1/4 cuillère à soupe de graines de cumin
• 1/4 cuillère à soupe de graines de moutarde noire
• 1/4 cuillère à soupe de graines de fenugrec
• 1/4 cuillère à soupe de graines d'ase fétide (facultatif, mais vraiment délicieux)
• 4 longs piments verts indiens ou piments serrano, coupés en deux dans la longueur (inutile d'enlever les pédoncules)
• 1 tasse de tomates cerises coupées en deux
• 3/4 cuillère à café de sel marin
• 1 cuillère à soupe de jus de citron vert fraîchement pressé (à peu près un demi-citron)

Cet article a initialement été publié sur Food52.

1 — Si vous n'en avez pas sous la main, vous pouvez les commander individuellement ou déjà mélangées sous le nom de panch phoran (assurez-vous simplement que les graines soient entières et non moulues, pour obtenir une saveur plus marquée et plus de croquant) dans des épiceries spécialisées ou en ligne. Retourner à l'article

Newsletters

Ce que peut faire le guide Michelin pour soutenir les restaurants français

Ce que peut faire le guide Michelin pour soutenir les restaurants français

Le couvre-feu ne saurait avoir raison des fourneaux.

Frédéric Anton est-il le meilleur chef de Paris?

Frédéric Anton est-il le meilleur chef de Paris?

Le Pré Catelan et Le Jules Verne, à la tour Eiffel: deux restaurants qui mériteraient une quatrième étoile.

La courge au tahini noir, pour arrêter d'en broyer

La courge au tahini noir, pour arrêter d'en broyer

Un plat automno-oriental pour se consoler du couvre-feu et des jours pâteux.

Newsletters