Monde

Vidéo: la bavure qui a tué deux journalistes en Irak

Slate.fr, mis à jour le 06.04.2010 à 18 h 21

Le site Internet WikiLeaks a publié lundi 5 avril une vidéo d'une rare violence montrant un hélicoptère de l'armée américaine tuer un photographe et un chauffeur de l'agence de presse Reuters dans une attaque à Bagdad en juillet 2007. On peut y entendre les soldats demander à plusieurs reprises la permission de tirer sur un groupe d'hommes dans une rue déserte, parmi lesquels se trouvaient les deux employés, et s'y reprendre à deux fois pour achever les cibles. Un haut gradé de l'armée américaine a confirmé l'authenticité de l'enregistrement, qui a été pris d'un des deux hélicoptères impliqué dans l'attaque.

 

Comme le note Jean-Marc Manach sur le blog Bug Brother du Monde, Reuters n'avait pas réussi à se procurer cette vidéo: «L'agence Reuters avait tenté, en vain, d'obtenir cet enregistrement vidéo, au moyen du Freedom of Information Act. L'armée avait refusé de rendre la vidéo publique, et lui avait alors répondu que ses soldats avaient agi conformément aux règles d'engagement.» L'agence s'était également vue refuser l'ouverture d'une enquête sur la mort de ses deux employés.

A l'époque de l'attaque, l'armée américaine avait affirmé que les hélicoptères avaient été appelés en renfort de soldats ayant essuyé des tirs. «Il ne fait aucun doute que les forces de la coalition étaient clairement engagées dans des opérations de combat contre des forces hostiles» avait déclaré le lieutenant colonel Scott Bleichwehl, porte-parole de la coalition en Irak.

Selon un rapport de 2007 de l'armée sur l'incident, que CNN s'est procuré, l'équipage des hélicoptères n'avait «pas de raison de supposer que des médias neutres étaient présents aux côtés des forces ennemies. Nous regrettons la perte de vies innocentes, mais l'incident a été l'objet d'une enquête, et il n'y a jamais eu de tentative de le couvrir».

Au cours d'une conférence de presse, Wikileaks a annoncé qu'il s'était procuré l'enregistrement grâce à des informateurs au sein de l'armée américaine, et a pu le regarder après avoir cassé le code d'encryptage. Le site, qui se spécialise dans la publication anonyme de documents confidentiels, a également rappelé que 139 journalistes ont été tués en Irak depuis le début de l'invasion en 2003.

[Lire l'article de Bug Brother, et le site collateralmurder.org]

À LIRE AUSSI SUR SLATE: WikiLeaks, la révélation industrielle; «Que disaient les New-Yorkais le 11 septembre?»

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de une: Capture d'écran de la vidéo sur YouTube

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte