Santé

Pourquoi nous tombons davantage malade en hiver

Temps de lecture : 2 min

Le rhume est la première cause d'absentéisme chez les enfants et les adultes.

Selon l'OMS, entre 290.000 et 650.000 personnes meurent de la grippe saisonnière chaque année. | Kelly Sikkema via Unsplash
Selon l'OMS, entre 290.000 et 650.000 personnes meurent de la grippe saisonnière chaque année. | Kelly Sikkema via Unsplash

Avec l'hiver qui arrive, la crainte d'attraper un rhume ou la grippe s'installe progressivement. Selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), le rhume est la première cause d'absentéisme chez les enfants et les adultes. Bien que la plupart des cas de rhumes et de grippes se résolvent seuls, l'Organisation mondiale de la santé estime que la grippe saisonnière tue entre 290.000 et 650.000 personnes par an. Face à ce constat, une question persiste: pourquoi le taux de grippes et de rhumes augmente-t-il lorsque les températures baissent?

Il est important de rappeler ce qui distingue un rhume de la grippe. Si les deux maladies partagent plusieurs symptômes (maux de gorge, nez bouché, toux et éternuements), une personne atteinte de grippe saisonnière peut également voir sa température grimper et souffrir de douleurs musculaires, de sueurs froides ou de frissons. Néanmoins, certain·es patient·es ne montrent aucun symptôme.

C'est en passant par notre nez que le rhume et la grippe s'infiltrent dans notre corps. Habituellement, notre muqueuse nasale présente un mécanisme de défense capable de bloquer l'intrusion des microbes. Notre nez sécrète constamment du mucus, dans lequel les virus se retrouvent piégés. Grâce aux mouvements des cils vibratiles, les bactéries sont dirigées vers notre estomac, où l'acide gastrique neutralise les microbes. Toutefois, lorsque les températures descendent, davantage de mucus est produit et l'activité du système immunitaire ralentit.

Quels facteurs pour expliquer la hausse de la grippe en hiver?

Alors que la grippe peut théoriquement se manifester à n'importe quelle période de l'année, les CDC remarquent que le nombre de cas grimpe particulièrement en hiver. Des températures basses cumulées à des taux d'humidité peu élevés sont propices au développement du virus. Paradoxalement, dans les zones tropicales, la grippe peut toucher les populations lorsque les températures sont humides et les mois pluvieux. Pour les scientifiques, il est difficile de comprendre comment le même virus peut se manifester de façon similaire dans des contextes météorologiques si différents.

Certaines personnes associent la hausse du nombre de cas de rhumes et de grippes en hiver à la baisse des niveaux de rayonnement UV et de la production de vitamine D par notre corps. S'il est parfois conseillé de prendre des suppléments en vitamine D pendant l'hiver afin d'éviter de tomber malade, aucune étude scientifique n'a prouvé cette corrélation.

Un autre facteur qui pourrait contribuer au développement des virus en hiver est lié au fait que nous passons bien plus de temps en intérieur. Or, les espaces plein de monde, particulièrement lorsqu'ils sont chauffés, deviennent propices à la propagation du virus de la grippe ou du rhume. Néanmoins, une majorité des personnes évoluant dans des espaces clos toute l'année, cette théorie, isolée, ne permet pas d'expliquer la hausse de rhumes et de grippes en hiver.

Newsletters

Que faire si le couvre-feu ne donne pas les résultats espérés?

Que faire si le couvre-feu ne donne pas les résultats espérés?

Les nouvelles restrictions risquent de ne pas réduire massivement la circulation du Covid-19. D'ici quatre à six semaines, le président devra décider de les maintenir ou d'y renoncer.

Le Covid-19 pourrait ne jamais être éradiqué

Le Covid-19 pourrait ne jamais être éradiqué

À ce jour, la seule maladie totalement éradiquée dans le monde est la variole.

Il faut parler des règles surabondantes

Il faut parler des règles surabondantes

Sujet tabou, les règles hémorragiques touchent 20 à 30% des femmes, affectant leur qualité de vie et leur santé. Pourtant, des traitements existent.

Newsletters