Santé

Quelle est la meilleure place dans les transports pour limiter les risques de contamination?

Temps de lecture : 2 min

Train, bus, métro... voici des conseils pour se déplacer prudemment en temps de Covid-19.

Au cours de votre trajet, portez un masque ajusté, évitez les heures de pointe et suivez les recommandations de distanciation sociale. | Hugh Han via Unsplash
Au cours de votre trajet, portez un masque ajusté, évitez les heures de pointe et suivez les recommandations de distanciation sociale. | Hugh Han via Unsplash

Depuis l'apparition du Covid-19, notre façon de voyager d'un point A vers un point B a drastiquement changé. Alors que nous cherchions souvent à connaître le chemin le plus rapide, beaucoup souhaitent aujourd'hui entreprendre le voyage qui, sanitairement parlant, sera le moins risqué.

Afin d'éviter d'être contaminé·e, il est essentiel d'adopter certains gestes dans les transports en commun, comme porter un masque ajusté, éviter les heures de pointe, et suivre les recommandations de distanciation sociale. Toutefois, lors d'un trajet, d'autres aspects sont à prendre en compte.

Choisir sa place stratégiquement

Être enfermé·e dans un espace clos avec des personnes qui respirent, toussent, et discutent, augmente les risques d'être infecté·e par le virus. Il est donc conseillé d'éviter les transports en commun et de privilégier la marche, le vélo ou le scooter. De plus, se déplacer en voiture avec des personnes qui partagent son foyer est une solution prudente qui permet d'éviter d'être contaminé·e. Il est néanmoins difficile de conseiller cette option qui risquerait d'augmenter la fréquence des embouteillages et n'est certainement pas bénéfique pour l'environnement.

Avant de prendre le train, le bus ou le métro, il est pertinent de s'intéresser au système de ventilation du moyen de transport. Selon Nick Tyler, chercheur spécialisé dans les transports à UCL, «à l'extérieur, en plein air, les gouttelettes se dissipent dans l'air et le vent. Une fois en intérieur, il y a beaucoup moins de mouvement». Pour cette raison, la meilleure option reste d'utiliser un moyen de transport en commun doté de plusieurs fenêtres, et qu'il est facile d'aérer.

Lors d'un déplacement, il faudrait également prendre en compte le nombre de personnes qui risquent d'y discuter, parfois fort pour se faire entendre. En effet, les endroits bruyants qui incitent les individus à pousser davantage sur leur voix sont plus à risque que les lieux calmes. Il vaut donc mieux entrer dans un wagon silencieux.

Dans les transports en commun, mieux vaut se tenir à distance des autres et ne pas s'asseoir à côté d'un·e inconnu·e. Une récente étude chinoise s'est penchée sur les risques de transmission du virus dans un wagon selon la proximité des personnes assises. La recherche conclut que s'asseoir dans une rangée déjà occupée augmente particulièrement le risque de contamination. En outre, plus un trajet est long et plus il en devient risqué. Cependant, l'étude rassure sur le fait que s'asseoir sur un siège précédemment occupé par une personne porteuse du virus ne devrait pas avoir d'incidence sur la transmission de celui-ci.

Pour les personnes voyageant debout, une étude américaine rappelle qu'il est préférable d'éviter de toucher les barres verticales du métro. La recherche prévient également du risque de rester proche des portes de celui-ci. Bien que cet espace soit probablement le mieux ventilé, il est également le plus convoité.

Newsletters

Que faire si le couvre-feu ne donne pas les résultats espérés?

Que faire si le couvre-feu ne donne pas les résultats espérés?

Les nouvelles restrictions risquent de ne pas réduire massivement la circulation du Covid-19. D'ici quatre à six semaines, le président devra décider de les maintenir ou d'y renoncer.

Le Covid-19 pourrait ne jamais être éradiqué

Le Covid-19 pourrait ne jamais être éradiqué

À ce jour, la seule maladie totalement éradiquée dans le monde est la variole.

Il faut parler des règles surabondantes

Il faut parler des règles surabondantes

Sujet tabou, les règles hémorragiques touchent 20 à 30% des femmes, affectant leur qualité de vie et leur santé. Pourtant, des traitements existent.

Newsletters