Société

Des avions ne vont nulle part mais pourtant ils sont pleins

Temps de lecture : 2 min

Prendre l'avion leur manque: ils et elles achètent des tickets pour un avion qui atterrit au même endroit qu'il décolle.

Photo d'illustration | Suhyeon Choi via Unsplash
Photo d'illustration | Suhyeon Choi via Unsplash

Au départ: aéroport international du Brunei, à l'arrivée: aéroport international du Brunei. Ces vols pour nulle part ravissent les grand·es voyageurs et voyageuses, habitué·es à voler plusieurs fois par mois et à qui prendre l'avion semblait manquer. Au Brunei, peu touché par la pandémie de Covid-19, les passagèr·es de ces étranges vols ne sont pas tenu·es de porter le masque, seuls les personnels à bord le sont.

Et la compagnie aérienne du Brunei n'est pas la seule à proposer ces vols, à Taiwan, au Japon, en Australie, ils sont également remplis. Parfois leur nom varie: «vol panoramiques», «vol pour nulle part» ou plus subtile, le «dine and fly» pour «diner et voler tout en admirant la beauté des côtes».

Du côté des compagnies aériennes, c'est une véritable opportunité pour maintenir l'activité tout en vendant une nouvelle expérience satisfaisante pour les plus fortuné·es. La demande des client·es pour une expérience plus luxueuse est forte.

Mardi 15 septembre, la compagnie Qantas a vendu toutes les places de son «vol pour nulle part» en 10 minutes, la vente la plus rapide de son histoire. Les billets pour ce tour d'avion de sept heures autour de l'Australie se sont vendus de la classe économique à premium entre 500 et 2.300 euros. La compagnie taiwanaise EVA est parvenue à vendre, elle-aussi rapidement, les 300 places de son A380 Hello-Kitty –toujours pour nulle part. Qantas a également relancé ses vols pour l'Antarctique qui n'atterrissent pas mais permettent de survoler et admirer les glaciers.

Les critiques ne se sont pas faites attendre, en particulier sur les réseaux sociaux car l'avion reste l'un des moyens de transports les plus polluants.

«Impatiente de raconter à mes enfants qu'un jour on a utilisé cette opportunité pour empirer le changement climatique»

Newsletters

«Mon physique a changé. Je le sais»

«Mon physique a changé. Je le sais»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Ibtissem, une jeune femme pleine de promesses qui pense avoir perdu son éclat à la suite d'une relation toxique.

L'argent, le dernier tabou des couples

L'argent, le dernier tabou des couples

Comment faites-vous les comptes? Tous les combien? Si vous êtes en couple, avez-vous un compte commun? Quelle est la répartition des dépenses? Qui s'occupe de l'administratif? Et des impôts comme la taxe d'habitation? ...

«J'ai fait une grosse connerie. J'ai assassiné mon ex»

«J'ai fait une grosse connerie. J'ai assassiné mon ex»

[Épisode 3] Après avoir quitté les lieux de son crime, Jean-Régis Julien se rend au commissariat d'Alès. Il raconte par téléphone ce qu'il vient de faire à son père, puis aux femmes qu'il fréquentait alors.

Newsletters