Boire & manger

Ce que vous ne savez probablement pas sur la tequila

Temps de lecture : 2 min

Confectionné à partir d'agave bleu, cet alcool est un mezcal aux multiples particularités.

Les producteurs originaires de Tequila sont les premiers à protéger le nom de leur mezcal en 1974. | Francisco Galarza via Unsplash
Les producteurs originaires de Tequila sont les premiers à protéger le nom de leur mezcal en 1974. | Francisco Galarza via Unsplash

Qu'elle soit consommée pure, en cocktail, ou en shots, la tequila est une boisson alcoolisée que chacun·e connaît. Pourtant, certaines spécificités de ce breuvage mexicain restent méconnues par beaucoup.

La tequila est une boisson alcoolisée de la famille des mezcals. Historiquement, le mezcal est un terme générique qui désigne un alcool élaboré à partir d'agave distillé que le Mexique produit depuis des siècles. Initialement, on appelait la tequila «mezcal de Tequila», pour souligner la provenance de la boisson, Tequila étant une ville de l'État mexicain de Jalisco. Mais, avec le temps, l'appellation de ce spiritueux est raccourci, pour devenir simplement «tequila».

Selon Sarah Bowen, maîtresse de conférence en sociologie à l'université d'État de la Caroline du Nord, le succès de la tequila face aux autres mezcals tiendrait à la capacité des producteurs originaires de Tequila à avoir développé et industrialisé leur travail, dès la fin du XIXe siècle. Ils sont aussi les premiers à protéger leur nom, dès 1974. Aujourd'hui, seuls les producteurs originaires de Jalisco et de quatre autres États mexicains ont le droit d'utiliser le terme «tequila».

Dans les années 1990, l'industrie de la tequila souhaite changer d'image. D'une boisson considérée de bas étage, elle devient un spiritueux sophistiqué et de qualité. Cela a un effet positif sur les volumes de production qui, depuis le milieu des années 1990, ont triplé.

La face cachée de la tequila

La valeur d'une tequila est souvent associée à son âge, à la façon dont elle a été conservée ou aux saveurs qui y ont été associées. Ce sont les distilleries qui font gage de qualité. Pourtant, ce qui rend cette boisson alcoolisée unique reste son lieu d'origine, ainsi que les pratiques traditionnelles utilisées pour sa fabrication.

Cultiver de l'agave est une tâche compliquée. Six à huit années sont nécessaires pour que la plante arrive à maturité. Par conséquent, l'industrie de la tequila a souvent dû faire face à des cycles de surplus ou, au contraire, de pénurie, mettant les producteurs et les productrices dans des situations fragiles.

Les fermièr·es mexicain·es qui récoltent l'agave, appelé·es couramment les «jimadores», sont extrêmement vulnérables et peu visibles dans la chaîne logistique de la tequila. Pourtant, en visite dans une distillerie, un·e touriste pourra généralement apercevoir un·e jimador habillé·e d'un vêtement traditionnel, qui explique comment l'agave est récoltée. Si l'ouverture des distilleries au public vise à l'émerveiller grâce au savoir traditionnel, elle cache une part sombre de la fabrication de la tequila. En effet, les jimadores ne reçoivent que de très faibles salaires, travaillent dans de très mauvaises conditions et sont souvent atteint·es de maladies chroniques.

Newsletters

Nouveaux restaurants et tables étoilées à Paris

Nouveaux restaurants et tables étoilées à Paris

La restauration de la capitale est repartie couci-couça.

Vous aurez toujours le droit de manger des «burgers vegans» (mais pas du «fromage végétal»)

Vous aurez toujours le droit de manger des «burgers vegans» (mais pas du «fromage végétal»)

L'industrie de la viande a perdu sa bataille contre les «steaks végétariens» au Parlement européen.

Le secret d'une mousse au chocolat onctueuse

Le secret d'une mousse au chocolat onctueuse

Parce qu'il n'y a pas que les blancs en neige qui comptent.

Newsletters