Monde

Le sermon du vendredi saint provoque un tollé

Temps de lecture : 2 min

De nombreuses organisations juives et des victimes d'abus sexuels par des prêtres catholiques ont condamné les propos du prédicateur attitré du Vatican, qui a comparé les critiques qu'essuie actuellement le pape Benoît XVI à de l'antisémitisme lors de la célébration du vendredi saint à la basilique Saint-Pierre.

«"Obscènes", "répugnants" ou "offensants" sont les qualificatifs qui reviennent le plus souvent dans les réactions des organisations juives mondiales après les propos du père Cantalamessa, dont le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a été amené à se dissocier» écrit Le Point. Le rabbin en chef de Rome dans un entretien publié par La Stampa parle lui d'«une faute de goût» et d'une «comparaison inappropriée».

Le père Cantalamessa, qui est la seule personne à pouvoir prêcher au nom du pape, avait cité une lettre d'un «ami juif» dans son sermon: «Le recours à des stéréotypes, le glissement de la responsabilité et de la culpabilité personnelles vers une culpabilité collective me rappellent les aspects les plus honteux de l'antisémitisme

Le porte-parole du Vatican a déclaré que ce parallèle n'était «pas dans la ligne du Saint-Siège», mais que Cantalamessa voulait seulement souligner le soutien de son ami juif.

[Lire l'article sur lepoint.fr]

A LIRE AUSSI SUR SLATE: «Quand Benoît XVI protégeait les pédophiles»

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

La vraie recette du populisme

La vraie recette du populisme

Lignes et esthétiques japonaises

Lignes et esthétiques japonaises

Entre 2004 et 2016, Emily Shur s'est rendue plus de quinze fois au Japon. «J'ai fait un effort conscient pour concentrer ma photographie uniquement sur l'expression de mon point de vue individuel, raconte la photographe. Je ne pense pas que mon...

Le voyage risqué de Macron en Russie

Le voyage risqué de Macron en Russie

Il importe qu’à Saint-Pétersbourg, plus encore qu’à Versailles il y a un an, Emmanuel Macron renforce son discours sans compromis vis-à-vis de Vladimir Poutine.

Newsletters