Monde

Le Touareg qui défie Areva

Temps de lecture : 2 min

C'est l'histoire classique de David contre Goliath. Le site Spiegel International raconte dans un long article en anglais le combat d'Almoustapha Alhacen, un Touareg du Niger qui se bat contre le géant du nucléaire Areva, coupable selon lui de contaminer l'eau et la poussière avec de sa région, causant la mort de nombreux travailleurs.

Depuis 40 ans, Areva extrait de l'uranium pour l'énergie nucléaire européenne au Niger, un de pays les plus pauvres du monde, mais qui «est à l'industrie nucléaire ce que l'Arabie Saoudite est à l'industrie du pétrole.» Contrairement à l'Arabie Saoudite, le Niger ne tire quasiment aucun profit de sa position de principal fournisseur d'uranium de l'Europe.

Alhacen a crée son association il y a 9 ans, quand il s'est rendu compte que beaucoup de ses collègues mouraient de maladies mystérieuses. Il est allé plaider sa cause jusqu'à Francfort, devant un parterre de gros actionnaires de la Deutsche Bank, qui prête beaucoup d'argent à Areva. Jospeh Ackermann, le PDG de la banque, lui a personnellement assuré que son entreprise était très sensible à l'environnement... puis plus rien.

80.000 personnes vivent dans les deux villes crées par Areva dans le désert pour l'exploitation des mines, mais quand on demande à Alhacen ce que celles-ci ont apporté aux habitants, il répond «rien, à part les radiations qui seront là pour des milliers d'années

[Lire l'article sur spiegel.de]

Photo de une: Kakadu National Park uranium mining / Alberto OG via Flickr CC License by

Slate.fr

Newsletters

La vraie recette du populisme

La vraie recette du populisme

Lignes et esthétiques japonaises

Lignes et esthétiques japonaises

Entre 2004 et 2016, Emily Shur s'est rendue plus de quinze fois au Japon. «J'ai fait un effort conscient pour concentrer ma photographie uniquement sur l'expression de mon point de vue individuel, raconte la photographe. Je ne pense pas que mon...

Le voyage risqué de Macron en Russie

Le voyage risqué de Macron en Russie

Il importe qu’à Saint-Pétersbourg, plus encore qu’à Versailles il y a un an, Emmanuel Macron renforce son discours sans compromis vis-à-vis de Vladimir Poutine.

Newsletters