Life

La vie avec l'iPad

Michael Agger, mis à jour le 05.04.2010 à 16 h 36

Ce que nous apprend la visite guidée d'Apple de son nouveau produit.

 

Apple a probablement vendu au moins deux fois plus d'iPad depuis son lancement en fanfare aux Etats-Unis samedi 3 avril que l'estimaient la plupart des analystes. C'est un premier signe que le mythique patron de la firme à la pomme, Steve Jobs, est en train de remporter son nouveau pari en montrant que la tablette est l'outil informatique de l'avenir.

Les ventes d'iPad pourraient ainsi avoir atteint 700 000 exemplaires selon l'analystes Gene Munster de Piper Jaffray. Il avait prévu des ventes de 200 000 à 300 000 appareils lors du lancement et Toni Sacconaghi de Sanford C. Bernstein en prévoyait lui entre 300 000 et 400 000. JPMorgan Chase & Co.’s L'analyste Mark Moskowitz de JPMorgan Chase anticipait la vente de 825 000 iPad d'ici à la fin juin, un chiffre qui devrait être très largement dépassé.

 

 

Les premiers comptes-rendus sont sortis, mais êtes-vous à la hauteur pour posséder un iPad? L'architecte Frank Lloyd Wright pouvait revenir dans les maisons qu'il avait conçues pour ses clients et réagencer les meubles à son goût. J'entrevois un désir similaire dans les vidéos de «visites guidées» qu'Apple vient de lancer autour de sa nouvelle tablette. Alors que les précédentes campagnes de ce type mettaient généralement en scène des employés de l'Apple Store dans des endroits neutres, les vidéos sur l'iPad montrent ce qui pourrait s'apparenter à la maison-témoin d'un utilisateur d'iPad. C'est un environnement parfait, digne d'un showroom IKEA, avec plein de café partout. Voici comment Steve Jobs veut qu'on utilise son appareil révolutionnaire. Faisons un tour dans cette virée d'Apple dans la vie d'un utilisateur éclairé d'iPad.

Il y a 11 clips en tout, durant de deux à quatre minutes. Le premier montre le navigateur Safari. Il s'ouvre sur une vue plongeante de notre utilisateur d'iPad posant sa tasse de café noir sur une table en bois sombre près de son iPad. (Les mordus de cinéma noteront des ressemblances avec le Coffee and Cigarettes de Jim Jarmusch. Et, ô surprise, quel site se charge sur l'iPad? Le New York Times bien sûr. On a souvent l'impression que les produits Apple sont bon an mal an conçus pour nous permettre de lire plus confortablement le Times.

Notre utilisateur d'iPad, un homme, est bien calé dans son fauteuil, l'iPad sur ses genoux, les jambes croisées. C'est le début d'un leitmotiv. Les utilisateurs d'iPad préfèrent les canapés et les fauteuils. Si un iPadder doit subir l'inconfortable posture d'être assis à un bureau, il relèvera immédiatement ses jambes et posera l'iPad sur ses cuisses pour taper. Le monde de l'iPad ressemble à une fumerie d'opium, où tout le monde est à moitié couché, afin de jouir au mieux de ses nouvelles merveilles, étranges et vigoureuses.

Âme supérieure

Puis la voix-off commence. Elle nous promet  qu'avec «un affichage multi-tactile aussi large...vous aurez l'impression de tenir le web dans le creux de votre main.» Quand j'entends cela, ma première réaction est de lâcher tout ce que je tiens. Notre monsieur iPad lit l'article suivant du Times «Joyeux 1.300ème anniversaire à Nara, au Japon». Tout naturellement, il adorerait visiter un palais méticuleusement restauré dans une ancienne cité ayant aidé à la diffusion du Bouddhisme. En tant que possesseur d'iPad, son âme se trouve à un niveau supérieur.

La voix-off présente ensuite un autre leitmotiv: celui du toucher. Dans ces visites guidées vidéo, nous sommes constamment poussés à toucher, feuilleter et pincer notre musique, nos photos et nos pages web. Je comprends que l'iPad rend l'usage d'un ordinateur plus tactile, mais les clips semblent comparer l'usage de ce nouvel appareil au choix d'une bonne pièce de viande.

Dans le clip «Mail», vous êtes accueilli avec la promesse de pouvoir «voir et toucher votre e-mail comme jamais auparavant». Lubrique! Notre utilisateur iPad est ici invité à une «journée à la plage!» et est aussi informé du report d'une réunion. Il regarde un «rapport final des ventes». Puis apprend que l'augmentation de salaire de «son équipe» vient d'être approuvée. Ensuite, il décide de rejoindre un ami dans une escapade dans le Parc National de Joshua Tree. Puis vérifie le lieu d'un dîner d'anniversaire surprise au Slanted Door de San Francisco. Le message ici, c'est que dans le monde de l'iPad, votre boîte mail n'est jamais cette chambre de tortures faite d'obligations, de tâches laissées en plan, et de spam. Elle est pleine de photos claires et bien nettes et de rapports super cools!

Le clip «Mail» contient également la seule petite note négative de la visite guidée, quand la voix-off admet que le clavier intégré à l'écran de l'iPad est «presque aussi large qu'un clavier de notebook». Dire ce «presque» a vraiment dû faire mal à l'équipe d'Apple.

Photos, vidéos, YouTube

Passons aux «Photos», où notre utilisateur d'iPad est une femme. Elle, évidemment, s'assoit tout de suite sur le canapé et relève ses jambes. Les photos montrent de beaux amis, des enfants adorables tenant des parapluies à Paris, et tout le toutim. Grâce à l'iPad, on peut profiter de cette nouvelle expérience de tenir nos photos «dans nos mains». Euh,  merci. On n'a jamais fait ça avant.

Le clip «Vidéos» s'ouvre sur un plan d'un saladier de popcorn et notre madame iPad regardant le Là-Haut de Pixar sur l'iPad posé sur ses jambes repliées. Le clip souligne immédiatement les 10 heures d'autonomie de la batterie de l'iPad. Avez-vous déjà essayé de ne pas bouger votre main pendant 10 heures? Je ne peux pas imaginer notre madame iPad regardant confortablement Là-Haut sans chercher au bout de 15 minutes un livre pour caler son appareil. Dans ce clip, encore, on entend comment l'iPad est «immersif». Cet écran simple et brillant nous absorbe tellement qu'il nous détourne de toute distraction floue, non-lumineuse et non conçue par Apple.

Ensuite «YouTube». Pourquoi nous font-ils déjà voir cette application? Un avocat de chez Apple a dû négocier un contrat bien nul. Son châtiment sera donc de devoir utiliser Vista. Ce clip nous montre d'autres utilisateurs d'iPad visionnant des types faisant du skateboard au milieu de ballons. Ouais, c'est clairement ce genre de truc, original et sans copyright, que l'on regarde sur YouTube.

iPod

Dans le clip «iPod», on retrouve notre monsieur iPad dans son fauteuil. Il écoute la pop indie de the Boy Least Likely To, près d'une fenêtre donnant sur une rue citadine. Pourquoi tant de mélancolie? L'iPad n'est-il pas déjà suffisant? Les choses se ragaillardissent avec «iTunes» et le clip de Just Dance de Lady Gaga. Une femme est assise dans sa cuisine avec une cafetière à piston. On pince et tapote à travers l'iTunes store où les Black Eyed PeasPreciousDémineurs, et South Park font les guest-stars. On regarde un extrait en HD du sentimental biopic de Keats, Bright Star. Le moment le plus vertigineux: celui d'iTunes University, et son cours de Stanford intitulé «développement d'applications iPhone».

Le passage «iBooks» présente la tentative la plus éhontée dans toute cette visite guidée de nous prendre pour des gogos. Une mère lit Winnie l'Ourson à son fils en Vans. Sur la table, un crayon de couleur récemment délaissé et un livre de référence avec des images d'éléphants. Le garçon montre quelque chose sur l'écran. Ils «redécouvrent la joie de lire». Ne vous en faites pas, l'iPad ne va pas supplanter les livres chez vous, mais trouvera paisiblement sa place auprès d'eux. Votre fils ne se servira pas de l'appareil pour jouer à Shrek Kart; il se lovera à vos côtés dans le fauteuil et ira jouer dehors au jeu des bâtons. Et, s'il s'ennuie, modifiera tout simplement la taille des caractères! L'application «iBooks» simule aussi les pages qui se tournent, une idée mignonne mais qui provoque un ralentissement devenant rapidement insupportable.

Les trois derniers clips - «Keynote», «Pages» et «Numbers» - peuvent être pris ensemble. Ces applications sont les versions Apple de PowerPoint, Word, et Excel. Le «Keynote» est si compliqué que j'ai à peine réussi à suivre ce qui s'y passait. «Pages» montre que l'Ipad est parfait si l'on veut écrire un manuel de SVT pour élèves de quatrième rempli de photos de girafes déplaçables. Dans «Numbers», monsieur iPad semble utiliser la feuille de calculs pour classer méchamment les adolescentes d'une équipe de football. Le message pas si subtil de ces clips sur les applications de bureautique est que vous pouvez utiliser votre iPad comme un ordinateur portable. Assurez-vous quand même de n'avoir rien à faire de stupide, comme une impression papier, par exemple.

Michael Agger

Traduit par Peggy Sastre

SI VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE, VOUS APPRÉCIEREZ PEUT-ÊTRE: «Vous ne courez aucun risque à acheter le premier iPad»

Photo: L'iPad d'Apple, REUTERS/Kimberly White

Michael Agger
Michael Agger (21 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte