Égalités / Société

Pourquoi le changement de titre des «Dix petits nègres» indigne tant la France?

Temps de lecture : 4 min

James Prichard a fait rebaptiser le plus fameux roman de son arrière-grand-mère Agatha Christie en «Ils étaient dix». Une œuvre qui n'en est pourtant pas à une variation de titre près.

Couverture du roman policier Ils étaient dix, d'Agatha Christie. | Le livre de poche
Couverture du roman policier Ils étaient dix, d'Agatha Christie. | Le livre de poche

«Absurde», «monstrueux» voire «misérable»… quelle est donc cette terrible nouvelle qui a soulevé tant de protestations en cette veille de rentrée 2020? Pour susciter une telle vague d'indignations, il a suffi que James Prichard, arrière-petit-fils de la papesse du polar Agatha Christie, annonce sa décision de rebaptiser Dix petits nègres, son plus fameux roman, d'un nouveau titre (Ils étaient dix) afin d'en ôter la dimension raciste, susceptible selon les termes de Prichard de «blesser». Une révolution? Pas vraiment.

Le livre paru au Royaume-Uni en 1938 sous le titre de Ten Little Niggers a été publié aux États-Unis en 1940 sans que jamais le mot raciste «nègre» n'apparaisse, les éditeurs locaux ayant opté pour And Then There Were None («Et soudain il n'en resta aucun») avec l'assentiment d'Agatha Christie. Celle-ci avait, selon l'historien Jean Garrigues, «elle-même reconnu l'utilité de changer le titre au début des années 1940 aux États- Unis», car elle «sentait […] le poids négatif que ça pouvait jouer sur des populations» .

Il en a été de même dans plusieurs traductions comme en Allemagne dès 1944 et en Italie en 1946. Au Royaume-Uni, le titre raciste a été finalement abandonné en 1980.

Rappelons qu'Agatha Christie n'était pas l'autrice du titre du roman inspiré d'une comptine populaire teintée d'un racisme colonial dont le texte fait office de fil rouge du roman. En réalité, même en France, le titre a plusieurs fois par le passé fait l'objet de choix alternatifs. Ainsi la première adaptation cinématographique du roman produite aux États-Unis en 1945 et réalisée par le Français René Clair a été baptisée Dix Petits Indiens pour le marché français. Bien plus récemment en 2003, son adaptation théâtrale par Sébastien Azzopardi –nommée aux Molières de 2004– a été présentée sous le titre de Devinez qui? sans que cela ne soulève la moindre polémique.

Alors pourquoi une question réglée par la romancière elle-même en 1940 déchaîne-t-elle tant de passions dans la France de 2020?

Un mot qui essentialise l'esclave

Indubitablement, «nègre» est un terme raciste. Le lexicologue Jean Pruvost raconte ainsi à France Inter la genèse du mot «apparu en 1529» dans le but de «désigner une personne inférieure». Il rappelle qu'en «1704 il s'agit de parler d'esclave» et qu'en «1740, dans les mémoires de Saint-Simon, on comprend que “traiter comme un nègre”, est clairement péjoratif». Dans son récent livre Un monde en nègre et blanc, l'historienne Aurélia Michel rappelle que le mot «nègre» vise dès son origine à figer les Noir·es africain·es dans leur statut d'inférieur·es réduit·es à la terrible situation de l'esclavage. Il s'agit alors de rendre la condition d'esclavagisé·e consubstantielle à la racialisation négative des Noir·es.

Si le mouvement littéraire de la négritude popularisée par Damas, Senghor et Césaire a forgé son nom à partir de ce vocabulaire injurieux, la démarche des trois intellectuels n'était en aucun cas la validation d'une terminologie stigmatisante. Lorsque des minorités se réapproprient des injures pour les rendre inopérantes, c'est dans l'optique de s'affranchir de leur caractère humiliant.

Alors qu'Agatha Christie a accepté la suppression du terme raciste il y a quatre-vingts ans, notre pays est un des derniers à recourir à ce titrage.

Aussi des Noir·es peuvent revendiquer le terme de «nègre» pour vider la rhétorique raciste de son sens, comme des homosexuel·les sont devenus «queer» en reprenant à leur compte un terme initialement homophobe. Cette stratégie adoptée par exemple par Kery James avec son titre «Musique nègre» pour répondre à une violente qualification raciste est appelée le «retournement du stigmate».

Alors qu'Agatha Christie a accepté le choix de la suppression du terme raciste il y a quatre-vingts ans, notre pays est un des derniers à recourir à ce titrage raciste. Le mot «nègre» a finalement disparu dans sa langue d'origine sans que cela ne suscite de telles controverses.

Pourtant, cette terminologie raciste est encore aujourd'hui défendue en France avec une énergie déconcertante tant elle est passionnée.

Asseoir sa position dominante

Pourquoi s'attacher si désespérément à l'usage d'un mot dont le caractère offensant est incontestable? Dès lors que l'on connaît le caractère raciste d'un mot, si l'on sait qu'il blesse et humilie une partie de la population, pour quelle raison rationnelle s'obstiner à l'employer? Quelle privation ressentent les personnes qui s'accrochent à ce mot au point de déployer une argumentation si prolixe pour en défendre l'usage?

À mon sens, cela témoigne non seulement d'un manque de considération et de respect pour ses concitoyen·nes mais aussi d'un besoin irrépressible d'écraser les voix subalternes. Il s'agit pour les personnes qui font la promotion de ce mot odieux d'asseoir une position dominante qui n'existe que dans le maintien de rapports de force issus de cette histoire ancienne dont elles devraient avoir honte au lieu de la brandir comme une précieuse tradition.

Faut-il manquer d'humilité pour se persuader du fait que la France plane si haut au-dessus des autres nations qu'elle puisse avoir raison contre le monde entier, y compris contre Agatha Christie.

Et en réalité, le titre actuel ne trahit aucunement l'intrigue, le terme raciste ne revêtant aucun caractère fondamental dans la narration du roman. Et si l'on place d'un point de vue strictement littéraire, le titre And Then There Were None, tiré de la dernière phrase du livre, est bien plus poétique, mystérieux et en phase avec la nature du récit policier que celui qui avait été initialement adopté.

Newsletters

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

L'histoire d'une professeure américaine blanche qui a fait semblant d'être noire pendant des années révèle les écueils d'un certain identitarisme.

Le public du rap français est prêt pour la vague #MeToo; l'industrie, non

Le public du rap français est prêt pour la vague #MeToo; l'industrie, non

Avec les affaires Moha La Squale et Roméo Elvis, la lumière est désormais braquée sur une omerta palpable.

De tous temps et en tous lieux, médecine et religion ont bridé le plaisir solitaire des femmes

De tous temps et en tous lieux, médecine et religion ont bridé le plaisir solitaire des femmes

Au XIXe siècle, la masturbation féminine est associée à de nombreuses pathologies. Dénigrée voire diabolisée, cette pratique est longtemps restée taboue. Jusqu'à aujourd'hui.

Newsletters