Sciences

Six objets du quotidien initialement prévus pour un usage militaire

Temps de lecture : 2 min

Au moment de leur conception, ces innovations n'étaient pas destinées au grand public.

Un ingénieur de l'armée américaine, une barre de chocolat fondue et hop, le micro-ondes était né. | Sarah Wardlaw via Unsplash
Un ingénieur de l'armée américaine, une barre de chocolat fondue et hop, le micro-ondes était né. | Sarah Wardlaw via Unsplash

Vous ne le savez peut-être pas, mais plusieurs des objets que vous utilisez dans votre vie de tous les jours ont à l'origine été pensés pour une application militaire, rapporte un article du Science Times.

Le micro-ondes

C'est l'ingénieur américain Percy Spencer qui a découvert le micro-ondes, par hasard. En travaillant sur un système radar pour l'armée, il a observé que les micro-ondes de ce dernier faisaient fondre la barre de chocolat qui se trouvait dans sa poche.

Il décida donc d'inventer une enceinte dans laquelle est piégé un champ électromagnétique à haute densité, permettant de chauffer tout aliment se trouvant à l'intérieur.

Les produits lyophilisés

La lyophilisation permet aujourd'hui de conserver de nombreux produits en évitant qu'ils ne se détériorent avec le temps. Le procédé élimine l'eau des matières périssables, comme les fruits ou le plasma sanguin humain, et en facilite le transport.

La technique a été développée durant la Seconde Guerre mondiale dans le but de transporter du plasma, afin que les médecins puissent l'administrer à des personnes blessées.

Les boîtes de conserve

Si la nourriture en boîte souffre aujourd'hui d'une image peu reluisante, elle a contribué à sauver de nombreuses vies au cours de l'histoire –et pas uniquement celles des étudiant·es fauché·es ou des phobiques de la cuisine.

Les boîtes de conserve ont pour la première fois été utilisées en France au début du XIXe siècle; elles étaient alors en verre. Avant la Seconde Guerre mondiale, l'armée américaine a développé des boîtes en acier, empilables, hermétiques et plus résistantes.

Ce n'est qu'après la guerre qu'elles ont atteint les étagères de nos supermarchés pour devenir un produit de base, particulièrement utile en temps de crise.

Les seringues auto-injectables

Les systèmes d'auto-injection ont d'abord été mis au point pour protéger le personnel militaire, en tant qu'«auto-assistance» contre les armes chimiques et les agents neurotoxiques. Par exemple, l'atropine servait d'antidote à certains gaz de combat.

Ce dispositif a donné naissance à l'EpiPen, un dispositif auto-injectable administrant de l'épinéphrine, l'équivalent médicamenteux de l'adrénaline, en cas d'allergie sévère.

Le GPS

Aujourd'hui, nous l'utilisons régulièrement pour nos déplacements et nos voyages, mais à la base, cette technologie a été créée par le département américain de la Défense, sous le nom de NAVSTAR GPS.

Si le système a été mis en place à des fins militaires dès 1973, il faudra attendre 1996 et l'administration Clinton pour que le réseau de satellites commence à devenir accessible aux civils.

Les lunettes de soleil aviateur

Vous connaissez sûrement les mythiques Ray-Ban Aviator; vous en possédez peut-être même une paire. Eh bien avant d'atterrir sur votre nez, elles équipaient des pilotes de l'armée de l'air américaine, pour qui le modèle de lunettes de soleil a été élaboré en 1935.

Ses grands verres caractéristiques aux bouts arrondis ont été pensés pour protéger complètement les yeux de la lumière du soleil: indispensable quand on est en vol.

Newsletters

Une intelligence artificielle pourrait-elle éradiquer l'espèce humaine?

Une intelligence artificielle pourrait-elle éradiquer l'espèce humaine?

Encore faudrait-il qu'elle ait une conscience.

Les bienfaits de la lecture à haute voix

Les bienfaits de la lecture à haute voix

Vous pouvez commencer par les articles de Slate.

Mieux vaut prendre des notes à la main que sur ordinateur

Mieux vaut prendre des notes à la main que sur ordinateur

Malgré la rapidité des doigts sur le clavier, plusieurs raisons poussent à privilégier un stylo et un bon vieux carnet.

Newsletters