Santé

Comment aider quelqu'un de proche à traverser une mauvaise passe

Temps de lecture : 2 min

Vous n'aurez pas toujours les mots justes, mais vous pouvez montrer à votre ami·e que vous êtes là pour l'écouter.

Derrière les sourires des réseaux sociaux se cache parfois la détresse des gens qui comptent pour nous. | Tiago Bandeira via Unsplash
Derrière les sourires des réseaux sociaux se cache parfois la détresse des gens qui comptent pour nous. | Tiago Bandeira via Unsplash

Il n'est pas anormal de se sentir désemparé·e face au mal-être d'une personne dont vous êtes proche. Cette souffrance se devine parfois dans des comportements physiques, mais elle peut aussi s'exprimer à travers les réseaux sociaux.

Le site britannique de Vice livre quelques conseils pour vous aider à soutenir quelqu'un de cher qui serait dans cette situation.

Prêtez une oreille attentive

À moins que vous ne soyez titulaire d'un diplôme de psychologie, il est normal de ne pas toujours trouver les mots justes pour répondre aux idées noires d'un·e proche.

Vous pouvez en revanche lui prêter attention: écoutez-la, invitez-la à se confier et écoutez réellement ce qu'elle vous dit. Il ne s'agit pas de proposer des solutions à tous ses problèmes, mais d'être capable de dire: «Écoute, je sais que tu ne vas pas très bien en ce moment, est-ce que tu veux en parler?» ou «Je comprends que tu n'aies pas vraiment le moral, mais sache que je suis là pour toi».

Extirper la personne concernée des réseaux sociaux peut également être utile. Appelez-la au téléphone, proposez-lui des sorties, parlez-lui de ce qui ne va pas à voix haute. L'exercice est difficile mais souvent nécessaire. Faire l'autruche a rarement aidé à résoudre des situations délicates.

Discernez les propos alarmants

Derrière les blagues se cachent parfois des appels au secours. Si votre ami·e plaisante sur le fait de se faire du mal ou sur toute autre chose grave, n'hésitez pas à intervenir. Pour Andrea Bonior, thérapeute, il est essentiel de ne pas laisser passer ce genre de comportement.

«Je ne sais pas exactement ce que tu voulais dire par là, mais quand j'entends des gens qui me tiennent à cœur parler de cette façon, je m'inquiète, alors j'ai voulu vérifier», propose-t-elle de répondre si l'on voit un post alarmant de quelqu'un que l'on connaît sur les réseaux sociaux.

De même, si votre proche formule des propos suicidaires, il est de votre devoir de ne pas laisser passer cela. Intervenez, en ligne ou dans la vraie vie, et montrez à la personne qu'il faut qu'elle accepte de l'aide.

«Si les publications révèlent un grave désespoir, une grande honte ou un isolement et des bouleversements intenses dans [sa] vie, c'est aussi un signe qu'il faut tendre la main tout de suite», affirme Andrea Bonior.

La thérapeute suggère d'affronter le problème en interrogeant directement votre ami·e sur d'éventuelles pensées suicidaires, de façon à agir en conséquence. Si les tendances sont avérées, il faut réagir promptement. Appeler les forces de l'ordre est inutile, il est préférable de contacter le SAMU ou des associations de soutien et d'écoute telles que Suicide Écoute.

Protégez-vous

Être confronté·e aux idées noires ou aux pensées suicidaires de vos proches peut être une épreuve particulièrement difficile et traumatisante. Vous ne pourrez pas aider vos ami·es si vous n'êtes pas vous-même en pleine santé mentale et physique.

N'oubliez pas que si vous vous sentez dépassé·e, il n'y a pas de mal à demander à d'autres proches de vous aider à prendre soin de la personne en détresse ou même de prendre le relais. Proposer de consulter un·e professionnel·le ou de rejoindre un groupe de parole peut lui être tout aussi bénéfique.

Sachez que s'il est important de vérifier régulièrement que vos proches vont bien, il n'est pas toujours nécessaire de le faire sur le ton de la gravité. Les réseaux sociaux se prêtent parfaitement à l'utilisation de la plaisanterie et de la légèreté pour le faire.

Par ailleurs, proposer une sortie, aussi quelconque soit-elle, peut toujours offrir un soutien émotionnel à une personne déprimée.

Newsletters

Un vaccin anti-Covid pour les enfants devrait prendre encore plusieurs mois

Un vaccin anti-Covid pour les enfants devrait prendre encore plusieurs mois

Les essais cliniques sur les enfants n'ont été lancés que début novembre, et retarderont la disponibilité d'un vaccin pour les plus jeunes.

Il faudrait 40 minutes de sport pour compenser le temps que nous passons assis chaque jour

Il faudrait 40 minutes de sport pour compenser le temps que nous passons assis chaque jour

Confinés, nous restons assis devant un bureau ou sur notre canapé, ce qui est mauvais pour la santé.

Comment se faire rembourser ses frais de santé en cas de Covid-19 ?

Comment se faire rembourser ses frais de santé en cas de Covid-19 ?

De la prise de médicaments à l’hospitalisation, en France, la maladie de la COVID-19 n’est pas 100 % prise en charge par l’Assurance maladie.

Newsletters