Société

Comment en 2020 le mot «vanille» est presque devenu une insulte

Temps de lecture : 2 min

De la sexualité à la personnalité, cet adjectif n'est jamais flatteur.

Elle a peut-être mauvaise réputation, mais honnêtement, refuseriez-vous une bonne glace à la vanille? | Jo. via Unsplash
Elle a peut-être mauvaise réputation, mais honnêtement, refuseriez-vous une bonne glace à la vanille? | Jo. via Unsplash

Ces dernières années, le terme «vanille» est devenu un qualificatif employé de manière souvent dépréciative, pour désigner quelque chose ou quelqu'un d'ennuyeux. Comment cet arôme venu originellement du Mexique en est-il arrivé là? Par l'entremise du colonialisme, répond Joseph Lamour, journaliste pour Mic.

Afin de démêler les origines de l'utilisation de la vanille dans notre langage courant, il faut faire un rapide retour en arrière. L'épice sucrée et parfumée a été découverte par les colons espagnols au Mexique au XVIIe siècle et était utilisée par les populations locales pour ses vertus médicales. Le pays fut le premier producteur de vanille jusqu'au milieu du XIXe, lorsqu'un esclave réunionnais, Edmund Albius, découvrit que l'on pouvait cultiver la plante grâce à la pollinisation.

Rapidement, durant la seconde moitié du même siècle, la vanille fut travaillée et des scientifiques ont réussi à en extraire l'arôme, la vanilline, pour la développer dans la cuisine occidentale, principalement en France. C'est à partir de là que le destin de cette pauvre épice bascula.

Un usage popularisé par l'argot

Dans les années 1950, la vanille était si développée et popularisée dans nos cuisines qu'elle en est devenue un parfum classique, voire banal. «Cela fait allusion principalement à la glace à la vanille qui est considérée comme le parfum le plus basique», explique John Kelly, chercheur au sein de Dictionnary.com. C'est de ce constat qu'est née l'habitude de désigner les gens ennuyeux par le terme «vanille». Plus tard, le même mot fut utilisé de cette façon dans le monde de l'informatique pour décrire des programmes informatiques inintéressants, explique John Kelly.

Le parfum devient si cruellement classique que, dans la communauté gay des années 1970, il est synonyme d'une «sexualité conventionnelle». Il désigne toute activité sexuelle ne relevant pas du sado-masochisme ou de l'éventail queer, alors en plein essort dans le milieu à l'époque. On note que le mot était déjà utilisé depuis les années 1940 aux États-Unis par les Afro-Américain·es pour désigner les personnes blanches.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Petit à petit, grâce aux échanges inter-communautaires, le qualificatf «vanille» s'est popularisé et son usage s'est élargi à toutes les personnes jeunes. L'épice reste quant à elle un parfum de prédilection dans la pâtisserie et la gastronomie, malgré sa réputation parfois peu flatteuse.

Newsletters

La semaine imaginaire de Joséphine Baker

La semaine imaginaire de Joséphine Baker

Ça a des avantages d'être morte, parce qu'en ce moment, en tant que femme, noire, bisexuelle, mangeant du gluten, mais piégeant des nazis, je ne serais pas forcément en phase avec mon époque.

Le nucléaire ne mérite pas cette si mauvaise réputation

Le nucléaire ne mérite pas cette si mauvaise réputation

[TRIBUNE] S'il s'agit de limiter les dégâts sur l'environnement et la santé humaine, cette source d'énergie est sans doute la plus opportune.

Il faut rendre la vie impossible aux non-vaccinés

Il faut rendre la vie impossible aux non-vaccinés

[BLOG You Will Never Hate Alone] Il est grand temps de mettre les réfractaires à la vaccination devant leurs responsabilités. Par leur inertie, ils contribuent à ce que cette pandémie ne cesse jamais.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio