Égalités / Culture

«Mignonnes» pointe du doigt l'impossible combat contre la sexualisation des jeunes filles

Temps de lecture : 5 min

Accablé par une polémique complètement stérile, le film de Maïmouna Doucouré est une merveille, qui observe avec finesse les tiraillements de l'adolescence féminine.

Fathia Youssouf (Amy) dans Mignonnes. | Capture d'écran via YouTube
Fathia Youssouf (Amy) dans Mignonnes. | Capture d'écran via YouTube

Mignonnes, film de Maïmouna Doucouré primé au festival Sundance 2020, vient à peine de sortir qu'il doit déjà essuyer une polémique violente –et totalement inutile.

La faute à la plateforme américaine de Netflix, qui a choisi, pour promouvoir le film qu'elle diffusera à la rentrée aux États-Unis, une affiche très différente de celle prévue pour le public français: sur l'image, on voit les quatre héroïnes du film, des collégiennes de 11 ans, dans des tenues moulantes et des poses lascives. Un choix iconographique maladroit quand on n'a pas vu le film, qui a immédiatement interpellé.

Les réseaux sociaux étant ce qu'ils sont (le septième cercle de l'enfer), tout a dégénéré: quelqu'un qui n'a vraisemblablement pas regardé l'œuvre a créé une pétition affirmant qu'elle promouvait la pédopornographie et des hordes d'internautes ont harcelé la réalisatrice, à tel point que cette dernière a supprimé son compte Twitter.

Une polémique dont Maïmouna Doucouré se serait sans doute bien passée à la sortie de son premier long-métrage, d'autant plus navrante qu'elle passe totalement à côté du véritable propos du film. Loin de promouvoir l'hypersexualisation des jeunes filles, Mignonnes la décortique et la pointe du doigt.

Récit initiatique

Le film, en salle depuis le 19 août, suit l'évolution d'Amy, une collégienne qui fait la découverte de son corps et de sa féminité, notamment à travers une troupe de danse. Amy est une jeune fille timide, qui doit «tout faire pour faire plaisir à sa mère», comme on lui fait remarquer au début du film.

Un jour, dans son immeuble, elle croise une camarade de classe, Angelica, en train de répéter une chorégraphie suggestive tout en se lissant les cheveux avec un fer à repasser. Immédiatement fascinée, Amy la suit et finit par s'intégrer à son petit groupe d'amies, qui préparent un concours de danse.

Comme d'autres récits initiatiques féminins, à l'image de Thirteen de Catherine Hardwicke, Mignonnes ne se dérobe pas lorsqu'il s'agit d'illustrer les dérives de l'amitié adolescente: Angelica, Coumba et Jess sont soudées, mais elles peuvent aussi se montrer cruelles, testant sans cesse la loyauté des autres et poussant parfois l'une d'entre elles aux larmes.

Pour préparer le film, Maïmouna Doucouré a passé un an et demi «à enquêter auprès de petites filles», et cette attention au détail se ressent dans son film, qui dresse un portrait incroyablement fin et réaliste des turbulences de l'adolescence.

Période charnière

Dans la vie de la plupart des femmes, le passage de l'enfance à la maturité, avec tout ce que cela implique émotionnellement, physiquement et sexuellement, est indissociable du regard des hommes.

Beaucoup d'entre nous ont connu ce moment où, à l'âge de 11 ou 12 ans, un homme nous a pour la première fois jaugée d'un air lubrique. À cet instant, on cesse d'être une petite fille et on entre dans un nouvel âge, celui où notre corps devient un objet, un morceau de chair que les hommes peuvent reluquer à l'envi.

Mignonnes décrit ce moment de basculement entre l'enfance et l'adolescence, où le corps et l'esprit sont encore trop jeunes, mais où l'objectification et l'exploration de la sexualité démarrent déjà.

Rapidement, Amy veut se lisser les cheveux. Elle porte des vêtements plus courts et moulants. Ses scènes de danse, qui étaient si «mignonnes» au début du film, se font de plus en plus gênantes et suggestives.

Dans le film, les chorégraphies et la manière dont elles sont filmées sont autant de marqueurs qui permettent de suivre la progression de l'héroïne. Plus le récit avance, plus le public se retrouve pris au piège, en même temps que l'héroïne, de son inévitable sexualisation.

Loin d'objectifier ses personnages, Mignonnes décortique au contraire les mécanismes qui mènent à cette hypersexualisation: les clips de RnB, la mode et les magazines, au même titre que l'envie d'appartenir à un groupe, de s'émanciper et de plaire selon les seuls codes qui nous sont accessibles en tant que jeunes filles.

Amy et ses copines comprennent rapidement que leur corps a un effet sur les hommes, qu'il est devenu une denrée, et elles apprennent à s'en servir lorsqu'il le faut. Oui, c'est triste, mais on se bat avec les armes qu'on a.

Avec un sens très habile de la mise en scène, Maïmouna Doucouré réussit un numéro d'équilibriste impressionnant et parvient à retranscrire le plaisir que les jeunes filles prennent à plaire tout en illustrant sa portée problématique. La réalisatrice s'inscrit ainsi dans la même lignée que The Diary of a Teenage Girl, récit initiatique de Marielle Heller sur la relation sexuelle entre une adolescente et son beau-père.

Injonctions contradictoires

Tout au long du film, Amy doute et s'interroge, car elle est tiraillée entre deux modèles insatisfaisants: les valeurs traditionnelles de sa famille d'un côté et la rébellion adolescente, avec tous les risques qu'elle comporte, de l'autre.

Amy est perçue au début comme une fillette trop sage, voire coincée, mais lorsqu'elle tente de suivre le modèle dominant, elle est également rejetée, considérée comme une traînée. Au jeu des injonctions contradictoires, les jeunes filles ne peuvent jamais gagner.

Quant à l'image utilisée par Netflix pour sa promotion, elle est en fait tirée d'une scène du film volontairement gênante. Les quatre amies se produisent sur scène lors de leur spectacle de danse; il s'agit de l'un des points culminants de l'intrigue. Alors que l'on a vu maintes répétitions, le spectacle final est choquant: outrageusement maquillées, en tenues courtes et moulantes, les jeunes filles se déhanchent sans même sembler comprendre le sens ni la portée de leurs mouvements.

Si cette scène –et l'image qui en est tirée– est dérangeante, c'est normal. Maïmouna Doucouré déploie le male gaze (ce regard masculin qui objectifie le corps des femmes au cinéma) pour mieux en souligner l'indécence.

À un moment du spectacle, un membre adulte du jury, au second plan, est cadré entre les jambes de l'héroïne, qu'il regarde onduler. Amy et ses amies chaloupent et se frottent contre la scène, mais leurs regards (que l'on peut voir dans l'image choisie par Netflix) crient leur malaise. Elles ont l'air terrifiées.

Comme dans le très joli The Fits d'Anna Rose Holmer, le mouvement du corps, chez Maïmouna Doucouré, signifie beaucoup de choses. Il représente à la fois l'émancipation, l'exaltation de l'effort physique, mais aussi le danger et l'oppression du regard masculin.

Mignonnes oscille intelligemment entre tous ces sens et entre plusieurs regards. Il s'agit d'un film sur la découverte de la féminité, l'amitié féminine, la fragilité des relations mère-fille, le tout dans une société qui réduit sans cesse les femmes et les petites filles au statut d'objets. C'est une grande œuvre, et elle ne mérite pas d'être résumée à une pauvre affiche mal sélectionnée par une plateforme de streaming.

Mignonnes

de Maïmouna Doucouré, avec Fathia Youssouf, Médina El Aidi-Azouni, Esther Gohourou, Ilanah Cami-Goursolas

Séances

Durée: 1h36. Sorti le 19 août 2020.

Newsletters

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

L'histoire d'une professeure américaine blanche qui a fait semblant d'être noire pendant des années révèle les écueils d'un certain identitarisme.

Le public du rap français est prêt pour la vague #MeToo; l'industrie, non

Le public du rap français est prêt pour la vague #MeToo; l'industrie, non

Avec les affaires Moha La Squale et Roméo Elvis, la lumière est désormais braquée sur une omerta palpable.

De tous temps et en tous lieux, médecine et religion ont bridé le plaisir solitaire des femmes

De tous temps et en tous lieux, médecine et religion ont bridé le plaisir solitaire des femmes

Au XIXe siècle, la masturbation féminine est associée à de nombreuses pathologies. Dénigrée voire diabolisée, cette pratique est longtemps restée taboue. Jusqu'à aujourd'hui.

Newsletters