Société

«Je lutte depuis sept mois pour sortir de cette relation toxique»

Temps de lecture : 3 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Caroline, qui vit une histoire douloureuse avec un homme qui s'est immiscé de force dans sa vie.

«Je ne sais plus quoi faire pour enfin être libérée de cette histoire.» | Pedro Ribeiro Simões via Flickr
«Je ne sais plus quoi faire pour enfin être libérée de cette histoire.» | Pedro Ribeiro Simões via Flickr

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

Il y a sept mois, lors d'une soirée, j'ai fait la connaissance d'un homme. Physiquement, je n'ai aucune attirance pour lui. Il me fait la discussion et j'accroche avec son calme, sa gentillesse, sa simplicité.

Il me parle de lui: il est séparé, a deux enfants et vit chez ses parents car il a laissé le logement à son ancienne compagne.

En partant, il me demande mon numéro, m'envoie un texto et l'on se revoit une heure après. On passe la nuit à rouler, discuter et au bout de huit heures il se passe un déclic: je lui trouve quelque chose, sauf que je sens que cette relation n'est pas pour moi. Il se dévoile un peu narcissique, un peu égocentrique, mais j'accroche tout de même.

On flirte et je lui dis en rentrant que je ne veux pas le revoir, sauf que voilà: lui en a décidé autrement et insiste mais de manière agréable.

On se revoit chez moi, plusieurs soirs d'affilée, complicité, feeling, coup de cœur, tout s'enchaîne et se passe bien. Sauf que je finis par découvrir qu'il n'est pas célibataire mais qu'il se libère comme bon lui semble. En fait, il ne découche pas, mais rentre à 5 ou 6 heures du matin.

Je vis mal la situation. Je n'accepte pas d'être la maîtresse d'un homme, et encore moins de faire ce que je n'aimerais pas que l'on me fasse, pour l'avoir vécu. Mais l'attirance physique et la complicité sont tellement fortes que même si tous les cinq jours je le quitte, lui ne me laisse pas. Il m'appelle un nombre de fois incalculable, il me couvre de SMS dans lesquels il dit qu'il m'aime et qu'il ne peut pas se passer de moi malgré nos disputes incessantes...

Je lutte depuis sept mois pour sortir de cette relation toxique qui ne m'apporte pas ce dont j'ai besoin, car il me manque les sorties, les nuits à rester dormir ensemble, et surtout qu'il soit célibataire... Quand la tête pense quelque chose mais que le cœur en décide autrement, c'est compliqué. Alors je ne sais plus quoi faire pour enfin être libérée de cette histoire.

Caroline

Chère Caroline,

À chaque étape de cette relation, cet homme a eu un comportement inapproprié en forçant votre attention, votre disponibilité et votre consentement. Une attitude toxique n'est pas forcément le fait de personnes agressives, aux gestes violents. La violence se trouve dans le fait de ne pas respecter le fait que vous ne voulez pas continuer la relation. Elle est dans le fait de s'être acharné à vous charmer alors que vous aviez des réserves sur le physique et le caractère de cette personne.

Vous ne semblez pas encore réaliser combien cette personne est le moteur de votre histoire. Depuis le départ, elle vous force à y prendre part. Une relation ne peut pas être définie par un tel déséquilibre. Vous ne devez pas continuer à voir cet homme, ou n'importe quel homme d'ailleurs, parce qu'il vous désire. Surtout si vous, vous ne le désirez pas vraiment.

Je sais combien c'est flatteur d'être courtisée, d'être au centre de l'attention d'une personne et de recevoir des messages. C'est par son omniprésence, vous le dites vous-même, que cette personne s'assure de rester dans votre vie. Cette relation est parasitaire. Et à chaque geste que vous faites pour reprendre votre liberté, il resserre son emprise.

Vous ne pourrez pas vous en débarrasser comme ça puisqu'il ne semble pas vous écouter. Depuis le départ, il ne respecte pas ce que vous exprimez et ce que vous ressentez. J'ai bien peur qu'il ne vous reste que la voie légale pour vous protéger. Sachez que vous êtes en droit d'aller déposer une main courante contre cet homme. Si vous le pouvez, faites-vous entourer par un ou une proche.

Arrangez-vous pour que les interstices de solitude dans votre vie qu'il utilise contre vous ne soient plus accessibles. Pendant un temps, peut-être, essayez de vous installer chez un ou une amie, ou quelqu'un de votre famille. Un geste fort comme celui-ci pourra peut-être lui faire entendre raison. Vous êtes décidée à vous sortir de cette emprise, seuls des gestes forts et francs pourront vous y aider.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Newsletters

«J'ai toujours galéré pour les pantalons»: quand la mode reste bloquée sur les normes

«J'ai toujours galéré pour les pantalons»: quand la mode reste bloquée sur les normes

Lorsqu'on est gros ou en situation de handicap, trouver des vêtements est un défi du quotidien.

Elli, 34 ans: «J'étais vraiment focus sur l'exploration de la bite»

Elli, 34 ans: «J'étais vraiment focus sur l'exploration de la bite»

«Plus je vieillis, moins je serai raisonnable. J'espère avoir un parcours croissant vers le déraisonnable.» Elli est une femme cis de 34 ans qui s'est longtemps définie comme hétérosexuelle, mais qui préfère aujourd'hui le terme...

Comment des militants voulaient faire entrer la pédophilie dans les mœurs

Comment des militants voulaient faire entrer la pédophilie dans les mœurs

Dans les années 1970-1980, ils ont tenté d'obtenir la légitimité de leur pratique, sans succès, comme en a encore témoigné l'affaire Gabriel Matzneff.

Newsletters