Culture

Pierre Billon, le chanteur absurde exhumé par le Web

Temps de lecture : 2 min

La vidéo est apparue on ne sait trop comment sur Internet en novembre dernier. Pierre Billon, chanteur des années 80 complètement oublié, y livre une improbable performance de son titre La bamba triste. La séquence rencontre vite son public (plus de 170.000 visionnages sur YouTube) avec ces paroles complètement absurdes et cette mise en scène façon «Chuck Norris visite les fjords scandinaves».

Les paroles donnaient lieu à de nombreuses conjectures sur le Web avec plusieurs passages complètement ésotériques:

J'me sens, comme une Bamba triste, Comme une Marseillaise en mineur jouée par un flûtiste autodidacte, sans tact. Comme un producteur gros cigare qui lit le score à l'envers, et en plus qui a perdu son chien policier celui qui lui touche le pied chaque fois que c'est le premier temps.

J'me sens comme un publiciste à Range Loden qui se dit plutôt mourir que Pluto Mickey. J'me sens comme un clip muet, où les seuls mots intelligents viennent d'un académicien qui dit "je flippe, je flashe, je suis cool et j'ai les moules ainsi que les boules maman"

J'me sens comme un vendeur d'instruments de musique auquel on vient de rapporter une guitare parce qu'elle sonne pas comme celle de Van Halen J'me sens comme les 4 saisons de Vivaldi apres un compte donné très fort et en Allemand "ein zwei drei vier"

La société de production La Grosse Prod a retrouvé Pierre Billon pour une interview-décryptage de ces paroles. Aussi incroyable que cela puisse paraître, tout a une explication. Et Pierre Billon a à chaque fois une anectode à raconter sur le sujet. Quinze ans après, le personnage n'a visiblement rien perdu de sa verve.

Pierre Billon raconte que la chanson (datée de 1984) a été inspirée par sa tristesse après son licenciement par Johnny Halliday. «Je me suis fais lourder avec une lâcheté sans comparaison: on m'amène une lettre comme quoi je ne faisais plus partie de l'équipe. Donc je m'en vais. Et je m'en vais franchement comme une bamba triste. Généralement les gens qui partent de chez Halliday — les maitresses, les femmes officielles ou les producteurs — se sentent revenchards et amers de cette séparation, moi je me suis dit que j'allais faire un disque».

Et pour les fans, Pierre Billon a accepté de chanter La bamba triste version Unplugged.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

Loin des rumeurs de film scandaleux, le nouveau film de David Cronenberg est une œuvre de science-fiction plutôt méditative… et incomplète.

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Le film de Cristian Mungiu déploie dans toute son ampleur un constat que décrivent aussi plusieurs autres films du festival, dont deux beaux films portugais étrangement similaires, «Alma Viva» et «Restos do Vento».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio