Parents & enfants

Les adultes devraient jouer plus souvent

Temps de lecture : 2 min

S'adonner au jeu améliore le niveau de bien-être et développe la créativité. Deux arguments bien suffisants pour s'y remettre!

Jouer régulièrement permet notamment de réduire le stress. | Afif Kusuma via Unsplash
Jouer régulièrement permet notamment de réduire le stress. | Afif Kusuma via Unsplash

À quand remonte votre dernière partie de cache-cache ou votre dernière course en sac? Beaucoup ne s'en souviennent pas et c'est bien normal, car chez la majorité des adultes, la propension à jouer s'efface au profit d'activités dans lesquelles on trouve une satisfaction concrète.

Pourtant, jouer permet de réduire le stress, d'augmenter le niveau général de bien-être et laisse place à la créativité. «Une façon d'envisager le jeu, c'est de le voir comme une action que l'on accomplit et qui nous apporte une quantité significative de joie, sans en attendre de résultat particulier», explique Jeff Harry, coach de jeu.

Avant de commencer à jouer, Jeff Harry conseille à sa clientèle de se défaire de cette petite voix moqueuse qui nous interdit de nous exposer à une situation embarrassante. C'est elle qui nous empêche de nous laisser aller au plaisir des jeux, en tant qu'adultes.

Plongez-vous dans vos souvenirs

Réapprendre à jouer peut être difficile pour un adulte. Pour retrouver votre âme d'enfant, n'hésitez pas à replonger dans vos souvenirs. «Quand vous étiez enfant, quels étaient vos jeux préférés?» interroge Meredith Sinclair, ancienne professeure des écoles et autrice d'un ouvrage sur l'éveil par le jeu. «Et à quand remonte la dernière fois que vous avez eu ce genre de sentiments en tant qu'adulte?»

Laissez-vous aller pour redécouvrir ce qui vous faisait vibrer. Pour vous y aider, vous pouvez dresser une liste des activités que vous aimiez étant enfant et les adapter à votre condition d'adulte, mais sans retirer le côté ludique. Pour les adeptes de pâte à modeler ou de pâte à sel, pourquoi ne pas s'inscrire dans un club de poterie? Des tas d'alternatives pourraient vous stimuler.

Déterminez votre type de joueur

Il existe des milliers de sortes de jeux différents et pour pouvoir s'y consacrer de façon satisfaisante, il est conseillé de déterminer le type de joueur ou de joueuse que vous êtes. Une étude a établi quatre grandes sections de personnalité: collective, gaie, intellectuelle et fantaisiste.

Si vous êtes plutôt porté·e sur les jeux de groupe, pourquoi ne pas vous trouver un·e partenaire de jeu? N'hésitez pas à identifier des clubs dans votre commune ou en ligne, sur des groupes de réseaux sociaux. Vous pourriez également vous tourner vers les jeux en réseau. Pour les plus sérieux et intellectuelles, optez pour les jeux de logique tels que le Scrabble, les échecs ou autres mots croisés.

Aménagez des moments de jeu

Adultes ou enfants, l'âme joueuse n'est jamais bien loin. Ce qui manque parfois en revanche, c'est le temps. Pris·e par le quotidien, on en oublie souvent de s'aménager des petits moments rien qu'à soi pour se détendre. C'est dans ces pauses que vous pouvez vous adonner à un jeu de votre choix.

Jeff Harry encourage les adultes à se «donner la permission de ressentir de la joie», sans pour autant les forcer à mettre de côté leurs sentiments négatifs. Pour lui, le but est simple: «Retrouver un peu ce sentiment de joie que ressentent les enfants continuellement.»

Newsletters

La vie des parents n'est toujours pas revenue à la normale depuis le confinement

La vie des parents n'est toujours pas revenue à la normale depuis le confinement

Le 5 septembre, on a recommencé à hurler sur les enfants. On n'en peut plus, on va craquer, est-ce que quelqu'un comprend ça?

De quoi parle-t-on quand il est question de parentalité?

De quoi parle-t-on quand il est question de parentalité?

L'émergence de ce néologisme va avec les transformations de la famille depuis les années 1990, au nom du bien-être de l'enfant.

La fronde des élèves anti-masque

La fronde des élèves anti-masque

Si les profs s'attendaient à une rentrée difficile, personne n'avait vraiment prévu que des groupes d'élèves puissent refuser de porter cet accessoire devenu obligatoire.

Newsletters