Monde

Aux États-Unis, la confiance en la police s'effondre et le taux de criminalité grimpe

Temps de lecture : 2 min

48% des Américain·es seulement ont une opinion positive de l'institution.

Les Noir·es aux États-Unis ne sont que 19% à avoir confiance en la police. | Gayatri Malhotra via Unsplash
Les Noir·es aux États-Unis ne sont que 19% à avoir confiance en la police. | Gayatri Malhotra via Unsplash

Le nombre de décès aux États-Unis augmente considérablement. L'ennemi numéro 1 ici n'est pourtant pas le Covid-19, mais bien la violence humaine. À mesure que la confiance en l'institution policière s'amenuise, après les récentes affaires Floyd, Taylor ou encore Arbery, le taux de criminalité dans les grandes villes américaines grimpe sans cesse.

Entre mai et juin 2020, le nombre d'homicides a augmenté de 37% dans vingt grandes villes des États-Unis, Chicago en tête, d'après un rapport du Council on Criminal Justice. Parallèlement, un autre rapport publié par Gallup montre que la confiance en la police a drastiquement chuté, atteignant 48%, le taux le plus bas depuis vingt-sept ans, selon cet article de CNN.

«Le meurtre est difficile à expliquer. Il faut se demander ce qui s'est passé ces derniers quatre ou cinq mois et qui pourrait expliquer ceci», s'interroge Chuck Wexler, directeur de l'association à but non lucratif Police Executive Research Forum.

Un contexte social particulier

Le contexte social de ces derniers mois a été marqué par des périodes très denses. Le Covid-19 est apparu et a frappé de plein fouet le monde entier, particulièrement les États-Unis, causant des milliers de décès. Puis est venu le mouvement de contestation populaire contre les violences policières, particulièrement fort après le meurtre de George Floyd par un officier de police.

Pour Chuck Wexler, les forces de l'ordre ont été si occupées par la vague de coronavirus qui a déferlé sur le pays, ainsi que dans leurs rangs, que l'attention sur les rues a baissé, permettant au crime de monter en flèche.

Une chute de confiance

Depuis les morts récentes de plusieurs Afro-Américains tués par la police, le pays est secoué par la contestation massive Black Lives Matter, qui voit des personnes noires et blanches marcher contre ces violences. Mais ces manifestations ne sont pas toujours pacifiques.

Le ras-le-bol a pris le dessus et la confiance déjà relativement basse de la population noire envers la police n'a fait que chuter, passant de 30% entre 2014 et 2019 à 19% aujourd'hui. Même constat dans la population blanche, bien que la différence soit moins flagrante: 60% de satisfaction entre 2014 et 2019, 56% en 2020.

Pour les spécialistes de la police, la corrélation entre cette baisse de confiance et l'augmentation du crime est indéniable. Selon Charles Ramsey, expert police-justice sur CNN et ancien chef, l'institution souffre de la diffusion virale de vidéos de violences policières ponctuelles, poussant les forces de l'ordre à se retenir dans leur application de la loi. «En conséquence, les bandits voient une opportunité et en profitent, ce qui signifie plus de vols, de viols et de fusillades», affirme-t-il.

Ramsey propose de former plus attentivement les nouvelles recrues dans les écoles de police afin d'éloigner tous les sujets «non aptes psychologiquement à ce métier». De meilleur·es agent·es permettront de regagner la confiance populaire, suggère-t-il, et ainsi de faire chuter la criminalité du pays.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 9 au 15 janvier 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 9 au 15 janvier 2021

Crash d'un Boeing 737-500 en Indonésie, deuxième impeachment pour Donald Trump et élection présidentielle en Ouganda... La semaine du 9 au 15 janvier 2021 en images.

La qualité de vie est-elle vraiment meilleure au Danemark et en Suède?

La qualité de vie est-elle vraiment meilleure au Danemark et en Suède?

Le modèle scandinave est souvent vanté et pris en exemple. Mais il est loin de ne comporter que des avantages.

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Dernière ligne droite avant l'investiture de Joe Biden, ce 20 janvier, à Washington. Une investiture à laquelle Donald Trump, en bon perdant, ne se rendra pas. Le 45e président des États-Unis a enfin admis sa défaite, dans les mots et dans les...

Newsletters