Santé / Sciences

Pourquoi certaines personnes refusent de croire au Covid-19

Temps de lecture : 2 min

Malgré toutes les informations disponibles sur la gravité du virus, il reste des gens dans le déni.

Les réactions de déni face au Covid-19 peuvent exposer les individus à un risque de contamination accru. | Markus Spiske via Unsplash
Les réactions de déni face au Covid-19 peuvent exposer les individus à un risque de contamination accru. | Markus Spiske via Unsplash

Face au Covid-19, le déni se manifeste de nombreuses façons: en refusant de porter un masque, en ne respectant pas les distances de sécurité ou en participant à de grands rassemblements.

Le déni n'est pas toujours un mauvais mécanisme. À court terme, il donne le temps de s'adapter à une situation. Mais lorsqu'il devient une béquille à long terme et fait courir un risque aux autres, il peut être dangereux, explique CNN.

Nier pour se rassurer

Forts de plus de trente ans d'expérience dans leur profession, les psychologues Eve et Mark Whitmore ont passé ces dernières années à étudier les mécanismes de désinformation et les préjugés.

Le déni est «un moyen pour les gens de se défendre contre l'anxiété en renforçant leur sentiment de sécurité», détaille Mark Whitmore. Cela peut consister simplement à nier l'existence de la source de menace, quelle qu'elle soit.

En mars et avril, nous n'avions pas beaucoup d'informations et certaines d'entre elles étaient contradictoires, ce qui a contribué à faire naître un sentiment de perte de contrôle. Beaucoup d'individus ont ressenti de l'anxiété et du stress, et à ce moment-là, chacun devait trouver une manière de gérer ses sentiments pour affronter la situation. Certains ont choisi de se créer un mythe sur la pandémie ou de renforcer leur avis selon lequel la situation n'était pas si grave, en sélectionnant uniquement les informations qui allaient dans ce sens.

Un risque de contamination

D'après Mark Whitmore, «le déni n'aide pas les individus à s'adapter à la source de la menace. Cela peut en fait les exposer davantage à ce qui est menaçant.» Dans le cadre de la pandémie, vous encourez plus de risques de tomber malade si vous êtes dans le déni, parce que vous ne prendrez probablement pas les précautions nécessaires pour vous protéger.

Les deux psychologues ont observé que certains disaient «je veux attraper le virus et en finir». Le principal danger est alors que les gens voyagent à travers différents pays, même si ce n'est pas recommandé, parce qu'ils ne croient pas que le Covid-19 soit si nocif. Ils peuvent être asymptomatiques et rapporter le virus dans leur propre pays.

Les constructions psychologiques se développent chez les enfants et sont généralement renforcées par les parents ou les tuteurs. Vers l'âge de 6 ou 7 ans, un enfant est capable de donner un sens à ce qui est vrai et à ce qui est imaginaire, mais dans notre culture, la fiction est renforcée –souvent par les parents. Les individus ont alors tendance à prendre des décisions basées sur des intuitions plutôt que sur des informations factuelles.

Newsletters

Que faire si le couvre-feu ne donne pas les résultats espérés?

Que faire si le couvre-feu ne donne pas les résultats espérés?

Les nouvelles restrictions risquent de ne pas réduire massivement la circulation du Covid-19. D'ici quatre à six semaines, le président devra décider de les maintenir ou d'y renoncer.

Le Covid-19 pourrait ne jamais être éradiqué

Le Covid-19 pourrait ne jamais être éradiqué

À ce jour, la seule maladie totalement éradiquée dans le monde est la variole.

Il faut parler des règles surabondantes

Il faut parler des règles surabondantes

Sujet tabou, les règles hémorragiques touchent 20 à 30% des femmes, affectant leur qualité de vie et leur santé. Pourtant, des traitements existent.

Newsletters