Société

Le masque est-il un frein à la séduction?

Temps de lecture : 7 min

À l'époque du Covid-19, nous devons nous défaire d'un élément majeur de la communication non verbale: notre sourire.

Forcément, on misera davantage sur le regard. | Vera Davidova via Unsplash
Forcément, on misera davantage sur le regard. | Vera Davidova via Unsplash

Le masque s'est imposé dans l'environnement social comme un moyen de se protéger du Covid-19. Mais son port entrave tout un pan de la communication humaine non verbale.

Les mimiques, les expressions faciales –alliées susceptibles de permettre des ajustements dans l'interaction– s'effacent sous le tissu. Seuls les yeux et le front accompagnent alors le processus de communication. Nous devons ainsi nous défaire d'un élément majeur du non-verbal, notre sourire.

Or, la recherche a depuis longtemps mis en évidence son importance dans le processus de séduction.

À mesure qu'avance l'été, période propice aux rencontres amoureuses, nous sommes aussi de plus en plus masqué·es. Comment séduire dans ces conditions? Et au-delà, pouvons-nous nous passer de sourire?

À pleines dents

En latin, seducere signifie «tirer de côté, déplacer, écarter du chemin initial». Dans l'hébreu biblique, quand Ève impute au serpent de l'avoir séduite, elle dit: «Il m'a levée» ou soulevée; en somme, il l'a amenée à se décoller de sa posture initiale.

Cela suffit à indiquer qu'il y a chez tout un chacun un désir d'être séduit, c'est-à-dire d'être déplacé parfois très peu du chemin de sa routine –un désir d'être mis en mouvement.

En septembre 2012, dans le magazine InStyle, Julia Roberts attribuait l'éclat de son sourire à son habitude de se laver les dents avec du bicarbonate de soude.

C'est pourtant un autre secret qu'ont découvert l'universitaire Vasiliki Koidou et ses collègues: la ligne reliant le bas de ses canines est presque parallèle à celle joignant le centre de ses pupilles.

Les chercheurs ont montré qu'il existait une différence d'angle entre ces deux lignes chez un groupe contrôle et chez un groupe de quatre-vingt-quatorze célébrités. Cet angle était près de 30% inférieur chez les stars (0,97 degré contre 1,33 degré).

Avec l'autorisation des auteurs

Si le sourire est jugé plus beau quand cet angle est faible, ce serait parce que le visage est alors plus symétrique, sans doute parce que dans les théories de l'évolution, la symétrie faciale peut être considérée comme un signe de bonne santé (pas de maladie, d'anomalies génétiques, de perturbations dans le processus de développement).

D'autres travaux ont par ailleurs montré que le nombre de dents exposé par le sourire était également un paramètre susceptible de rendre plus attractif le sourire d'une personne, par exemple ceux de l'équipe de Sulieman Al-Johany en 2011.

Il existe ainsi une différence significative entre les célébrités et les autres, les premières étant plus nombreuses à montrer douze dents lorsqu'elles sourient.

Ces données ont été corroborées par les conclusions de Pedro Oliveira et ses collègues, qui ont indiqué que le fait de montrer douze dents (contre dix ou huit en moyenne chez le tout-venant) était une caractéristique des sourires les plus attrayants.

Visage embelli

Le simple fait de sourire semble conduire à affecter bien d'autres dimensions, comme la beauté du visage.

Dans les années 1990, trois chercheuses ont pris des photos d'hommes et de femmes de différents âges, obtenues dans une condition de sourire ou de non-sourire.

Lorsqu'il y avait sourire, on a demandé aux personnes de prendre trois types de poses: sourire fermé (étirement des lèvres sans ouverture de la bouche), sourire haut (lèvres tirées mais ouverture de la lèvre du haut dévoilant les dents supérieures) et sourire large (lèvres étirées et dents supérieures et inférieures dévoilées).

Ces personnes étaient ensuite évaluées par d'autres hommes et femmes en matière d'intelligence, de gentillesse, de caractère heureux, d'extraversion, de sympathie, de soumission, d'ambition et, enfin, d'attrait physique. Pour cette dernière dimension, les résultats furent les suivants:

Évaluation de l'attractivité et du bonheur perçu chez les personnes en fonction de l'intensité du sourire. | Avec l'autorisation des auteurs

La simple présence du sourire suffit à accroître l'attrait de la personne, mais on constate également qu'au fur et à mesure que le sourire s'élargit, la même personne est évaluée plus positivement.

Le sourire embellit donc bien le visage et conduit même à considérer que la personne en question est plus heureuse. En outre, il n'affecte pas que cette dimension, puisque ces mêmes chercheuses ont observé que la personne était considérée comme plus gentille, possédant un caractère plus agréable, plus extraverti, plus sympathique avec le sourire.

L'ensemble des évaluations s'accroît au fur et à mesure que le sourire devient plus large. Un article de recherche de 1990 avait déjà conclu qu'une même personne (homme ou femme) qui sourit était perçue comme plus attrayante physiquement mais également plus sociable, plus indépendante et plus compétente.

Les scientifiques avait en outre établi que le lien entre le sourire et l'évaluation de l'attrait était très élevé. En revanche, dans cette même étude, il avait été observé que les personnes souriantes étaient perçues comme plus féminines et moins autonomes.

Attribut genré

À n'en pas douter, le sourire semble renforcer l'attrait. Mais cela se vérifie davantage chez les femmes que chez les hommes, ainsi que l'ont montré deux équipes de recherche ayant examiné des photographies de promotions d'étudiant·es.

Les deux études soulignaient que quel que soit le type de circonstance de pose photographique, les hommes souriaient moins fréquemment que les femmes. Les femmes tendaient également à plus recourir au sourire large que les hommes, comme le confirme les travaux de Piotr Szarota.

On pourrait penser que le sourire devient un comportement prototypique du sexe féminin au fur et à mesure du développement. Ainsi, le sourire serait «genré» et ferait en quelque sorte partie de manière plus marquée des attributs des femmes.

C'est ce que semble montrer une étude de 1999, dans laquelle les scientifiques ont observé et évalué les sourires d'élèves en fonction de leur année scolaire (pour plus de lisibilité, nous avons retraduit les années scolaires du système américain en âge dans le graphique ci-dessous).

Avec l'autorisation des auteurs

Si au départ, on trouve un taux de sourire identique entre les deux sexes dans les photos de classe, c'est à partir de l'âge de 9 à 12 ans que les différences significatives apparaissent entre les garçons et les filles.

Or, c'est à cet âge que les conduites et apprentissages de séduction entre les garçons et les filles se développent et se renforcent. Le sourire apparaît donc bien ici comme un marqueur psychosocial de la différence entre les sexes.

Sous influence

Si le sourire est susceptible de nous embellir, on sait aussi que cela affecte le comportement de la personne qui en est la cible. On a pu montrer que le sourire conduisait à apporter plus facilement son aide à quelqu'un, par exemple pour retrouver une lentille de contact prétendument perdue ou donner une direction.

Le sourire semble toutefois beaucoup plus bénéficier aux femmes. Dans une étude de Nicolas Guéguen et Jacques Fischer-Lokou, des garçons et filles de 20 ou 21 ans, d'attrait physique jugé moyen, faisaient de l'auto-stop en regardant le conducteur ou la conductrice dans les yeux. Selon le cas, le regard était accompagné ou non d'un sourire. On mesurait alors le taux d'arrêt.

Huit cents conducteurs et conductrices ont été testés dans les différentes conditions. L'analyse a conclu que lorsque les jeunes faisant de l'auto-stop étaient des femmes souriantes, les automobilistes s'arrêtaient plus souvent, ce qui n'est pas le cas lorsqu'il s'agissait d'hommes.

Une étude déjà ancienne montre qu'une serveuse de bar qui, au moment où elle remet une boisson à la clientèle, dispense le sourire minimal (mouvement des lèvres mais pas de mise en évidence des dents) ou un large sourire (sourire avec dents largement découvertes) voit ses pourboires varier.

Évolution des pourboires en fonction des sourires. | Avec l'autorisation des auteurs

Un large sourire augmente ses revenus, mais cet effet est surtout lié aux comportements des hommes qui sont servis. Si cette tendance s'observe aussi chez les femmes, elle est bien moins flagrante que chez les hommes. Ces derniers auraient même tendance à se rapprocher de la femme qui leur sourit… dans les ascenseurs.

Pour d'autres scientifiques, lors d'interactions entre hommes et femmes, le fait que les hommes abordent plus facilement les femmes qui leur sourient proviendrait du fait qu'ils interprètent cela comme un plus fort désir de leur part qu'il ne l'est en réalité.

Ainsi, de nombreux hommes interprètent les comportements amicaux des femmes comme des tentatives de séduction, alors que les femmes interprètent ces signes comme des signes simplement amicaux.

Cette distorsion de l'interprétation de ces signes pourrait expliquer pourquoi les hommes s'intéressent plus à une femme qui leur a souri ou pourquoi ils vont alors plus souvent tenter de rentrer en contact avec elles.

De plus, on sait que le sourire embellit la personne qui l'affiche, surtout s'il est symétrique. Or, les hommes sont très sensibles –beaucoup plus que les femmes– à l'effet de l'apparence physique, notamment des visages.

Beaucoup d'autres atouts

Mais le sourire n'est qu'une dimension de la séduction. Il existe bien d'autres signaux qui vont entrer dans l'équation de la séduction, afin de faire comprendre à la personne qui nous approche qu'elle est la bienvenue ou non.

On trouve par exemple le regard soutenu, le geste désinvolte tout en regardant l'autre dans les yeux… En ce qui concerne le regard, c'est aussi un comportement utilisé par les hommes qui veulent séduire ou se rapprocher d'un·e partenaire.

Notre été est peut être sauvé, car même si notre sourire sera cette année caché par le masque, rien n'est perdu: nous pouvons faire nos yeux de velours pour attirer l'autre, que nous soyons un homme ou une femme.

À défaut de sourires éclatants qui laisseraient paraître au moins dix de vos plus belles dents, multiplier les contacts visuels, dodeliner la tête ou incliner votre tête sur le côté semblerait tout aussi bien fonctionner.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The Conversation

Newsletters

On ne vit pas si mal avec un masque, on en deviendrait même à l'aise

On ne vit pas si mal avec un masque, on en deviendrait même à l'aise

Nous vivons sous le regard des autres. Avec le port généralisé du masque, qu'est-ce qui change dans nos interactions sociales?

«Il disait qu'il me rendrait mon argent»

«Il disait qu'il me rendrait mon argent»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Déborah, à qui l'homme qu'elle aimait a volé d'importantes sommes d'argent.

Ne parlez plus jamais de «pensions alimentaires»

Ne parlez plus jamais de «pensions alimentaires»

«Violences économiques». Le terme est apparu dans les médias en 2018, avec les manifestations des «gilets jaunes». Il désigne un phénomène lié au couple désormais bien connu dont il faut prendre conscience: de même qu'on ne doit pas accepter les...

Newsletters